Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Ce n’est pas fini pour les Raptors


Par Guillaume Arcand

Vendredi, les Raptors de Toronto ont perdu le 2e match de la finale de l’Est, tirant maintenant 2-0 de l’arrière face à la puissante formation des Bucks de Milwaukee. Toutefois, cette finale de l’Est, la 2e dans l’histoire de la concession Torontoise, est loin d’être terminée.

2 matchs perdus, mais avec du positif

Les deux premières rencontres se sont soldés par des victoires de 108-100 et de 125-103 de la part des Bucks. Malgré ses deux défaites au Fiserv Forum, la troupe de Nick Nurse peut bâtir sur certains points positifs qu’on peut trouver lors des deux rencontres.

Le premier chapitre de cette finale de l’Est fut remporté par la bande à Giannis Antetokounmpo, mais durant cette partie, les dinosaures ont joué du bon basket-ball pendant trois quarts. À un certain moment dans le match, les Torontois ont mené par 11 points, et Milwaukee avait toutes les difficultés du monde à égaliser le pointage.

Si la bande à Kawhi Leonard a fait un excellent travail pendant les 36 premières minutes du match, celle de Mike Budenholzer a livré la marchandise durant la totalité de la rencontre, remontant ainsi la pente pour mettre la main sur le match #1.

Lors du match #2, les Raptors se sont fait dominés dès le départ, et rien ne semblait aller jusqu’à la mi-temps, alors que les chandails verts menaient 64-39. Toutefois, malgré que c’était l’hécatombe chez le camp torontois, les chandails noirs et rouges se sont redressé et ont marqué 39 points au 3e quart, l’équivalent qu’ils ont inscrits lors des premier et 2e quarts réunis.

Ils sont parvenus à réduire l’écart à 13 points, rendant les Bucks quelque peu nerveux. Si la première moitié du match a été désastreux, la 2e moitié fut, en général, une bonne demie pour les Raptors.

Maintenant, chez le seul club canadien dans la NBA, on devra penser à bien jouer pendant les 48 minutes d’un même match.

Un sentiment de déjà vu

En 2016, les Raptors faisaient face aux puissants Cavaliers de Cleveland lors de la finale de l’Est, la première de leur histoire. Lors de cette série, la formation de la métropole Canadienne revenait également à la maison après avoir perdu ses 2 premières rencontres à l’étranger.

Kawhi Leonard

Que s’est-il passé ensuite? Les Raptors ont mis la main sur les matchs 3 et 4 face aux éventuels champions de la NBA, invaincus en séries éliminatoires avant ces deux joutes. Même si la formation ontarienne n’est pas parvenue à remporter cet affrontement face aux Cavaliers de LeBron James, il reste que cette série n’était pas soldée du tout après le match #2.

En ce moment, même si l’équipe montre un différent visage qu’en 2015-16, elle se retrouve dans une situation similaire.

Changement de ville!

Perdre 2-0 dans une série n’est jamais rassurant, mais lorsque les deux revers ont été dans l’amphithéâtre adverse, il est très impertinent d’appuyer sur le bouton panique! Une série n’est pas vraiment fermée tant et aussi longtemps qu’une équipe x ayant échappé ses 2 premiers matchs n’a pas encore joué devant ses partisans.

Giannis Antekounmpo

Les Torontois jouent mieux au Scotiabank Arena depuis que les séries 2019 dans le circuit Silver se sont mises en marche. Lors des 2 premiers tours, la formation ayant terminé 2e au classement de l’Est affiche une impressionnante fiche de 5-2 à domicile. Sur les parquets adverses, l’équipe résident au Scotiabank est 3-2 avant le match #1 face aux Bucks. Ils sont maintenant 3-4 dans ces circonstances.

L’appui de la foule a un impact assez direct sur le jeu des troupiers de Nick Nurse. C’est le moins qu’on puisse dire.

Les Bucks vont faire probablement sortir vainqueur de ce duel. J’ai moi-même mis les verts favoris pour gagner cette finale de l’Est. Toutefois, ne croyez pas que cet affrontement est terminé. Il reste encore beaucoup de basketball à jouer.

Crédit photo: Le Soir, Sportsnet, 25Stanley

À lire aussi sur le 7e match:

Quel beau but d’Anthony Mantha !

Anthony Mantha marque un magnifique but

Plusieurs portiers ont connu une très belle carrière sans avoir été repêché :

Top 5 des meilleurs gardiens de la LNH à ne pas avoir été repêché

Un québécois se distingue dans la NBA :

Khem Birch: un de nos Québécois dans l’oubli

Mots clés: , , , , , ,