Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Que se passe-t-il avec les Maple leafs de Toronto?


Par Daniel Vanier

Les Canadiens ont connu un très bon match contre les Maple Leafs samedi dernier en l’emportant 5 à 2.

Cependant, il faut dire que la formation torontoise jouait un 4e match en 6 soirs, qu’elle était privée de leur capitaine et qu’elle avait de plus envoyé leur gardien numéro deux. Bref, oui le Tricolore a très bien joué, mais force est d’admettre que ses rivaux n’était pas à leur meilleur.

Cela n’enlève rien sur le fait que les Maple Leafs sont loin de performer selon les attentes. Eux qui étaient perçus par la plupart des observateurs comme de sérieux prétendants à la Coupe Stanley cette saison n’ont que 2 points d’avance sur le Canadien et ce avec 3 parties de plus de jouées.

Que se passe-t-il avec les Maple Leafs ? Voici l’opinion d’un partisan !

La colère gronde de plus en plus à Toronto et plusieurs interrogations reviennent sur le tapis. L’entraîneur Mike Babcock est de plus en plus critiqué. Le 7e match revient sur quelques-unes des critiques que reçoit Babcock et a pris la peine d’interroger un vrai partisan des Maple Leafs en Dominic Auger-Noël, pour tenter de comprendre un peu mieux le mystère que forment les Leafs cette saison. D’accord, certains diront : “Mais, ce n’est pas un expert!” et ils ont raison. Dominic n’est peut-être pas un expert chevronné ou célèbre, cependant laissez-moi vous dire qu’il est un fin connaisseur de hockey et un véritable passionné. De plus, contrairement à la plupart d’entre nous, il ne rate aucun match des Maple Leafs. Cela donne donc lieu à une discussion intéressante. Alors, juste pour le plaisir de la chose, allons-y sans plus tarder, avec l’opinion d’un vrai partisan des Leafs !

L’utilisation de Michael Hutchinson

Mike Babcock a décidé de donner beaucoup plus de repos à son gardien numéro un Frederik Andersen. Résultat, c’est Michael Hutchinson qui était devant le filet face aux Bruns et aux Canadiens. Voilà sans aucun doute la première cause de nombreuses interrogations chez les partisans des Maple Leafs. Mike Babcock a dit qu’il voulait reposer un peu plus son gardien numéro 1 cette saison pour qu’il soit plus en forme lors des séries éliminatoires. C’est bien, mais peut-être pourrait-il choisir mieux les matchs pour reposer son gardien numéro 1. C’est ce que croit Dominic :

“Babcock prend encore des décisions assez douteuses. Il a encore décidé d’utiliser Hutchinson contre un rival de division. Ça ne lui tentait pas de mettre Hutchinson dans des matchs qui sont un peu moins important, du style contre des équipes de l’Ouest? De plus, Babcock aurait pu utiliser à nouveau Andersen contre le Canadien, car la veille les Sharks ont tiré seulement 17 fois sur notre gardien.”

Bien que tous les matchs possèdent leur importance, il est vrai que perdre 2 points contre un rival de division fait doublement mal. Mike Babcock aurait en effet tout intérêt à éviter d’utiliser Hutchinson lors de ces matchs. Toutefois, cette remarque soulève un autre point intéressant. Peut-être que le DG des Maples Leafs, Kyle Dubas, devrait tenter d’acquérir un gardien auxiliaire plus fiable. Nous avons vu à Montréal que les points perdus un peu par la faute de l’inefficacité d’Antti Niemi ont fini par faire très mal.

La déclaration d’Auston Matthews

Auston Matthews éprouve lui aussi de la frustration avec le mauvais départ des Maple Leafs. Il a fait une déclaration qui a fait couler beaucoup d’encre en accusant directement le groupe de leaders des Maple Leafs de ne pas être à la hauteur de la tâche :

« Nous devons être meilleurs et je pense que cela vient du groupe de leadership. J’ai besoin d’être meilleur. Nous avons tous besoin d’être meilleurs. »

Matthews a poussé encore plus loin en disant que les Maples Leafs jouent trop de façon individualiste, voir même de façon égoïste : « Je pense que nous avons juste besoin de nous regarder dans les yeux et de nous tenir responsables. De faire quelques pas en avant et d’être meilleurs les uns pour les autres », a-t-il dit après la défaite contre les Bruins de Boston le 22 octobre dernier. Que pense notre partisan favori des Maple Leafs de la déclaration choc d’un de ses joueurs vedettes ?

“Je suis totalement en accord avec Auston Matthews. Oui, c’est vrai qu’il y a des blessés en ce moment dans le club, mais de toute évidence, il y a aussi quelques joueurs qui ne donnent pas leur 100%. Il y a des «traînes bottines» si vous me permettez d’utiliser cette expression. Tyson Barrie, par exemple, on dirait qu’il a beaucoup de difficultés à s’adapter depuis le début de la saison. Il y a aussi d’autres joueurs qui jouent comme s’ils ont peur d’aller dans les coins, de se salir le nez comme on dit. Logan Couture a fait lui aussi une critique de ce genre quelques jours auparavant avec les Sharks. C’est simplement la preuve que ce sont de bons leaders et ce qu’ils disent n’est pas faux non plus.”

L’esprit d’équipe ne semble donc pas être à son meilleur. Mike Babcok effectue plusieurs décisions douteuses, a-t-il encore son vestiaire bien en main? C’est possiblement le plus grand sujet de discussion dans l’entourage des partisans de la formation torontoise. Dominic Auger-Noël croit, qu’effectivement, Mike Babcock est une partie du problème de l’équipe. Selon lui, les Maple leafs ont peut-être même le successeur idéal sous la main en ce moment .

