Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

William Leblanc: la ”révélation” des Patriotes de l’UQTR


Par Guillaume Arcand

La ligue universitaire canadienne accueille beaucoup d’anciens joueurs évoluant pour le hockey junior majeur ou même pour d’anciennes formations professionnelles. Malgré le fait que cette ligue contient beaucoup de joueurs avec une carrière junior derrière la cravate, cette ligue n’attire pas le même intérêt que la LHJMQ et la LCH, mais mine de rien, ce calibre permet aux joueurs de poursuivre leurs études ainsi que de pouvoir pratiquer leur sport favori en même temps. Pour William Leblanc, il est en train de faire découvrir aux joueurs, entraîneurs et amateurs de hockey universitaire son indéniable talent.

Un parcours différent

Contrairement à la plupart des joueurs de la Ontario University Association, une subdivision de la ligue universitaire canadienne de hockey masculin, Leblanc n’a pas débarqué, lors de la présente saison, dans le hockey universitaire avec un excellent bagage dans la LCH. Il est, en effet, le seul des 15 recrues de son équipe (Patriotes de l’UQTR) à ne pas avoir plus de 50 matchs d’expérience dans le circuit Courteau en arrière.

Il n’en a joué que 23, et c’était en 2015-16 avec les Voltigeurs de Drummondville. Depuis, le joueur de centre drummondvillois n’a pas foulé une seule fois une patinoire du plus haut calibre junior au Québec.

L’attaquant de 5 pieds et 10 pouces a passé les 3 dernières saisons avec l’Inouk de Granby dans la ligue junior AAA, pulvérisant sans trop de difficulté la ligue. Ayant récolté 269 points en 167 matchs en carrière dans la 2e ligue junior la plus relevée dans la province, il est facile de justifier la production du numéro 47 des Patriotes par le fait qu’il se marque énormément de buts dans ce circuit.

William Leblanc avec le Inouk de Granby

Oui, la quantité de buts marqués dans le junior AAA est énorme, mais dans une ligue plus défensive, Leblanc aurait tout de même fait des flammèches. S’il avait pris part aux 3 dernières campagnes dans la LHJMQ, on aurait facilement senti son apport offensif, j’en suis convaincu.

Se pointant au camp des Patriotes en n’étant pas aussi connu que d’autres recrues comme Jordan Martel ou Olivier Garneau, l’attaquant âgé de 21 ans était loin d’être en dessous des autres joueurs de première année, et sa production de 116 points en 48 matchs l’an dernier le démontre bien.

Terminant au premier rang des marqueurs la saison dernière dans la ligue junior AAA au Québec, on peut très bien voir que l’ancien de l’Inouk de Granby est du même calibre que ses coéquipiers débarquant tout droit du junior majeur. Par contre, étant quelque peu méconnu du public, on ne peut pas dire de Leblanc qu’il est une révélation. On peut toutefois se permettre de dire qu’il est une révélation qui n’aurait pas dû en être une.

Un rôle peu conventionnel

Le rôle de celui qui a passé les 3 dernières saisons dans la ligue junior AAA du Québec a un rôle assez particulier au sein de la formation de Marc-Étienne Hubert. Évoluant comme 3e centre derrière les très bons et assez connus du public junior Julien Tessier et Samuel L’Italien, il est vrai que le temps de jeu de celui qui a joué sa seule saison Midget AAA avec les Cantonniers de Magog en paie le prix.

Samuel L’Italien

Néanmoins, Tessier et L’Italien faisant face aux 2 meilleurs trios adverses, celui qui a joué 23 joutes avec les Voltigeurs de Drummondville n’affronte que la 3e ligne des adversaires que la formation trifluvienne affronte. Cela lui laisse encore plus de marche de manœuvre pour exprimer son talent offensif et ses grandes qualités.

Julien Tessier

Depuis le début de la saison, la recrue des Patriotes a souvent eu des partenaires de trios différents. Parfois, il formait un trio avec Vincent Chapleau et Maxime Chagnon. Le match d’après, ses ailiers étaient Zachary Lavigne et Mathieu Boucher.

Lors d’une autre joute, le joueur de centre avait Olivier Garneau et Nicolas Larivière comme partenaire de trio. Bref, à l’exception de quelques joueurs, l’attaquant natif de Drummondville a joué avec tous les ailiers de l’équipe depuis son arrivée dans le programme universitaire.

Mine de rien, celui qui a trôné au sommet des marqueurs de la ligue junior AAA du Québec lors de la dernière campagne n’a pas été affecté par les fréquents changements de compagnons de trios. Il a continué de redorer son blason dans le programme universitaire, récoltant 9 points en 10 matchs jusqu’ici malgré tout.

Des qualités incontournables

Si Leblanc a pu être un joueur dominant lors de son passage dans la 2e meilleure ligue junior au Québec, en plus d’avoir trôné au sommet des pointeurs l’an dernier dans cette même ligue, ce n’est pas par hasard. Si sa domination fut absolument dévastatrice lors des dernières saisons et encore présente cette année malgré l’adaptation dans un tout nouvel environnement. C’est entre autres grâce aux qualités que le numéro 47 des Patriotes possède.

Pour commencer, l’attaquant de 5’10 a un bon maniement de rondelle, en plus d’être capable de faire de belles feintes. Ce qui m’impressionne le plus chez celui qui a fait ses classes dans la ligue junior AAA du Québec est sa capacité à ramener la rondelle vers lui afin de mystifier l’adversaire pour ensuite décamper.

Dans le cas de l’ancien de l’Inouk de Granby, on peut aussi parler de sa capacité à exploser et à accélérer rapidement, qualité qui se combine très bien avec sa feinte préférée. Dans des matchs où l’équipe adverse est plus coriace et où l’attaquant Québécois connaît plus de misère offensivement, il compense par d’autres qualités.

Ces qualités sont sa combativité et son implication sur 200 pieds. Les soirs où les adversaires de l’équipe de hockey masculine universitaire trifluvienne contrôlent plus le jeu, Leblanc aide tout de même son équipe en laissant les joueurs adverses le moins de temps possible avec la rondelle en appliquant un échec-avant constant ainsi qu’une implication significative à chacune de ses présences.

En général, que ce soit pour son talent qui fait écarquiller les yeux ou son implication et son agressivité présences après présences, William Leblanc est un joueur évidemment très convoité et qu’on veut avoir dans son équipe. Depuis le début de la présente saison de la ligue universitaire canadienne, la recrue a su faire sa place au sein d’une formation remplie de recrues très connues grâce à leur feuille de route dans la LHJMQ.

Crédit photo: En tête UQTR, La Vois de l’Est, Foreurs, Néo UQTR

À lire aussi sur Le 7e Match

Le Canadien rappelle un autre défenseur :

Le CH rappelle à nouveau un défenseur du Rocket

Evander Kane fait encore des siennes et s’en tire encore trop bien :

Un autre coup salaud d’Evander Kane

Enfin une victoire du CH :

Le Canadien retrouve le chemin de la victoire

Mots clés: , , ,