Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Félix Auger-Aliassime, la future vedette du tennis masculin au Québec


Par Karl Hakopian

Après les Sylvain Bruneau et Martin Laurendeau, il y a longtemps que le Québec n’a pas produit une vedette du tennis masculin. Il y a des bons joueurs au Canada, mais ces derniers ne sont pas québécois. Je parle de Milos Raonic, Vasek Pospisil, Frank Dancevic et de Daniel Nestor entre autres.

Ce temps est révolu, mes amis ! En effet, un certain jeune Montréalais est passé à l’histoire vers la fin juillet 2015 lorsqu’il est devenu le plus jeune de l’histoire à remporter un match sur le circuit challenger. Il s’agit de Félix Auger-Aliassime qui, à 14 ans et 11 mois, a réalisé cet exploit.

Non seulement il a remporté son match contre Andrew Whittington, classé 493e au monde, mais il a également remporté son match de deuxième tour contre Darian King, classé 205e au monde ! C’est Yokihito Nishioka qui l’arrêta au 3e tour.

Déjà des records

Félix a également réussi l’exploit d’être le plus jeune de l’histoire à se qualifier pour le tableau principal d’un challenger. Il avait 14 ans et 7 mois lorsque ça s’est réalisé. Ses exploits ne s’arrêtent pas là. Oh non ! En effet, en remportant le titre à Lyon et à Séville, il devient le 7e plus jeune joueur de l’histoire à gagner un challenger ATP et le deuxième plus jeune en a gagné plus qu’un. Il avait respectivement 16 ans et 10 mois et 17 ans et 1 mois lorsqu’il a réalisé ces faits d’armes.

Ça ne s’arrête pas là, il gagne l’US Open junior en 2016 et c’est à ce moment-là qu’il décida de devenir pro. Il n’avait que 16 ans. Il a également gagné le titre en double avec Denis Shapovalov en 2015. En défendant son titre à Lyon en juin 2018, il devient le plus jeune joueur de l’histoire à conserver avec succès un titre. Finalement, il est à égalité au deuxième rang avec le plus de titres pour un joueur de 17 ans et moins. Effectivement, il en a trois, ce qui est équivalent à Novak Djokovic et à Juan Martin Del Potro. Il est dépassé par le français Richard Gasquet qui en compte cinq.

Voici des faits saillants sur le tournoi de Granby en 2015 là où il s’est révélé au grand public :

 

 

Parcours junior

Félix Auger-Aliassime est né le 8 août 2000 et il commença le tennis à l’âge de 4 ans. Il remporte en 2012, à 11 ans, le tournoi Super 12 d’Auray. Il est un an d’avance sur sa catégorie d’âge.

Félix à l’âge de 11 ans

En 2015, il devient le plus jeune joueur de l’histoire à être classé dans le top 800 et le premier joueur né dans les années 2000 à avoir un classement ATP. Ces exploits viennent du fait qu’il a remporté en février 2015 son premier titre ITF à Querétaro au Mexique. Une semaine plus tard, il en remporte un autre à Zapopan.

Fin août, il bat Denis Shapovalov en finale d’un G1, la deuxième catégorie en importance après les Grands Chelems, au College Park dans le Maryland. En octobre 2015, Félix et ses compatriotes canadiens (Denis Shapovalov et Benjamin Sigouin) remportent la Coupe Davis junior, une première pour le pays. En décembre 2015, il bat Alex De Minaur en finale d’un G1. C’est ainsi qu’il termina son année 2015.

L’année 2016 est celle où Félix atteint le deuxième rang mondial junior, son plus haut en carrière. Il l’a atteint notamment grâce à sa finale perdue à Roland-Garros devant Blancaneaux alors qu’il a eu une balle de championnat. De plus, il a atteint le troisième tour de l’Open d’Australie ainsi que les quarts de finale de Wimbledon.

Il a conclu son année en grand Chelem en accomplissant la seule chose qui lui manquait : remporter un grand Chelem junior. C’est en battant en finale Miomir Kecmanovic à l’US Open, qu’il met la main sur ce prestigieux trophée. Il atteint la finale du double la même année avec Benjamin Sigouin. Il décida de jouer les ITF Futures à partir de ce moment-là.

Les Futures sont un circuit inférieur à l’ATP challenger et au circuit de l’ATP. C’est en novembre 2016 qu’il remporta son premier titre professionnel dans le tournoi Futures de Birmingham. La semaine suivante, il gagna son premier titre professionnel en double à Niceville, en Floride avec Patrick Kypson.

Chez les pros

En 2017, il commença l’année à Plantation et perdit en finale. Il gagna en mars le tournoi de Sherbrooke. Il met ainsi la main sur son deuxième titre Futures. La semaine suivante, il disputa le challenger de Drummondville où il se rend en demi-finale battant au passage son compatriote canadien Peter Polansky classé 124e au monde. Il perdit contre l’éventuel champion du tournoi, Denis Shapovalov.

En juin, il remporta son premier titre challenger à Lyon, devenant ainsi le premier joueur de 16 ans a remporté un challenger depuis Bernard Tomic en 2009. Grâce à cette victoire, il atteignit le top 200, devenant le plus jeune joueur à l’atteindre depuis Rafael Nadal en décembre 2002. Il remporta son deuxième titre challenger en septembre à Séville.

En 2018, il remporta son premier titre challenger en double avec Nicola Kuhn en février. C’est aussi lors de ce mois qu’il disputa son premier tournoi sur le circuit de l’ATP à Rotterdam. Il le perdit contre Filip Krajinovic, 38e mondial, au premier tour.

En mars, il franchit le tableau principal d’Indian Wells, un Master 1000. Il bat au premier tour, Vasek Pospisil en deux manches. Ensuite, nous avons le droit à un autre duel canadien. En effet, il affronta Milos Raonic au deuxième tour et baissa pavillon.

En avril, il reçoit un laissez-passer pour le tournoi de Monte-Carlo, un autre Master 1000. Il s’inclina au premier tour contre le 55e joueur mondial, Mischa Zverev en trois manches.

Finalement, il n’y a pas longtemps, Félix disputa la Coupe Rogers à Toronto où il signa la victoire la plus importante de sa carrière en battant le français Lucas Pouille, membre du top 20. Il perdit un match serré au deuxième tour devant le russe Daniil Medvedev en cédant dans le jeu décisif dans la troisième manche.

Il fêtait alors ses 18 ans ce jour-là. Il est 116e mondial, son sommet personnel.

Félix vient tout juste de gagner son troisième match des qualifications lui permettant ainsi d’accéder, pour la première fois de sa carrière, à un tournoi du grand Chelem sur le circuit professionnel.

Il a facilement disposé de Gerard Melzer, 133e mondial, en deux manches sur le score de 6-3 et 6-0, en seulement une heure de jeu.

Nous ne connaissons pas encore son adversaire au premier tour, car il faut attendre que tous les matchs de qualifications se terminent pour procéder au tirage au sort des joueurs qualifiés.

Crédit photo: rds et québec hebdo

Mots clés: , , , , , , , , ,