Qui remplacerait Babcock?

Mike Babcock est un entraîneur chevronné. Seulement, bien qu’il possède une grande expérience et une excellente réputation, peut-être est-il un peu dépassé? Les Maple leafs ont sans doute intérêt à tenter de relancer l’équipe avec du sang complètement neuf. Pour ce faire, ils ont fort possiblement l’homme idéal tout juste sous la main :

“Si jamais Babcock se fait congédier, son successeur pourrait être Sheldon Keefe, qui est actuellement entraîneur-chef des Marlies. Le club-école va très bien avec un dossier de 7-0-0 depuis le début de la saison.”

La proposition de donner la barre des Maple leafs à un entraîneur qui n’a pas d’expérience dans la LNH peut paraître un peu surprenante, mais après tout cela s’est déja vu. De plus, Sheldon Keefe possède un curriculum vitae impressionnant et est un complice de longue date de Kyle Dubas.

La feuille de route de Sheldon Keefe

Sheldon Keefe est un ancien joueur du Lightning de Tampa Bay, mais il a passé la majeure partie de sa carrière de hockeyeur dans la Ligue américaine. Une fois sa carrière de joueur terminée, il est devenu propriétaire des Lumber Kings de Pembroke dans la Ligue centrale de hockey Junior A. Il est nommé, le 6 juin 2006, le directeur-général ainsi que l’entraîneur-chef de l’équipe. Dès sa première saison, il mène son équipe à la conquête de la Coupe Fred Page. Il va la remporter cinq saisons d’affilée, devenant la première équipe à accomplir cet exploit.

Ses succès furent remarqué et au milieu de la saison 2011-2012, Keefe annonce son départ des Lumber Kings pour occuper le poste d’entraîneur-chef des Greyhounds de Sault-Sainte-Marie dans la Ligue junior de l’Ontario. C’est nul autre que Kyle Dubas qui l’a engagé. Il a terminé sa carrière d’entraîneur en Ligue centrale junior A avec une fiche record de 285-95-12 dans l’histoire de l’équipe. Le 29 mai 2013, il décide de revendre son équipe à son grand ami et ancien joueur des Flames de Calgary, Dale McTavish.

Keefe arrive à améliorer très rapidement les performances des Greyhounds. Dès sa première saison complète en tant qu’entraîneur, l’équipe se classe première de la division Ouest, se faisant éliminer au deuxième tour des séries éliminatoires par l’équipe de Connor McDavid, les Otters d’Érié. Lors de la saison 2014-2015, les Greyhounds mènent la ligue avec 342 buts et 54 victoires, et Keefe reçoit le trophée Matt Leyden, récompensant le meilleur entraîneur de la OHL et est nommé entraîneur de l’année de la Ligue Canadienne de Hockey. Ils se font éliminés en finale à nouveau par les Otters.

Le 8 juin 2015, après trois saisons passé dans la OHL, il est nommé au poste d’entraîneur-chef des Marlies de Toronto, le club-école des Maple Leafs dans la Ligue américaine de hockey. Il est à nouveau embauché par Kyle Dubas, qui est lui même devenu directeur général des Marlies. Tous deux arrivent à emmener les Marlies à la victoire de la Coupe Calder en 2018.

Qui sait, peut-être qu’après avoir apporté leur club-école à la Coupe Calder, il pourrait devenir l’homme de la situation pour aider les Maple Leafs à remporter la Coupe Stanley.

Ovi s’en mêle et ça fait mal à Mike Babcock

Mardi matin, Alexander Ovechkin a utilisé son franc parler proverbial pour parler de la situation des Maple Leafs. Il a été direct en disant que les Maple Leafs forment une jeune formation et que leur avenir repose surtout entre les mains de leurs joueurs. Selon Ovi, ces derniers doivent décider s’ils veulent jouer pour eux ou jouer pour gagner la Coupe Stanley. S’ils veulent jouer pour remporter la Coupe, ils devront apprendre a jouer différemment. Mike Babcock a été interrogé sur les propos d’Ovechkin, voici ce qu ‘il a répondu: « C’est direct. Cela attire l’attention c’est sûr. Cela blesse mes sentiments (it hurts my feelings), car je suis le coach et je suis censé organiser tout ça. Nous y pensons chaque jour. Je crois que nous sommes sur la bonne voie. »

Visiblement, Mike Babcock semble ébranlé. Son équipe s’est encore inclinée hier soir contre les Capitals. Ovechkin, qui avait piqué les Leafs le matin, les a ensuite assommé le soir venu avec le but gagnant en avantage numérique alors qu’il ne restait qu’une minute a écouler à la période de prolongation. C’était le 4e point du match du capitaine des Capitals. Il surpassait ainsi la performance d’Auston Matthews qui s’était lui aussi levé pour son équipe avec une belle performance de 3 points. Ça continue donc d’aller mal pour les Maple Leafs de Toronto. Des décisions devront être prises bientôt. Les propriétaires ont investit beaucoup de dollars dans cette formation. Ils veulent maintenant des résultats.

Crédit photo : Toronto Star, NHL.com et Sportsnet
Source : Wikipedia

À lire aussi sur Le 7e Match

Une lourde perte pour les Blues :

Vladimir Tarasenko sera à l’écart du jeu pour une très longue période

Les plus grands flops au repêchage dans la LNH au cours des 10 dernières années :

Le repêchage de la LNH, une science inexacte : Les flops (partie 1)

Pastrnak passe à l’histoire:

David Pastrnak écrit son nom dans l’histoire

Mots clés: , , ,