Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Les Islanders de New York retirent 2 numéros


Par Daniel Vanier

Les Islanders de New York ont annoncé qu’ils vont retirer deux numéros de deux de leurs anciens joueurs qui furent sans contredit des éléments importants de leurs histoires. En effet ils vont retirer less numéros 27 et 91 qu’ont portés John Tonelli et Butch Goring, qui ont tous deux fortement contribué à la dynastie des Islanders entre 1980 et 1983, alors que la formation New-Yorkaise avait remporté quatre conquêtes consécutives de la coupe Stanley .

Robert “Butch” Goring


L’annonce du retrait du chandail de Butch Goring fut un peu surpenante en un sens. Butch Goring n’était pas un joueur-vedette. Il fut un choix de 5e ronde en 1969 de la part des Kings de Los Angeles. C’est quand même un 51e choix au total, car il y avait seulement 12 équipes à cette époque. Le joueur de centre a connu deux saisons de plus de 80 points avec les Kings en plus d’y remporter le Trophée Lady Byng (joueur le plus gentilhomme) et le Trophée Bill Masterton (persévérance et esprit sportif) en 1977-78.

Goring est arrivé avec les Islanders le 10 mars 1980, dans un échange envoyant l’ailier droit Billy Harris et le défenseur Dave Lewis aux Kings de Los Angeles.

Il n’a jamais obtenu plus de 60 points ni compté plus de 23 buts avec New York. En 332 matchs il a amassé un total de 195 points avec cette équipe, dont 87 buts.

Goring fut surtout un élément important chez les Islanders en séries éliminatoires. Il a amassé 68 points en 99 matchs d’après-saison.

Son excellent travail en séries éliminatoires s’est vu souligné en 1981, suite à la victoire des Islanders contre les North Stars du Minnesota en finale. La LNH a choisi Butch Goring comme récipiendaire du trophée Conn-Smythe à titre de joueur le plus utile des séries éliminatoires. Il avait alors obtenu dix buts et dix mentions en 18 parties.

C’est surtout pour cela qu’on va se souvenir de Butch Goring. Peut-être, un peu aussi avouons-le, à cause de son casque qui était assez original. Goring n’a jamais changé de casque de toute sa carrière. Le natif Saint-Boniface(un quartier de la ville de Winnipeg dans le Manitoba) a toujours porté les deux mêmes casques (identiques). En fait, il les a portés à partir de l’âge de 12 ans. En 1961, les casques n’étaient pas encore ni très populaires, ni très avancés. On peut donc dire que la protection n’était pas terrible non plus. Pour ce qui est de l’esthétique, tout ce que Goring faisait était de changer la couleur pour aller avec sa nouvelle formation. Bien des préposés à l’équipement ont tenté de le faire changer pour quelque chose de plus sécuritaire et de plus esthétique, mais il a toujours refusé.

John Tonelli

John Tonelli fut un choix de 2e ronde (33e au total) des Islanders en 1977 a fait ses débuts avec l’équipe la saison suivante et a pris part à 594 matchs, récoltant 544 points, dont 206 buts.

Il fut un joueur qui a produit beaucoup plus sur le côté offensif que Butch Goring. Tonelli a connu des saisons de 93 points en 1981-82 et de 100 points en 1984-85.

Tonelli avait effectué la passe gagnante à ;Bob Nystrom, en prolongation. Cette victoire a permis aux Islanders de remporter leur première coupe Stanley, en 1980, face aux Flyers de Philadelphie.

Il a participé à 6 finales de la Coupe Satnley au cours de sa carrière. En plus des cinq finales consécutives de la Coupe Stanley avec les Islanders, au cours desquelles il a remporté le précieux trophée à quatre reprises, il a aussi gouté à la finale plus tard dans sa carrière avec les Flames de Calgary. Il a cependant perdu aux mains des Canadiens de Montréal.

Les Islanders retirent les numéros de leurs 2 derniers capitaines

Il est amusant que de constater que, sans le vouloir vraiment, les Islanders retirent les numéros de leurs deux derniers capitaines. John Tavares portait le 91 et son remplaçant comme capitaine chez les Islanders,
Anders Lee porte le 27.

John Tonelli a eu un beau geste en disant qu’il tenait à ce que le capitaine des Islanders continue de porter le 27 d’ici la fin de son séjour avec l’organisation.

«Je lui ai parlé et j’ai constaté à quel point il est un leader formidable. Je lui ai dit que je serais touché de le voir porter notre numéro jusqu’à la fin de sa carrière.»

Lee a dit que c’était un immense honneur pour lui de porter le numéro 27. Il remercie Tonelli de pouvoir le partager avec lui, mais il ajoute que c’est Tonelli le véritable numéro 27 et que pour sa part il tente seulement de continuer à bâtir sur ce que Tonelli a fait auparavant :


L’entraîneur des Islanders Barry Trotz a dit que c’était très bien fait de la part de l’organisation des Islanders de faire cela et que c’était un honneur bien mérité pour ces deux joueurs que de voir leurs chandails être élevés dans les hauteurs :

Les 7e et 8e chandails retirés chez les islanders

Les chandails de Tonelli et de Goring rejoindront ceux de Denis Potvin, Clark Gillies, Bryan Trottier, Mike Bossy, Bob Nystrom et Billy Smith à titre de joueurs dont les chandails ont été retirés dans l’histoire des Islanders.

Tonelli, qui a passé huit campagnes avec les Islanders avant d’être échangé aux Flames, sera honoré le 21 février avant le match contre les Red Wings de Detroit. Goring, qui a porté les couleurs de l’équipe pendant six saisons, aura droit au même honneur huit jours plus tard alors que les Bruins de Boston, l’équipe avec qui il a terminé sa carrière en 1984-85 rendront visite aux Islanders.

Les chandails de Tonelli et de Goring rejoindront ceux de Denis Potvin, Clark Gillies, Bryan Trottier, Mike Bossy, Nystrom et Billy Smith à titre de joueurs dont les chandails ont été retirés dans l’histoire des Islanders.
Crédit photo : TSN et Bruce Bennett Studios via Getty Images Studios (2x)
Sources : La vie est une puck et TSN

À lire aussi sur Le 7e Match

Un bon départ pour le CH dans son voyage dans l’ouest :

Le Canadien amorce son périple du bon pied


Les Golden Knights écrivent encore l’histoire :

Les Golden Knights de Vegas marquent l’histoire

Le Phoenix dépasse les attentes….Et pourtant elles étaient élevées! Voici pourquoi :

Le Phoenix, une équipe similaire aux Huskies de la saison dernière

Mots clés: , ,