Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

La NFL est poursuivie !


 Par Daniel Vanier 

Un avocat de La Nouvelle-Orléans a décidé de poursuivre la NFL aujourd’hui.

En effet,l’avocat Frank J. D’Amico fils, de La Nouvelle-Orléans, ainsi que Clé Simon, de la firme Simon Law Offices, et Kevin R. Duck, de la firme Duck Law Firm, de Lafayette, ont entamé des procédures judiciaires contre la NFL.

La nouvelle a été rapportée par le journal le New York Post ainsi que par le réseau de télévision NBC, entre autres :


Au nom des détenteurs des billets des Saints

Rappelons que le demi de coin des Rams Nickell Robey-Coleman a empêcher avec une interférence flagrante, le receveur de passes Tommylee Lewis de capter la passe de Drew Brees, sur un troisième essai. Tout cela sous les yeux de deux officiels avec moins de 2 minutes à faire au match. Les Saints n’ont donc pas pu laisser le temps s’écouler et ont dû se contenter d’un placement pour prendre les devants 23 à 20.

Les Rams ont ensuite eu suffisamment de temps pour créer l’égalité et forcer la tenue de la prolongation. Ils ont remporté le match 26 à 23.

Après la rencontre, Robey-Coleman a lui-même avoué qu’il avait commis une faute :

.

Une audience prévue dès lundi pour faire rejouer le match

D’Amico fils a d’ailleurs affirmé qu’une audience auprès d’un juge était prévue lundi matin.

Les deux groupes d’avocats demandent au commissaire de la NFL, Roger Goodell, d’appliquer la règle 17, section 2 du livre des règlements de la NFL pour que le match entre les Rams et les Saints soit rejoué.

D’Amico fils cite l’article 1 de la règle, qui dit que le commissaire peut prendre les mesures nécessaires si un évènement «extraordinairement injuste […] a un impact majeur sur le résultat d’un match».

Simon et Duck citent plutôt l’article 3, qui dit que le commissaire a le pouvoir «de changer le résultat d’un match ou d’ordonner que le match soit rejouer, à partir du début ou à partir du moment où l’évènement extraordinaire s’est produit».

Les avocats citent entre autres que les détenteurs de billets ont subi les préjudices suivants :
-choc émotionel et angoisse mentales

– perte de confiance envers la NFL

– perte de jouissance de la vie

– perte de divertissement

– perte de confiance dans le jeu du Football :

Ne pas accepter le statu quo

Frank J. D’Amico fils dit que pour lui, il n’est pas question d’adopter le statut quo dans cette situation. C’est ce qu’il a confié au réseau de télévision WDSU :

“ En ce moment, un immense astérisque est placé à côté du titre de champion de la NFC. Allouer le statuquo de demeuré est un immense oeil au beurre noir pour l’histoire et l’intégrité du football tel que nous le connaissons et le protégeons”.

En attendant, Les Rams sont toujours censer affronter les Patriots de la Nouvelle-Angleterre le dimanche 3 février dans le cadre du Super Bowl LIII.

Crédit photo : New York Post

À lire aussi sur le 7e match :

Des matchs des Sénateurs à Québec ?

Réjean Tremblay dévoile son idée pour avoir des matchs des Sénateurs à Québec

pourquoi utiliser Armia sur la 1re vague de l’avantage numérique ?

Joel Armia ne doit pas jouer sur la première vague de l’avantage numérique

Le retour de Galchenyuk à Montréal :

Le retour de Chucky

Mots clés: , , ,