Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Formation du CH – Match Lightning vs Canadiens


Par Gabriel Asselin

Après un match presque parfait contre les Blues de St-Louis samedi, le Canadien de Montréal reprendra l’action en recevant la visite d’une équipe qui se cherche énormément depuis le début de la campagne : le Lightning de Tampa Bay. La rencontre s’amorcera sur le coup de 19h.

L’alignement partant

À l’attaque !

Du côté de l’attaque, Nick Suzuki sera finalement en uniforme après avoir agi comme 13e attaquant lundi. Aucun changement ne sera apporté malgré que Nick Cousins soit apte à effectuer un retour au jeu.

Défendons-nous ! :

Du côté de la défensive, aucun changement ne sera apporté. Cale Fleury et Mike Reilly seront laissés de côté.

Arrêt-Stop, on ne passe pas ! :

Carey Price sera à son poste devant la cage du Tricolore et Keith Kinkaid le secondera.

Formation projetée pour le match de ce soir :

Les trois clés du match :

1- Attention à …
Steven Stamkos et Nikita Kucherov

Le Lightning de Tampa Bay connait un début de saison en dents de scie (voir la troisième clé), mais le noyau de l’équipe est demeuré intact et la formation floridienne possède toujours ses terreurs offensives que sont Steven Stamkos et Nikita Kucherov. Les deux tourtereaux canadiens et russes qui font la pluie et le beau temps depuis plusieurs saisons sous le Soleil de la Floride connaissent de bons débuts de saison malgré les difficultés de l’équipe à enchaîner les victoires. Dans les deux cas, ils revendiquent trois buts et autant de mentions d’aide en cinq joutes depuis le début de la saison. Ils ont également tous deux écopés d’une pénalité mineure et enregistrés un but et aucune mention d’aide sur le jeu de puissance.

Lors de la dernière campagne, le Russe avait fracassé ses records personnels et aisément mis la main sur le trophée Art-Ross grâce à une récolte de 41 buts et 87 mentions d’aide pour 128 points en 82 rencontres. Son acolyte avait, quant à lui, amassé 45 buts et 53 mentions d’aide en autant de joutes pour 98 points, soit six de plus que Brayden Point. Fait rarissime, le Lightning avait compté trois marqueurs de 40 buts dans ses rangs au cours d’une même saison, en raison des 41 filets en 79 rencontres de Point. Stamkos et Kucherov connaissent également du succès historiquement contre le Tricolore. En 37 matchs contre la formation montréalaise, Stamkos revendique 18 buts et 13 mentions d’aide, tandis que Kucherov a engrangé 8 buts et 13 mentions d’aide en 23 joutes. Bref, les hommes de Claude Julien devront étroitement surveiller les numéros 86 et 91 s’ils souhaitent récolter les deux points disponibles.

2- Limiter les tirs au but

J’ai parlé à plusieurs reprises de l’indiscipline du Tricolore au cours des avant-matchs depuis le début de la campagne, mais cette facette est laissée de côté aujourd’hui pour dénoncer un autre point problématique sur lequel les entraîneurs de la Sainte-Flanelle devront travailler : le nombre de tirs au but accordés. En effet, le Canadien se classe au 31e et dernier échelon du circuit Bettman au niveau de la moyenne de tirs au but accordés par match avec 36,4 lancers, soit loin derrière l’équipe de 30e position, les Rangers de New York, qui sont à 35,3. Cela signifie qu’en cinq matchs depuis le début de la campagne, les hommes de Claude Julien ont forcé Carey Price et Keith Kinkaid à faire face à 182 rondelles. S’il a accordé 34 et 29 tirs au cours des deux dernières rencontres, le Tricolore a été particulièrement inefficace durant ses trois premières sorties, concédant respectivement 43, 37 et 39 lancers aux Hurricanes, Maple Leafs et Sabres. Lorsqu’on connaît la force de frappe des hommes de John Cooper avec des joueurs tels que Steven Stamkos, Nikita Kucherov, Brayden Point, Tyler Johnson, Ondrej Palat, Victor Hedman et Mikhail Sergachev, qui revendique six mentions d’aide depuis le début de la campagne, le Canadien devra limiter les tirs au but accordés s’il ne veut pas rester embouteillé continuellement dans son territoire et obtenir une chance de l’emporter.

3- Profiter du manque de confiance du Lightning

Le Lightning de Tampa Bay, largement champion de la dernière saison régulière, a été sorti hâtivement par les Blue Jackets de Columbus lors des subséquentes séries éliminatoires et ils semblent poursuivre sur la même pente descendant en ce début de campagne. Au moment où on se parle, les hommes de John Cooper ont deux victoires, deux revers et une défaite en temps supplémentaire pour un total de cinq points, soit un de moins que le Tricolore, mais ils ont bousillé deux victoires qui auraient pu être acquises aisément. Ceux qui disputeront ce soir le cinquième match d’un périple de six joutes sur les patinoires adverses avaient pris les devants 3 à 1 après vingt minutes de jeu contre les Hurricanes de la Caroline, le 6 octobre dernier, avant de s’incliner 4 à 3 lors de la deuxième minute de la prolongation. Si on exclut le premier engagement, les hommes de John Cooper n’avait décoché qu’un maigre total de deux tirs au but lors des 42 dernières minutes de jeu, les deux ayant été obtenus en troisième période.

Puis, samedi dernier, le Lightning s’est incliné par la marque de 4 à 2 contre les Sénateurs à Ottawa suite au but gagnant de leur ancien coéquipier Vladislav Namestnikov tard au troisième vingt. Cependant, entre ces deux matchs, le Lightning a pulvérisé les Maple Leafs de Toronto avec une écrasante victoire de 7 à 3. Il est donc difficile de prédire quel visage auront les hommes de John Cooper ce soir, mais ils ne s’amèneront certainement pas en pleine confiance et avec le couteau entre les dents. Si le Canadien peut appliquer un échec-avant soutenu en territoire adverse dès les premiers instants de la rencontre, tel qu’il l’a fait samedi, le Lightning pourrait être forcé de jouer sur les talons et ouvrir la porte à une victoire de l’équipe locale.

En suivant ces trois clés, le Canadien pourrait signer une deuxième victoire consécutive.

Crédit photo : NHL.com (4 fois)

À lire aussi sur Le 7e Match

Plusieurs décisions de Claude Julien sont loin de faire l’unanimité :

Claude Julien ne semble pas l’homme de la situation

L’offensive du CH connait un de ses meilleurs départs depuis 1982 :

L’offensive du CH connaît un de ses meilleurs départs

Keith Kinkaid a une façon bien amusante de résumer les parties de son équipe :

Les codes de Keith Kinkaid

Mots clés: , ,