Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Pourquoi les huées envers P.K. Subban?


Par Guillaume Arcand

Samedi soir, les Devils du New Jersey étaient à Montréal afin d’y disputer, tout comme le Canadien, un 2ème match en 24 heures. P.K .Subban en était à une 4ème visite au Centre Bell depuis le fameux échange du 29 juin 2016 et une première visite dans l’uniforme des Devils. Ayant vu son équipe gagner par la marque de 4-3 en prolongation après un boulet de canon de Kyle Palmieri qui a eu raison de son ancien coéquipier Keith Kinkaid en prolongation, le numéro 76 n’a pas été épargné par les hués.

Soirée de retrouvaille qui tourne au malheur

Claude Julien a fait un bon geste en laissant le départ à Keith Kinkaid, qui disputait un premier match contre ses anciens coéquipiers après avoir passé beaucoup de temps dans l’organisation basée à Newark. Pour ce qui est de Subban, il ne s’agissait pas de la première visite du récipiendaire au trophée Norris en 2013, mais sa visite au Centre Bell est toujours un évènement à encercler pour les partisans du CH, car il s’agit d’un joueur qui a vraiment contribué, que ce soit sur la glace ou à l’extérieur, et qui a surtout fait la controverse.

Malgré qu’il s’agissait de soirée de retrouvailles pour quelques joueurs ayant pris part au match, on a quand même eu droit à des moments malheureux. Il y a eu beaucoup de controverse reliée à l’arbitrage, mais ce ne fut pas le seul sujet de conversations suute a cette partie. Les nombreux partisans qui ont décidé de huer Subban n’ont pas passé sous le radar. Disons que ça n’a vraiment pas échappé à l’attention des amateurs de hockey.

Injustifiable

Les commentaires sur les réseaux sociaux et les journalistes sont unanimes: les huées envers l’ancien du Canadien et des Predators sont injustifiables et demontrent un grand manque de respect. P. K.Subban, pour Montréal, c’est 4 saisons de plus de 50 points (et probablement 5 si la saison 2012-13 n’avait pas été écourtée), un trophée James Norris honorant le meilleur défenseur et probablement un trophée Conn Smythe si le Canadien n’avait pas vu Carey Price se blesser après la collision avec Chris Kreider en 2014.

Concernant les séries 2014, c’est facile de revenir dans le passé, mais le point ici est pour dire que le défenseur natif de Toronto est en partie responsable du plus long parcours éliminatoire du Tricolore depuis 1993. Ajoutez à cela toute la contribution faite envers les enfants recevants des soins médicaux et qui se battent continuellement contre une maladie quelconque.

Un joueur très impliqué dans la communauté

On a tendance à oublier les 10 millions sur 7 ans de don à l’Hôpital des Enfants de Montréal de la part du défenseur étoile. Il a d’ailleurs profité de sa visite dans la métropole québécoise pour rendre visite aux enfants malades.Cela bien qu’ il disputait 2 parties en 2 jours :

Il n’a pas demandé de partir

Il ne faut pas oublier que celui qui a joué ses 4 saisons dans la OHL avec les Bulls de Belleville n’a jamais demandé de partir de Montréal. La tournure des évènements entourant son échange n’est pas entièrement de sa faute. L’ancien favori de la foule à Montréal deviendra agent libre en 2022, et je serais prêt à parier un bon montant d’argent que la 2ème plus grande ville au Canada figure parmi une de ses destinations les plus prisées.

Une tentative pour le déconcentrer ?

Plusieurs partisans de la Sainte-Flannelle ont dit que si les huées étaient pertinentes, c’est parce que le célèbre numéro 76 était un adversaire comme les autres et qu’ils cherchaient à le déconcentrer. Pourtant, quand la troupe à Claude Julien accueille la visite de grosses vedettes comme Sidney Crosby, Alex Ovechkin ou même Nathan McKinnon, la foule Montréalaise ne concentre pas ses énergies à huer ces joueurs afin de les sortir de leur match.

Quelle est la différence entre les huées envers le numéro 76 et les autres joueurs vedettes de la LNH? Ces autres joueurs ne se sont jamais autant donné coeur et âme pour le chandail du Canadien et pour la communauté montréalaise, et pourtant, lors de leur visite au temple du hockey, on ne les accueille pas avec des huées.

En bout de ligne, entendre des ”boo” envers P.k. Subban au Centre Bell est totalement injustifiable et antisportif pour toutes sortes de raisons. Lors de la prochaine visite des Devils du New Jersey, qui sera, dans un peu moins de 2 semaines, le 28 novembre prochain, espérons que partisans du CH penseront à tout ce que le numéro 76 a fait pour leur équipe et la communauté avant de lui lancer des huées.

Crédit photo: NHL.com

Crédit photo : Getty Images

À lire aussi sur Le 7e Match

Le Tricolore amasse un point dans une défaite crève-coeur :

Une blessure a empêché Jonathan Drouin de prendre part à la rencontre :

Drouin blessé, Hudon rappelé

Max Domi doit revenir à son style :

Max Domi manque d’implication selon Dany Dubé

Mots clés: , , , ,

2 Réponses “Pourquoi les huées envers P.K. Subban?”

  1. Danielle Laflamme
    17 novembre 2019 à 11:06

    Hey c est pas les tits journalistes qui vont venir dire aux amateurs quoi dire ou quoi faire ça leur coûtent assez chers pour une game que si ils veulent le huer ils peuvent le faire pis si subban à été échange c est qu il mettait la marde dans le vestiaire et qu est ce qu il a tant fait lors des éliminatoires à part s étendre de tout son long devant son goaler c est pas pour rien qu ils l ont échangé aux devils son équipe était plus capable de lui tout comme les canadiens alors fermez la donc bande de journalistes qui démolissent toujours ce qui est alentour du canadien

  2. Daniel Vanier
    17 novembre 2019 à 14:26

    @ Danielle Laflamme. Les journalistes ne démolissent pas tout ce qui se rapporte aux Canadiens. Payer un billet à prix fort ne donne pas nécessairement le droit de faire n’importe quoi ni de manquer de respect à qui que ce soit. P.K. Subban a fait possiblement du mauvais à Montréal, mais il ne faut pas oublier ce qu’il a fait de bien aussi. Ces huées étaient injustifiées selon nous. Cependant, ce n’est que notre opinion,Nous avons le droit de l’exprimer tout comme vous avez le droit à la vôtre et venez de le faire. nous ne disons pas à personne quoi faire.