Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Portrait de Anthony Marcotte : L’homme derrière le micro


Par Sandrine Gendron

À seulement 28 ans, il est le descripteur des matchs du Rocket de Laval à la radio 91.9 Sports. Il est un chroniqueur pour le site de la LNH. Il vit un rêve. Sa passion pour le hockey remonte à sa tendre enfance. Comme plusieurs jeunes garçons, il aurait aimé devenir un bon joueur de hockey et bien sûr, aspirer à jouer à un haut niveau. Chose qui n’aura pas fonctionné, mais il n’a jamais baissé les bras. Il cogne maintenant aux portes de la plus grande ligue de hockey au monde, alors qu’il se démarque à la description.

Je jouais moi-même au hockey plus jeune et je me suis rendu compte très jeune que je n’avais pas le talent pour exceller dans le sport. J’ai trouvé le moyen de le développer d’une autre manière… On dirait que je me suis toujours préparé mentalement que ce serait un jour mon travail. – Anthony Marcotte

Son complice des trois dernières années à la description, Raphaël Doucet, le décrit comme étant professionnel, passionné, travaillant et méticuleux.

Son parcours

Ce n’est donc pas étonnant qu’Anthony ait amorcé sa carrière à la radio, à l’âge de 16 ans à la station KYQ 95,7 à Victoriaville. Il y était alors animateur et a obtenu sa première chance à la radio des Tigres de Victoriaville dans la LHJMQ.

Puis, il a fait ses études au cégep de Jonquière en Art et technologies des médias. Il a d’abord fait la couverture des Saguenéens de Chicoutimi au Journal de Québec à sa première année, avant d’en devenir le descripteur deux ans plus tard. Le Phoenix de Sherbrooke a ensuite fait son entrée dans la LHJMQ en 2012 et c’est Anthony qui a obtenu le poste de descripteur. Deux ans plus tard, il se joignit à TVA Sports en tant que rédacteur, poste qu’il occupera pendant presque quatre ans. Entre temps, l’Armada de Blainville-Boisbriand lui a offert le rôle de descripteur, au départ seulement sur le site web. Finalement, en 2016, le Rocket de Laval a conclu une entente avec le 91.9 Sports, afin que la chaîne diffuse tous les matchs de l’équipe jusqu’à la saison 2020-2021, c’est à ce moment qu’Anthony s’est joint à la famille de RNC Media, et il a par le fait même, postulé pour le poste de descripteur du Rocket.

C’est depuis maintenant trois saisons qu’Anthony Marcotte et Raphaël Doucet travaillent ensemble, alors qu’ils ont travaillé ensemble pour l’Armada en 2016-2017. Les deux jeunes journalistes ont rapidement développé une chimie ensemble et ça se transpose maintenant en ondes. Comme me le rapportait Raphaël Doucet, les deux passent presque plus de temps ensemble qu’avec leurs propres blondes, donc au-delà d’être un bon collègue, ils sont aussi de bons amis.

Il a parfois la mèche courte

Comme tout être humain, Anthony possède aussi des défauts. Son défaut le plus apparent? L’impatience. Son collègue Raphaël, l’explique ainsi :

Un rien peut l’agacer, c’est pas le gars le plus manuel. On est dans la Ligue Américaine, ce n’est pas des amphithéâtres à la fine pointe de la technologie. Parfois tu vas à quelque part, puis l’internet va pas bien… Dans notre travail ça nous prend l’internet pour les statistiques, Twitter, les images, etc. Alors il peut avoir la mèche courte si ça ne fonctionne pas.

Ceci se révèle aussi dans une anecdote révélée par Anthony.

J’étais avec les Saguenéens de Chicoutimi en 2011. On faisait un court voyage aller-retour à Québec pour un match contre les Remparts. J’arrive sur la passerelle du Colisée de Québec… Je me rends compte que le câble d’alimentation de mon Tieline (équipement servant à la diffusion des matchs) ne s’y trouve pas. Sans ça, aucune chance que je puisse diffuser le mach à la radio. Heureusement, les Remparts possédaient la station Quebec 800… Ils utilisaient le même équipement que nous alors ils nous ont vraiment sauvé la mise. Tu peux être certaine que je porte maintenant une attention particulière à ne rien oublier, mais ça m’arrive encore!

