Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

J.T. Miller: dans l’ombre des Elias Pettersson et Brock Boeser de ce monde


Par Guillaume Arcand

Au moment d’écrire ces lignes, les Canucks de Vancouver ont une fiche de 13-11-4 et risquent très bien de se battre pour une place en séries jusqu’au dernier jour de la saison régulière. Les jeunes talents qui font saliver bien des amateurs de hockey, Elias Pettersson, Brock Boeser et Bo Horvat, sont parmi les raisons du succès de la métropole de la Colombie-Britannique. Toutefois, il ne faut pas oublier la nouvelle acquisition des Canucks, J.T. Miller, qui est aussi dans les principales causes de cette belle progression de la part de la formation de Travis Green.

Jim Benning a vu juste

Miller a été acquis du Lightning par les Canucks en retour d’un choix de premier tour ainsi qu’un autre choix, qui se trouve en 3ème ronde. Après une saison 2018-19 un peu plus difficile de la part de l’attaquant Américain (47 points en 75 matchs), on pourrait croire que cette transaction pourrait être assez néfaste pour la formation bleue-blanche-verte.

Pourtant, ce pacte entre les deux formations à chacune des extrémités du continent ne s’avère pas si néfaste, et ce, d’un côté comme de l’autre. Le choix de premier tour envoyé par la formation floridienne en 2020 se transformera en choix de premier tour en 2021 si les récipiendaires du Trophée des Présidents en 2011 et 2012 ne parviennent pas à obtenir leur billet pour le prochain tournoi printanier.

Ce qui veut donc dire que la formation basée à Tampa Bay ne risque pas de recevoir une sélection de première ronde qui va être à la fameuse loterie du repêchage. C’est donc dire que Jim Benning aura finalement payé un prix assez modeste pour acquérir les services de l’ancien du Lightning et des Rangers.

Une 3ème roue d’un trio élite… qui mérite sa part du gâteau

Ayant récolté jusqu’ici 28 points en autant de joutes, l’attaquant de 26 ans est en voie de battre son sommet personnel de 58 points. Il n’est pas faux de dire que l’actuel numéro #9 des Canucks connaît des beaux moments depuis qu’il évolue avec les meilleurs éléments de son équipe, mais ceux qui pensent que les statistiques personnelles de Miller ont drastiquement augmenté uniquement dû au fait qu’il ait été jumelé aux meilleurs attaquants de son club font erreur.

Il est vrai que les partenaires de trio de l’ancien des Rangers et du Lightning ne sont pas si mal. Les occasions de marquer créées par Elias Pettersson sont toujours en grande quantité, et ce, présence, après présence.

Brock Boeser, tant qu’à lui, possède un instinct de marqueur très développé, et l’attente ne risque pas d’être longue du tout avant qu’il devienne un marqueur de 40 buts. Ces deux joueurs risquent d’être un de ces duos de joueurs qui va marquer la LNH pendant longtemps.

La ligne Miller-Pettersson-Boeser est un des meilleurs top 3 dans le circuit et tous les joueurs du trio ont leur part du gâteau dans leur domination causant des maux de tête soir après soir à leurs adversaires. Alors que ses partenaires de trio sont, sans contredis, des attaquants de niveau élite, l’ancien des Whalers de Plymouth dans la OHL est un très bon joueur de hockey qui peut aussi faire sa marque dans la plus haute ligue au monde.

Travis Green a semblé comprendre que de mettre Miller en bonne position allait lui permettre de récolter finalement ce qu’il crée de façon régulière. Si celui qui a été un choix de premier tour en 2011 peut enfin faire sa marque dans un trio absolument redoutable, les raisons pourquoi l’attaquant de 6’1” n’était pas autant productif auparavant étaient car il évoluait souvent sur des trios avec des joueurs qui ne pouvaient pas toujours compléter les beaux jeux qu’il effectuait sur la glace.

Plein d’outils dans son coffre

Les qualités que possède Miller sont nombreuses. L’Américain de 26 ans est tout d’abord très agile et dynamique.

Lorsqu’on lui laisse le moindre espace, il fera payer le prix à l’adversaire. À chacune de ses présences, celui qui est passé par le prestigieux programme de développement américain possède de très bonnes mains, et crée quelque chose sur le jeu à chacune de ses présences.

Excellent en entrée de zone, l’attaquant pouvant évoluer aux 3 positions à l’attaque contourne facilement les défenseurs adverses avec la rondelle, causant de réguliers maux de tête aux défensives affrontant les Canucks.

Il n’y a aucun doute, le top 3 offensif des Canucks de Vancouver fait partie de l’élite de la LNH, et c’est entre autres grâce à 3 joueurs qui se complètent bien et qui s’aident beaucoup entre eux, et ce, malgré si on en oublie souvent un : J.T. Miller. Est-ce qu’il réussira à briser son sommet personnel, qui est de 56 points en une saison? C’est ce que l’avenir nous dira !

Crédit photo: The Canucks Way, NHL.com, The Hockey News

À lire aussi sur le 7e Match

Cette bonne cause est toujours d’actualité :

Aidons Micael Daigle à réaliser son rêve !

La première partie des plus grands flops au repêchage de la LNH:

Le repêchage de la LNH, une science inexacte : Les flops (partie 1)

Et voici la première partie des plus grands vols :

Le repêchage de la LNH, une science inexacte : Les vols (partie 1)

Mots clés: , , ,