Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

La différence entre Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin : un recruteur se prononce


Par Daniel Vanier

En parcourant le NET ce matin je suis tombé sur un texte très intéressant de Bertrand Raymond.

Ce dernier rappelait à quel point Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin étaient dominants dans le junior. Puis, il s’interroge à savoir pourquoi il y a maintenant un tel écart entre les deux joueurs.

Comment expliquer une telle différence ?

Monsieur Raymond tente de comprendre, comme un peu tout le monde, ce qui se passe avec Jonathan Drouin. Il pose deux questions très pertinentes :

«Qu’est-ce qui fait que MacKinnon explose sur la glace pendant que Drouin n’arrive pas à justifier le talent qui fait de lui l’attaquant le mieux rémunéré du Canadien?Qu’est-ce qui fait que Drouin, le meilleur joueur junior au Canada en 2013, n’arrive toujours pas à répondre aux attentes à 24 ans? »

Il est vrai que, au niveau du talent les deux joueurs se valent.Le problème proviendrait donc de l’attitude. Nous savons tous que Jonathan Drouin semble parfois au-dessus de ses affaires. Il faut donc aller plus loin pour comprendre pourquoi c’est le cas.

Un recruteur se prononce

Bertrand Raymond a demandé à un recruteur, qui a vu une bonne trentaine de parties de ces deux joueurs dans l’uniforme des Mooseheads, s’il y voyait une explication. Ce dernier a mis en lumière l’aspect familial. Selon lui, le numéro 92 du tricolore a été un jeune dorloté à la maison. Ses parents l’ont encouragé, protégé, couvé. Il a probablement trop souvent entendu que c’était lui le meilleur. Alors que de son côté, Nathan Mackinnon a toujours dû travailler fort pour tout ce qu’il a obtenu. Ses parents n’étaient pas du genre à être aveuglément à ses genoux, semble-t-il.

« Tous les deux ont eu 17, 18 et 19 ans en même temps, souligne le dépisteur. Pourquoi un joueur est-il aujourd’hui plus mature que l’autre? Il faut peut-être remonter aux sources. La situation familiale d’un athlète a un impact sur sa carrière professionnelle beaucoup plus que les gens peuvent l’imaginer. »
Le recruteur qui désire conserver l’anonymat continue en disant que tout semblait facile pour Jonathan Drouin dans le junior, alors que MacKinnon, devait travailler plus fort pour réussir les mêmes jeux.Cependant, déjà au niveau junior,Mackinnon semblait animé d’un plus grand désir de réussir.

Il n’est pas trop tard pour Jonathan Drouin.

En lisant cet excellent article de Bertrand Raymond, il est normal de réfléchir à ce que le Canadien doit faire maintenant avec Jonathan Drouin. Marc Bergevin a dit lors de son bilan d’après-saison, que l’équipe allait fournir à Drouin tous les éléments pour lui permettre de réussir la saison prochaine.

C’est bien, mais il faudra aussi que le principal intéressé comprenne qu’il doit mettre plus d’effort. Il faudra qu’il comprenne enfin ce qu’est la fameuse attitude dont parlait Marc Bergevin à la fin de la saison 2017-2018. En ce sens, il y a du travail à faire chez Jonathan Drouin.

Je fais partie de ceux qui croient que Claude Julien doit donner plus de temps de jeu à Jonathan Drouin. Cependant, ce dernier doit aussi prouver à son entraineur qu’il est prêt à mettre l’effort nécessaire pour le mériter.

Le talentueux joueur doit profiter de l’été pour prendre du temps pour réfléchir. Il doit comprendre qu’il doit changer sa méthode de travail. Si tout était facile pour lui dans le junior, il doit maintenant savoir que dans la Ligue Nationale de Hockey on obtient rien si on n’y met pas l’effort nécessaire.

Jonathan Drouin doit être en ce moment un peu perdu.Il doit maintenant laisser retomber la poussière et en profiter pour analyser sa situation. Le Canadien est prêt à l’aider. À lui de s’aider aussi.

Il n’est pas trop tard pour Jonathan Drouin, mais il doit comprendre qu’une carrière n’est pas éternelle non plus. La situation commence donc à être pressante. Il doit changer sa mentalité et commencer à être habité par un sentiment d’urgence. Il devra maintenant arriver au prochain camp d’entrainement du CH complètement affamé et le demeurer tout au long de sa saison, voir…De sa carrière ! La balle est maintenant dans son camp !

Source : Bertrand Raymond, «Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin : deux mondes»,RDS
Crédit photo :Hockey feature

À lire aussi sur le 7e match:

Le DG des Penguins aura des décisions à prendre :

Qu’est-ce que l’avenir réserve aux Penguins?

Un autre repêchage important pour le CH :

Un autre repêchage déterminant pour Timmins et le Tricolore

Blake Wheeler ne se gêne pas pour dire ce qu’il pense à un journaliste :

Blake Wheeler envoie promener un journaliste



Mots clés: ,