L’influence paternelle au plus fort

Sa passion pour le sport lui vient de son père, Jean Marcotte. Depuis toujours, il a en sa possession des billets de saison pour les Tigres de Victoriaville. Son père a toujours été très impliqué, alors qu’il a même été gouverneur chez les Tigres pendant 11 années. C’est accompagné de son père qu’il allait autant aux matchs dans le junior, le senior, ou encore aux défunts Nordiques de Québec et à ceux du Tricolore. Nul doute, son père fut très important pour sa passion pour le hockey.

Son admiration envers Alain Crête

Lorsqu’on a un but, un rêve, il est normal d’avoir de l’admiration pour un autre ayant déjà fait sa place dans ce domaine. Pour Anthony, il a toujours voué une admiration envers le journaliste Alain Crête, qui est depuis plusieurs années déjà hôte pour les matchs du Tricolore, sur les ondes de RDS à la télévision. Avant de s’établir de façon permanente à RDS, Alain Crête avait fait son nom en étant à la description des matchs des Nordiques de Québec, pendant 11 saisons consécutives.

Je trouve qu’il a une bonne approche, il ne désire pas que les réflecteurs soient braqués sur lui, il ne fait que son travail et fait bien paraître ses invités. C’est un vrai professionnel.

La course automobile, une passion

Impossible de faire le portrait d’Anthony Marcotte, sans évoquer la passion qu’il a pour la course automobile. L’été, entre les saisons de hockey, il a aussi la chance d’animer des courses automobiles, autant à l’autodrome de Drummondville, qu’à l’autodrome de Granby. Et si un choix s’imposait entre le hockey et la course automobile?

Ce n’est pas facile de faire un choix… Je te répondrais le hockey car ce sport me permet de gagner ma vie. La course automobile est davantage un hobby qu’autre chose.

Anthony, un homme avec le cœur à la bonne place

La plus grande qualité d’Anthony c’est sans aucun doute le fait qu’il soit un véritable passionné, selon son complice Raphaël Doucet. L’année passée, un événement malheureux est survenu. À quelques jours du match d’ouverture du Rocket, son beau-frère William s’est suicidé. Il n’avait que 17 ans et avait pourtant l’air si heureux. Mais, Anthony avait tellement hâte au premier match du Rocket, qu’il a pris son courage à deux mains, et seulement deux ou trois jours plus tard, il a décrit le premier match de l’histoire du Rocket de Laval.

Dès le lendemain, Anthony s’est absenté pour aller prêter mains fortes à la famille du jeune William pour la préparation des funérailles.

Ça prouve sa passion et ça prouve qu’il a le cœur à la bonne place. Quand tu ne le connais pas beaucoup, tu penses juste que c’est un grand passionné de sports, qui aime beaucoup le hockey, mais ensuite tu te rends compte qu’il a vraiment le cœur à la bonne place. C’est un gars généreux, qui est toujours le fun à côtoyer, toujours de bonne humeur, toujours sociable.

La famille Garneau, a décidé de s’impliquer dans la campagne de Prévention Suicide. Une première campagne de financement aura lieu le 5 février à l’hôtel le Victorin. Voici un lien où vous retrouverez toutes les informations importantes concernant l’événement: https://www.lanouvelle.net/2018/12/04/la-famille-garneau-unie-pour-la-prevention-du-suicide/?fbclid=IwAR0Ktl8UCvW_0oJOq6Eb9kfs3ujQr4MTiv94tR9PU8uKq3Z9xVlJRTTcdlI

C’est une anecdote racontée par son collègue Raphaël Doucet qui en dit long sur l’homme qu’est Anthony, l’homme derrière le micro du 91.9 Sports pour le Rocket de Laval.

Un merci particulier à Anthony Marcotte ainsi qu’à son complice Raphaël Doucet de m’avoir accordé de leur temps, afin que cet article puisse finalement voir le jour!

Crédit photo: Pierre Gendron

Entrevues réalisées avec Anthony Marcotte et Raphaël Doucet

À lire aussi sur le 7e match :

Trois signatures, trois constats différents

Retour sur trois signatures du Rocket et l’impact qu’ils ont avec l’équipe!

Elias Petterson fait encore parler de lui

Elias Pettersson en fait voir de toutes les couleurs à Pekka Rinne

Xavier Ouellet se retrouve au ballotage

Le défenseur Xavier Ouellet est soumis au ballottage par le Canadien

Mots clés: , , , , , , ,