Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Hendrix Lapierre: un premier choix au total qui se situe entre Benoit-Olivier Groulx et Alexis Lafrenière


Par Guillaume Arcand

En 2016, le premier choix au total du repêchage de la LHJMQ a été Benoit-Olivier Groulx. Le fils de Benoît Groulx, ne joue pas du mauvais hockey avec les Mooseheads. Un an plus tard, en 2017, c’est au tour d’Alexis Lafrenière d’être le tout premier joueur à entendre son nom, et il est déjà une vedette depuis sa première saison dans la LHJMQ. Certains le voient déjà comme le prochain visage du hockey québécois. Encore une année plus tard, en 2018, le joueur ayant succédé aux 2 autres attaquants mentionnés plus haut à recevoir l’étiquette de premier choix au total, Hendrix Lapierre, semble se situer parfaitement, au niveau du talent, entre les 2 joueurs choisis lors des encans 2016 et 2017.

Année surprenante malgré son talent

À peine débarqué sur les patinoires de la LHJMQ, Lapierre a crié au monde entier qu’il avait sa place dans le junior majeur. Il a démontré qu’ à l’âge de 16 ans, il pouvait avoir un impact direct sur un club et qu’il n’était pas seulement en apprentissage. Cette année, le joueur de centre originaire de Gatineau a terminé la saison avec 45 points en 48 matchs, terminant au 2e rang de son équipe, les Saguenéens de Chicoutimi, dans la colonne des points.

Il aurait très bien pu conclure la présente saison avec au-delà de 60 points et aurait fort probablement trôné au sommet de la liste des pointeurs des Sags s’il n’avait pas raté 21 matchs à soigner différentes blessures. Ayant maintenu une moyenne de 0,94 point par matchs en tant que joueur de 16 ans, le numéro 92 a coiffé au passage les recrues Européennes Mikhail Abramov et Egor Serdyuk, tous les 2 des Tigres, pour le titre de recrue offensive de l’année du circuit Courteau.

L’attaquant de 16 ans a terminé la saison avec une moyenne de 0,94 points par matchs, et seuls Daniel Sprong, Antoine Morand, Jakob Pelletier et Alexis Lafrenière ont fait mieux en tant que joueur de première année âgé de 16 ans depuis la saison 2014-15.

De Bantam AAA à 1er choix au total en 3 saisons

Alors que l’année 2017-18 marquait son année de repêchage, Lapierre faisait ses classes avec l’Intrépide de Gatineau dans la ligue Midget AAA. Avec l’Intrépide, il a récolté 57 points en 35 matchs pour une moyenne de 1,63, une moyenne supérieure à Xavier Parent (1,62) et Jakob Pelletier (1,43) lorsque ces 2 attaquants vivaient également leur année de repêchage au niveau de la LHJMQ.

Avant sa terrifiante saison avec l’Intrépide, personne n’avait vu l’attaquant de 16 ans arriver, même les personnes qui suivent le hockey mineur québécois avec attention. Avant le début de la saison 2017-18, les meilleurs espoirs de la cuvée 2018 de la LHJMQ se trouvaient à être Elliot Desnoyers, Lucas Mercuri, Jeremy Poirier, Thomas Bordeleau et William Provost, tous des joueurs à avoir été promus dans le Midget AAA en 2016-17 alors qu’ils devaient, en principe, jouer leur 2e année Bantam

Ils ont tous connu également de très bonnes années durant leur première campagne dans la ligue Bantam AAA. Le parcours de Lapierre durant ses derniers milles avant son année de repêchage est un contraste par rapport aux autres joueurs nommés plus haut.

Lapierre, lui, n’a pas passé sa première année à dominer le Bantam AAA pour ainsi accéder au hockey Midget un an plus tôt que prévu. En 2015-16, à sa première année Bantam, Lapierre n’évoluait même pas dans le Bantam AAA, le calibre le plus relevé pour les joueurs âgés de 13 et 14 ans. Il faisait ses classes dans le calibre juste en dessous, dans le Bantam AA.

L’attaquant de 6’0 a finalement fait le saut dans le Bantam AAA lors de sa 2e année dans la catégorie. Il a rattrapé et même dépassé tous les joueurs de sa catégorie d’âge l’an dernier, lors de son année de repêchage. Malgré le fait qu’il ne jouait même pas dans la plus haute ligue Bantam quand il est arrivé dans ce calibre, le Gatinois s’est tiré d’affaire et s’est largement distingué de bien des joueurs ayant commencé la saison 2016-17 dans le Midget AAA alors que Lapierre était encore dans le Bantam.

Un joueur efficace malgré un nouvel environnement

Ce qui m’impressionne le plus dans le jeu de Lapierre est son exécution dans l’ensemble. On peut voir qu’il en est à sa première année dans le circuit Courteau, ce qui le pousse, entre autres, à ne pas attaquer énormément le filet ou à prendre moins de risques.

Malgré le fait qu’on peut constater qu’il est, en quelque sorte, en période d’adaptation à un nouveau calibre, le joueur de centre de 6’0 est capable d’entrer avec aisance et vitesse en zone offensive.

Il est aussi capable de créer des occasions de marquer ainsi que d’utiliser son excellent tir. Celui qui a joué tout son hockey mineur dans la région de l’Outaouais ne rate également jamais une occasion de marquer lorsqu’il est laissé seul dans l’enclave.

C’est tout de même étonnant que malgré qu’il n’ait que 16 ans, il arrive déjà à sortir du lot et se démarque des autres attaquants de son équipe ainsi que de ses adversaires.

Un espoir de qualité pour le repêchage 2020?

Lafrenière (2017) est pressenti comme étant le roi incontesté de sa cuvée au niveau de la LNH, qui est en 2020. B-O Groulx, tant qu’à lui, a été choisi au 2e tour, 54e au total lors du dernier repêchage de la LNH, une cuvée avec beaucoup de talent et une excellente profondeur.

Si on suit cette logique, Lapierre devrait techniquement être considéré comme un espoir de premier tour lors de l’encan 2020 de la LNH, considérant qu’il est entre les 2 autres joueurs nommés plus tôt en termes de talent. Aussi, la plupart des attaquants qui se sont développés dans l’une des 3 grosses ligues (OHL, WHL et LHJMQ) et qui ont frôlé le point par match à 16 ans ont, pour la plupart, trouvé preneur dans les 31 premières sélections.

S’il continue de progresser de la sorte, Hendrix Lapierre aura passé de joueurs évoluant dans le Bantam à espoir de qualité au niveau de la LNH d’une cuvée possédant son lot de talent. Pourra-t-il être un des 10 premiers joueurs choisis lors du repêchage 2020? L’avenir le dira !

À lire aussi sur le 7e match:

Tout un match du CH !

Le Canadien offre une performance électrisante contre le Lightning

Brendan Lemieux est tout un bagarreur :

VIDÉO: Brendan Lemieux démolit complètement Miles Wood

Drew Doughty fait partie de ceux qui n’acceptent pas la défaite :

Drew Doughty en a assez !

Mots clés: , , , ,