Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Journée faste pour les Canadiens en Australie!


Par Gabriel Asselin

Les Internationaux d’Australie, premier tournoi majeur de la saison au tennis professionnel, se sont entamés en début de soirée dimanche, heure de l’Est, et l’Unifolié est représenté par quatre porte-couleurs en simple au sein des tableaux principaux. Chez les dames, on retrouve Eugenie Bouchard et Bianca Andreescu, respectivement championne en double et finaliste en simple à Auckland, en Nouvelle-Zélande, au début du mois, tandis que le volet masculin est représenté par Denis Shapovalov et Milos Raonic, tous deux classés comme têtes de série dans le grand tableau.

Nos quatre représentants nationaux disputaient tous leurs matchs de premier tour lundi soir ou la nuit dernière et disons que la conclusion ne pourrait être plus satisfaisante.

À tout seigneur, tout honneur, débutons par la coqueluche du tennis canadien, Eugenie Bouchard. Elle affrontait, à l’occasion de son premier match, la Chinoise Shuai Peng, ancienne membre du top 15 mondial en simple en 2011 et l’une des meilleures joueuses en double au monde. Malgré qu’elle soit âgée de 33 ans, Peng a remporté un Challenger, la principale catégorie de tournois sanctionnés par la Fédération internationale et non par la WTA, doté d’une bourse de 100 000$ le mois dernier. Elle est également une cogneuse à ne pas négliger et elle aurait pu donner du fil à retordre à la Québécoise.

Cependant, la nouvelle association entre Bouchard et son entraîneur Michael Joyce semble redonner ses lettres de noblesse à la joueuse qui aura 25 ans le mois prochain. Après des beaux parcours au Luxembourg en octobre dernier, où elle s’est inclinée en finale, et à Auckland, baissant pavillon en quarts-de-finale, vaincue à chaque reprise par celle qui a vaincu Andreescu en finale en Nouvelle-Zélande, Bouchard avait toutes les raisons d’être confiante à l’approche de ce duel, surtout qu’elle avait vaincu la Chinoise à deux reprises en autant d’affrontements par le passé. La Québécoise ne s’est vraiment pas éternisée sous cette chaleur torride, ne faisant qu’une bouchée de Peng par le pointage de 6-2 6-1 en seulement 59 minutes. Sa prochaine adversaire sera nulle autre que l’ancienne numéro 1 mondiale et gagnante de 23 titres du grand chelem, Serena Williams.

Poursuivons avec le deuxième match disputé en fin de soirée et impliquant Bianca Andreescu. La jeune ontarienne connaît un début de saison très achalandé alors qu’elle a dû passer par le processus de qualifications à Auckland avant d’enchaîner cinq joutes du tableau principal, soit huit matchs en dix jours, au cours desquels elle s’est payée deux anciennes numéros 1 mondiales, la Danoise Caroline Wozniacki et l’Américaine Venus Williams, et deux autres membres du top 60 avant d’être freinée par l’Allemande Julia Goerges en finale.

Elle a ensuite dû refouler le terrain, 72 heures plus tard, pour le premier de ses trois matchs de qualifications à Melbourne, durant lesquels elle a été très expéditive, forçant même deux de ses adversaires à jeter l’éponge.

Au premier tour, elle se frottait à une invitée des organisateurs, l’Américaine de 16 ans Whitney Osuigwe. Cette adolescente, dont son père est entraîneur de tennis dans un centre d’entraînement très réputé, a occupé la première place mondiale chez les juniors, catégorie réservée aux 17 ans et moins, en juin 2017, alors qu’elle venait tout juste de célébrer son 15e anniversaire.

La cadence des matchs d’Andreescu l’ont forcé à puiser au plus profond de ses ressources, évitant les douloureuses crampes de justesse au cours de la deuxième moitié du match, et elle s’est adjugée au compte de 7-6, 6-7 et 6-3 après 2h46 de jeu. Elle percera le top 100 mondial lors de la prochaine parution du classement le 28 janvier et elle se frottera à la treizième favorite, Anastasija Sevastova, au deuxième tour.

https://twitter.com/TennisCanada/status/1085063370716389376

Juste après le match d’Eugenie Bouchard, sur le même terrain, Denis Shapovalov effectuait son entrée en scène. La révélation de la Coupe Rogers 2017 présentée à Montréal se frottait au vétéran espagnol de 32 ans, Pablo Andujar. Shapovalov avait connu une mauvaise performance à son seul match en ce début de saison la semaine dernière à Auckland et il était difficile de prédire son niveau de jeu et de confiance à l’approche de cette rencontre. Or, il a presque disputé un match sans fautes.

Se forgeant rapidement une avance de deux manches à zéro et d’un bris de service au troisième engagement, Shapovalov a passé à côté de son moment alors qu’il servait pour le match à 5-4 en troisième manche. Il s’est cependant bien repris en fermant les livres lors du bris d’égalité quelques minutes plus tard afin de s’adjuger par le pointage de 6-2, 6-3 et 7-6 en seulement 1h55 de jeu. Il affrontera au prochain tour le Japonais Taro Daniel, qui a profité de l’abandon de l’Australien Thanasi Kokkinakis afin de se faufiler au tour suivant. Advenant une victoire, Shapo, comme il est fréquemment surnommé, pourrait croiser le fer avec le numéro 1 mondial, le Serbe Novak Djokovic.

Le dernier match impliquant un Canadien se tenait au beau milieu de la nuit, peu avant 4h, heure de l’Est, et il mettait en scène Milos Raonic. Malgré qu’il soit classé 16e tête de série, donc protégé de tout joueur mieux classé au moins jusqu’au quatrième tour, Raonic avait toute une commande sur les bras. Dans le tableau principal chez les hommes, trois joueurs très dangereux n’étaient pas classés parmi les 32 têtes de série, soit l’Australien Nick Kyrgios, le Suisse Stanislas Wawrinka et l’Écossais Andy Murray, dont ses douleurs chroniques ont défrayé les manchettes au cours des derniers jours. Raonic avait le malheur d’affronter Kyrgios dès la ronde initiale.

Si Shapovalov a disputé un match presque parfait, Raonic a atteint la perfection et ses statistiques sont ahurissantes! Au cours de la rencontre de 1h56 remportée 6-4, 7-6 et 6-4 par l’Ontarien, Raonic a enregistré 30 aces contre une seule double faute, tandis que 73% de ses premiers services ont été en jeu, remportant 90% des points en pareille situation contre 77% des échanges sur sa deuxième balle de service. De plus, il est sorti vainqueur de 74% de ses présences au filet et il n’a offert aucune balle de bris à Kyrgios. Le plus impressionnant est certainement son ratio entre les coups gagnants et les fautes directes qui s’élève à 51 contre 8, dont une seule en deuxième manche.

Comble de malchance, Raonic se frottera à Wawrinka, triple champion du grand chelem, au prochain tour.

Les quatre canadiens renoueront avec l’action mercredi soir ou dans la nuit subséquente.

Crédit photo : FOX Sports

À lire aussi sur le 7e match :

 

>LDT de retour avec les Chiefs

Laurent Duvernay-Tardif pourra revenir au jeu contre les Patriots

Du mouvement au ballottage !

Les Flyers soumettent Dale Weise au ballotage |Les Oilers réclament Colby Cave

Jeff Petry parmi les meilleurs défenseurs de la LNH cette saison :

Jeff Petry en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière!

Mots clés: , , , , , , ,