Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Quinn Cook: un meneur qui fait mentir les 30 dirigeants de la NBA


Par Guillaume Arcand

Bien que les Warriors de Golden State forment une super puissance dans la NBA depuis plusieurs saisons, un meneur au nom de Quinn Cook, qui semble sortir de nulle part, occupe tout de même un rôle important avec Golden State. Son rôle devient primordial lorsque le meneur vedette Stephen Curry est blessé.

 

Une histoire inspirante

Quinn Cook représente un substitut de luxe à Stephen Curry, et ce, malgré le fait qu’il n’a jamais été repêché et qu’il ne jouait pas dans la NBA il y a 3 ans. Tout a commencé dans la NCAA, si peut ça comme ça comme ça. Au niveau de la NCAA, Cook n’a jamais dépassé les 16 points en moyenne par matchs au cours des 4 saisons qu’il a pris part avec les Blue Devils de l’Université Duke.

Après 4 ans dans les rangs collégiaux américains, Cook s’est déclaré pour le repêchage 2015 de la NBA, et il a été ignoré par les 31 organisations de la NBA. Il s’est contenté d’un simple contrat avec les Cavaliers de Cleveland qu’il a signé le 28 septembre 2015 avant d’être libéré un peu moins d’un mois plus tard.

Pour la saison 2015-16, il a dû se rabattre au club affilié des Cavaliers, le Charge de Canton dans la G-League, qui est un peu l’équivalent de la AHL au niveau du basketball. Cette année-là, le meneur de 6’2″ a tout cassé, maintenant une moyenne de 19,6 points et 5,4 passes décisives par matchs. L’actuel #4 des Warriors a également été sélectionné au match des étoiles de la G-League.

Après avoir reçu des contrats d’essai et/ou de 10 jours avec les Pelicans, les Mavericks et les Hawks entre septembre 2016 et septembre 2017 , l’ancien porte-couleur des Blue Devils de l’université Duke signe un contrat ”Two-way” avec les Warriors au début de la saison 2017-18. Encore une fois, le meneur a dû rouler sa bosse dans la G League, mais sa patience a rapporté.

Tout commence réellement pour Cook en mars 2018, lorsque Stephen Curry se blesse. À ce moment-là, l’ancien des Pelicans, des Hawks, des Mavericks et des Cavaliers a été appelé à remplacer Curry comme titulaire. Devoir remplacer un joueur de la trempe à Curry alors qu’on jouait dans la G League est tout qu’un défi, mais ça n’empêche pas Cook de le relever avec brio.

Au total, Cook a débuté 18 des 33 matchs en 2017-18 avec les Warriors et il a parfois connu des matchs de 25 points ou plus. L’actuel porte-couleur a été une vraie révélation.

Cette année, alors qu’il n’a passé que 18 minutes en moyenne par matchs sur le jeu, l’ancien du Charge de Canton dans la G League a réussi à marquer 10 points par match en moyenne. Sa moyenne de points par tranche de 36 minutes (20,8) est supérieure à bien des meneurs dans la NBA comme Chris Paul, Dennis Smith Jr et Jrue Holiday. Son pourcentage de tir du plancher est à 52,6% ainsi que 46,8% au tir à 3 points, deux statistiques hallucinantes.

Voici d’ailleurs une vidéo pour vous le faire connaitre encore mieux :


 

Un joueur très utile

Même si Cook joue pour une équipe aussi talentueuse que les Warriors, une formation qui a pris part aux 4 dernières finales de la NBA, le rôle de Cook est tout de même assez important. Imaginez quel serait son rôle avec le Magic d’Orlando ou les Suns de Phoenix, 2 équipes où on a un sérieux besoin au poste de meneur. L’actuel numéro 4 des Warriors serait d’une grande utilité à bien des équipes qui ont moins de talent que la formation californienne, il n’y a aucun doute là-dessus.

Considérant que ça n’a pas fonctionné auparavant avec les Cavaliers, ni avec les Hawks, ni avec les Pelicans, Cook fait mentir ces 3 organisations et, du même coup, toutes les autres organisations qui ont manqué le bateau dans son cas. Qu’on le veuille ou non, on doit du crédit à Steve Kerr, et Cook et ses succès avec les Warriors sont une autre raison pourquoi Kerr mérite d’être considéré comme l’un des meilleurs entraineurs de la NBA.

Cook est un joueur qui possède un excellent tir, que ce soit de loin ou non, et son pourcentage de tir à l’extérieur du demi-cercle (48%) le démontre très bien.Il n’est pas un mauvais fabricant de jeu du tout. C’est aussi un joueur qui agile qui n’a pas peur de foncer dans le traffic pour faire de beaux ”’lay up”.

 

On peut dire qu’en bout de ligne, l’histoire de Cook est inspirante, lui qui est passé de joueur de la G League à meneur partant en 2 ans. Est-ce que sa chance d’être meneur partant viendra sous peu? L’avenir le dira !

 

Crédit photo: Slam

Mots clés: , , , ,