Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Mais que s’est-il passé avec les Devils?


Par Guillaume Arcand

Bien qu’on On ne les voyait pas au même niveau que les Capitals de Washington ou les Blues de Saint-Louis,les attentes étaient tout de même assez élevées envers les Devils du New jersey cette saison. On prévoyait les voir au moins participer aux séries sans trop de problèmes. Tous les observateurs de la situation, autant les amateurs que les analystes, sont unanimes sur le sujet, les Devils du New Jersey (7-8-4 au moment d’écrire ces lignes) sont décevants, et on leur prévoyait un bien meilleur début de saison que ce qu’ils nous ont offert jusqu’ici. Il y a évidemment plusieurs facteurs causant ce décevant départ pour la formation de la banlieue de New York, et c’est ce qui va être traités dans les prochaines lignes.

Le fameux match contre les Jets…

. Le 4 octobre dernier marquait le match d’ouverture à domicile pour les Devils. Les Jets de Winnipeg étaient les visiteurs pour l’occasion,Les attentes envers cette formation n’étaient pas très élevés suite aux nombreux départs en défensive cet été, auxquels s’est de plus additionnée la suspension interne de Dustin Byfuglien sans salaire.Cela faisait des mois que les partisans de la formation de John Hynes attendaient ce moment. Ils étaient impatient de renouer avec la nouvelle édition de leur équipe, la plus prometteuse depuis la saison 2011-12.

Les festivités étaient présentes, et une fois le match commencé, tout va comme prévu. L’équipe à domicile malmène son adversaire et marque les 4 premiers filets de la rencontre, au grand bonheur des partisans présents au match.

Toutefois, après un relâchement assez significatif des locaux, la formation manitobaine réussit à remonter la pente qui paraissait insurmontable et parvient à remporter la bataille en tirs de barrage. Étant devenu une des rares victimes d’une remontée de 4 buts de la part de leurs adversaires, la formation du New Jersey ne s’est jamais vraiment remise de ce triomphe inespéré de la formation de Paul Maurice encore aujourd’hui.

On peut croire ce qu’on veut, mais si le match d’ouverture des finalistes pour la conférence Est en 2012 ne s’était pas terminé de façon aussi catastrophique, les choses auraient probablement mieux tournées pour eux lors de la suite des choses.

Un manque de caractère

Si gagner les matchs à domicile est une chose d’assez importante car ce sont des joutes plus facilement prenables dû aux avantages de disputer des matchs à la maison, les Devils ne semblent pas être conscient de ce détail. Ils semblent ne pas avoir appris du tout de leur tout premier match de la présente saison.

Incluant le revers face aux Jets, toutes les fois où les troupiers de John Hynes ont encaissé un revers à domicile, ils ont pris les devants dans le matchs. Le lourd bilan contient 4 avances de 2 buts ou plus échappées, dont 2 défaites où les chandails rouges n’ont pas pu gagner le match malgré un avantage de 3 buts au Prudential Center.

Prendre les devants dans un match est signe qu’une équipe peut prendre le contrôle de la partie assez rapidement, mais pour pouvoir récolter les deux points, il faut jouer 60 minutes. Ça ne sert à rien de taper sévèrement sur l’adversaire dès le départ quand on lui laisse une chance de revenir dans le match.

Une chimie inexistante

Ray Shero a travaillé fort pour mettre une équipe très compétitive sur la glace du Prudential Center durant la plus récente saison morte. Ayant été récompensé par la loterie en obtenant le premier choix et en repêchant Jack Hughes, en plus de signer Wayne Simmonds pour une saison, l’homme de hockey est allé faire l’acquisition des très convoités Nikita Gusev et de P.K. Subban.

Ces 4 joueurs se sont ajoutés à des joueurs talentueux déjà en place au New Jersey et pour cela, le récipiendaire du trophée remis au DG de l’année en 2013 n’a pas dû sacrifier entièrement l’avenir de son club pour amener tout ce beau monde. Toutefois, même si on réussit à mettre la main sur ce qu’il y a de mieux sur le marché, cela devient moins reluisant quand les éléments ont toute la difficulté du monde à bien se connecter.

Jesper Bratt

Malgré toute les combinaisons utilisées et le talent présent à toute les positions, les joueurs des Devils peinent à se trouver sur la glace en situation de match. Même lors de leurs meilleurs matchs, on a beaucoup de difficultés èa croire, en regardant le nombre de passes incomplètes et de jeux ratés, que ces joueurs partagent un énorme plaisir à jouer ensemble.

