Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Jonathan Drouin: Il ne faudrait pas répéter l’erreur commise avec Pierre Turgeon !


Par Daniel Vanier

L’utilisation de Jonathan Drouin par Claude Julien soulève beaucoup d’interrogations auprès des partisans et des analystes du Canadien de Montréal.

Encore une fois lors du dernier match contre les Blue Jackets de Columbus, Jonathan Drouin fut un des attaquants les moins utilisés par Claude Julien. Drouin a joué un total de 12 minutes et 28 secondes au cours de cette très importante partie. Seul Jesperi Kotkaniemi a joué moins que lui avec une utilisation de 11 minutes et 51 secondes. Nicolas Deslauriers, bien qu’il n’avait pas revêtu l’uniforme tricolore depuis 15 parties, a joué plus que Drouin avec 14 minutes et 14 secondes de temps de jeu.

L’erreur commise avec Pierre Turgeon

Le 5 avril 1995, le directeur général du Canadien de Montréal, Serge Savard, effectue une transaction majeure avec les Islanders de New York. Le Canadien envoie aux Islanders les services de Craig Darby, Kirk Muller et Mathieu Schneider. En retour il obtient le défenseur Vladimir Malakhov et le centre Pierre Turgeon.
Les partisans du Canadien sont fous de joie à l’idée de voir ce talentueux attaquant joindre les rangs de leur équipe. Pierre Turgeon est aussi très heureux de se joindre au Canadien. Tout semble aller pour le mieux, Pierre Turgeon démarre en trombe obtenant 11 buts et 9 passes en 15 parties. Le CH va tout de même rater les séries éliminatoires. La saison suivante, Pierre Turgeon connait encore beaucoup de succès. Pierre Turgeon a été nommé capitaine du Canadien de Montréal. Il obtient 38 buts et 58 passes pour 96 points en 80 parties, bon pour le premier rang des marqueurs de l’équipe, deux points devant Vincent Damphousse. Il a ajouté 6 points en 6 matchs éliminatoires.

Malheureusement, ce bonheur fut de très courte durée. Pierre Turgeon est dans ses meilleures années. Mais les choses ne cliquent pas entre lui et l’entraineur du Tricolore, Mario Tremblay.Lors des séries contre les Rangers, Tremblay avait rétrogradé son joueur vedette au sein d’un trio défensif.Turgeon en a assez de voir son temps de jeu diminuer. Au printemps de 1996, il donne le mandat à son agent Robert Sauvé de réclamer une transaction auprès du directeur général du CH de l’époque, Réjean Houle. Turgeon était utilisé comme 3e centre derrière Vincent Damphousse et Saku Koivu. à son 9e un match de la saison 1996-97, il est utilisé à l’aile droite de Koivu contre les Coyotes. Turgeon marque alors un but et obtient trois mentions d’aide dans une défaite de 5 à 4 .Ce sera son dernier match dans l’uniforme du Canadien de Montréal. Le lendemain il prend le chemin de Saint-louis accompagné de Craig Conroy et Rory Fitzpatrick en échange de Shayne Corson, Murray Baron et un choix de cinquième ronde qui devient Gennady Razin. Cette transaction est rapidement devenue l’une des plus mauvaises de l’histoire du Canadien de Montréal.

Avec Saint-Louis, Turgeon va connaitre 4 saisons de plus d’un point par match en 5 ans.Les partisans du Canadien de Montréal se sont rapidement ennuyé de Pierre Turgeon. Ses feintes magiques, son habile maniement de la rondelle et ses passes d’une précision chirurgicales ont aussi cruellement manqué à l’équipe.

On ne compare pas le talent de Turgeon et Drouin, mais leur utilisation

Attention, il n’est pas du tout question de comparer le talent de Pierre Turgeon à celui de Jonathan Drouin. Pierre Turgeon a réussi 2 saisons de plus de 100 points au cours de sa carrière. Il a obtenu un total de 1327 points en 1294 matchs dans la LNH. Jonathan Drouin connait en ce moment la 2e meilleure saison de sa carrière avec 18 buts et 34 passes pour 52 points. Il ne lui manque qu’un point pour égaliser son sommet en carrière. Jonathan Drouin a beaucoup de talent, mais il n’a pas prouvé encore qu’il peut produire autant que Pierre Turgeon l’a fait.

Le parallèle qu’on voulait tracer entre ces deux joueurs est que, malgré leurs grands talents, ils ont été très mal utilisés par leur entraineur chez le Canadien de Montréal.L’entêtement de Mario Tremblay à ne pas utiliser Turgeon sur le top 6 de l’attaque a finalement provoqué le départ de ce grand joueur.Pierre Turgeon avait à cœur sa carrière et croyait posséder plus de talent que celui d’un joueur de centre utilisé sur un 3e trio.

Le talent de Jonathan Drouin est vraiment mal utilisé

Claude Julien semble lui aussi s’entêter à utiliser Jonathan Drouin sur un 3e trio. Encore ce soir il sera utilisé sur le 3e trio en compagnie de Jordan Weal et de Joel Armia. Pendant ce temps, c’est Artturi Lehkonen qui va patrouiller le flanc gauche de Max Domi. Lehkonen ne casse rien avec ses 27 points cette saison et a obtenu 3 points au cours de ses 11 derniers matchs. Certains vont dire que c’est tout de même un de mieux que Drouin. Cependant Lehkonen profite de beaucoup plus de temps de glace que le numéro 92 du CH.

Pourtant, Drouin a déjà connu du succès avec Domi et Shaw. Pourquoi ne pas l’utiliser à nouveau avec ces deux guerriers ? D’accord, Drouin ne semble pas toujours donner le plein effort et commet parfois des bévues, mais il faut lui faire confiance et cela va le motiver. Ainsi c’est le Canadien qui va en bénéficier.

Au contraire, Claude Julien continue à laisser poireauter son attaquant le plus talentueux sur le banc. Cela ne peut qu’affecter la confiance et le moral de son joueur. Il ne faudrait pas se surprendre si Jonathan Drouin décide qu’il en a assez et imite Pierre Turgeon en demandant à son agent d’aller voir Marc Bergevin et lui demander de l’échanger.

Le Canadien sera ainsi privé d’un autre beau talent offensif et risque alors de s’en mordre les doigts longtemps si Jonathan Drouin produit dans un autre chandail que le célèbre chandail Bleu-Blanc-Rouge.

À lire aussi sur le 7e match:

Une entrevue exclusive avec le directeur général des Patriotes du Cégep de Saint-Laurent:

Le hockey collégial : une option plus qu’intéressante et un produit à découvrir !

Un coup très inusité de la part de Tiger Woods :

À voir : Quel coup de Tiger Woods !

Paul Byron a été victime du fameux code du hockey :

Selon Daniel Carcillo, Paul Byron n’avait pas vraiment le choix

Mots clés: , ,