Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Caufield pourrait être la pièce manquante de l’avantage numérique du CH un jour


Par Philippe Matte

Ce n’est pas un secret, l’attaque à cinq du Canadien de Montréal est l’une des pires de la LNH. En effet, l’année dernière le tricolore a terminé la saison au 30e rang dans la ligue lorsqu’ils ont un avantage d’un homme. Alors qu’en 2017-2018 ils avaient terminé au 13e rang.

La perte de marqueurs de 30 buts

Le Canadien a connu une baisse si importante parce qu’ils ont échangé deux marqueurs de 30 buts lors de l’entre saison. Rappelez-vous, Bergevin avait échanger Galchenyuk pour Max Domi. Celui que l’on surnomme “Chucky” avait eu une saison de 30 buts en 2015-2016 et avait cumulé des saisons de 17 et 19 buts depuis. L’autre marqueur de 30 buts était le capitaine Max Pacioretty. Entre les saisons 2013-14 et 2016-17, l’américain de 30 ans a connu des saisons de 39, 37, 30 et 35 buts respectivement.Bien que Max Domi (28 buts) et Tomas Tatar (25 buts) ont très bien bien fait en remplacement de ces deux joueurs, ils ne sont tout de même pas parvenus à atteindre le fameux chiffre de 30 buts. C’est toutefois une amélioration au niveau des buts si on regarde la dernière saison de Galchenyuk et Pacioretty avec le CH.

Gallagher ne peut pas tout faire

Bien que Brendan Gallagher ne se plaindra jamais de sa position sur la glace ou dans l’équipe, il est certain qu’il aimerait avoir un buteur naturel avec qui jouer. En effet, la petite peste du Canadien a dû redoubler d’ardeur lors de la baisse de production de Pacioretty et Galchenyuk. Du coup, un joueur qui était habitué à déranger les gardiens et les défenseurs adverses s’est mis à tirer plus régulièrement sur les filets adverses. Passant de 10 buts en 2016-2017 à 33 buts en 2018-2019. Ce qui impressionne le plus est le nombre de tirs qu’il a décoché dernièrement. En 2016-2017 il avait tiré 187 fois au total. La saison dernière Gallagher a terminé avec 302 tirs ce qui le plaçait sixième dans toute la LNH.

Caufield un marqueur naturel

Cole Caufield de son côté est un marqueur naturel. En 2018-2019 il a terminé avec 72 buts en 64 matchs avec l’équipe de développement américain. Malgré sa petite taille, son tir est sec et puissant. Il s’agit d’ailleurs de l’arme principale de ce dernier. Lorsque les recruteurs parlaient de lui, ils mentionnaient son tir du poignet en premier. Ce qui serait parfait pour le jeune Caufield serait de le laisser se développer un petit peu dans la NCAA, prendre de la masse musculaire, devenir plus mature, etc., avant de lui donner un essai dans la grande ligue. Ainsi il pourra développer ses autres habiletés et rendre son lancer encore meilleur. Le choix de première ronde du Canadien pourrait venir aider l’équipe et améliorer sa faiblesse principale avec de beaux buts en avantage numérique comme celui-ci:

Bref, il est encore trop tôt pour dire si Cole Caufield s’établira comme un bon marqueur dans la LNH. Cependant, il a réussi à le faire à tous les niveaux et le jeune ailier droit semble vouloir mettre toutes les chances de son côté en ne négligeant pas les efforts pour y parvenir aussi au niveau professionnel. Cela semble donc de bon augure pour le Canadien de Montréal.

Crédit photo: iihf.com

À lire aussi sur le 7e match:

Une analyse du lendemain de veille des Huskies:

Les attentes pour les Huskies en 2019-20

Cole Caufield démontre encore de biens belles choses :

https://le7ematch.com/54615/2019-world-junior-summer-showcase-le-trio-de-cole-caufield-est-trop-fort-pour-la-finlande/
Un bel accomplissement pour le gardien de l’Impact:

Evan Bush atteint de beaux plateaux

Mots clés: , , , , ,