On n’a pas besoin d’être dans le vestiaire du club pour se rendre compte que l’édition 2019-20 des Devils ne forment pas une aussi belle famille que le vestiaire des Blues en séries 2019. C’est important d’avoir du talent, mais la chimie et l’entraide doit être présente afin de pouvoir cumuler les victoires.

Un entraîneur et des adjoints lourdement critiqués

La principale raison de ce lent départ du calendrier actuel de la part de l’ancienne formation de Martin Brodeur est l’équipe d’entraîneurs. Ayant été tapés de tous côtés par les partisans des Devils au cours des dernières semaines, John Hynes et ses assistants ne semblent visiblement pas être les hommes de la situation.

John Hynes

L’ancien récipiendaire du trophée de l’entraîneur de l’année dans la ligue américaine a tout de même quelques bons coups à son actif depuis son arrivée dans la LNH. Sous les ordres de l’entraîneur de 44 ans, les développements de Damon Severson, Nico Hischier et Jesper Brett, sans oublier Will Butcher et Pavel Zacha, ne se sont pas mal passés du tout.

C’est aussi sous l’ancien entraîneur du club-école des Penguins de Pittsburgh dans la AHL que Taylor Hall a connu sa meilleure saison en carrière, qui lui a permis de gagner le trophée Hart. Toutefois, les années où Hynes et son équipe d’entraîneur ont été protégés par les équipes faibles ou à une blessure de la catastrophe sont maintenant terminés.

Les Devils du New Jersey ont probablement l’équipe la plus compétitive depuis l’édition 2011-12 et les hommes derrière le banc ne sont pas capables de faire le travail, et les raisons sont faciles à trouver. Les combinaisons proposées par l’équipe d’entraîneurs sont tout simplement inefficaces et lorsqu’elles fonctionnent, elles sont changés très rapidement.

Wayne Simmonds

Aussi, on n’a qu’à penser au fait que Jesper Bratt et Nikita Gusev ont été placés sur la 4ème ligne pendant que Wayne Simmonds et Blake Coleman occupaient des rôles d’ailiers top 6 à un certain moment de la saison. Jack Hughes, qui est très talentueux mais qui apprend encore, sautait parfois plusieurs présences consécutives à la moindre erreur pendant que Travis Zajac, qui n’a pas le coup de patin pour vraiment suivre le jeu de la LNH d’aujourd’hui, étaient l’un des attaquants les plus utilisés.

Nikita Gusev

La grogne étant bien présente chez les partisans des champions de la Coupe Stanley en 1995, 2000 et 2003 envers les instructeurs, les commentaires réclamant le départ de John Hynes sont très présents et nombreux en-dessous d’une publication sur Twitter impliquant l’entraîneur controversé, et ce, même en cas de victoires. Le point de la chimie inexistante est en partie causé par l’équipe d’entraîneur et leur manière d’agir peu convenable.

Donc, grâce à ces points, les Devils du New Jersey représentent jusqu’ici une des surprises négatives lors de cette saison 2019-20. Le travail du duo de gardien de but aurait pu figurer parmi les points négatifs. Cependant, considérant que Cory Schneider a été retiré du filet et récemment placé au ballotage et que Mackenzie Blackwood est maintenant le gardien numéro un officiel de l’équipe, en plus de faire un bon boulot pour un gardien qui n’a même pas une année d’expérience de la LNH dans le corps, j’ai décidé de ne pas inclure ce point.

La bonne nouvelle est que la saison est encore jeune et que la formation rouge,noire et blanche n’est qu’à une victoire de jouer pour ,500, en plus de ne pas être les seuls à décevoir dans l’Est. Ce qui peut aider cette équipe à se replacer, c’est une meilleure chimie, un meilleur caractère collectif ainsi que des meilleurs décisions de la part de l’équipe d’entraîneur, si ce n’est pas de nouveaux instructeurs…

Crédit photo: TVA Sports, Pukc and Pitchforks, NHL.com, The Athletic, CBS Sports

Crédit photo : Getty Images

À lire aussi sur Le 7e Match

Voici la formation du CH et les 3 clés pour le match de ce soir contre les Sénateurs:

Formation du CH – Match Sénateurs vs Canadiens

La série de matchs avec au moins un point du Tricolore s’est arrêtée à 6 :

Le match glisse entre les doigts du Tricolore en troisième période

Bobby Ryan éprouve des ennuis personnels et a demandé de l’aide :

Bobby Ryan à l’écart pour une période indéterminé

Mots clés: , , , , , , ,