Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Ces petits pays qui viennent compliquer la tâche des puissances au CMJ


Par Guillaume Arcand

Ceux qui regardent l’actuel championnat mondial junior le savent, le hockey n’est plus l’affaire de 6 pays comme ce l’était autrefois. Avec notre sport national qui émerge un peu partout sur le globe, les petits pays qui ont longtemps été vus comme des nations faibles au hockey démontrent, lors de l’actuel championnat mondial junior, que le hockey devient de plus en plus un sport universel. Les récentes performances du Kazakhstan et de l’Allemagne le démontrent bien.

Allemagne

La nation allemande arrivait au tournoi avec une bonne équipe qui pouvait potentiellement faire compétition avec d’autres pays. En effet, la formation de Tobias Abstreiter possède deux joueurs sélectionnés durant la première ronde (Dominik Bokk en 2018 et Moritz Seider en 2019) du repêchage de la LNH, en plus de quelques autres espoirs intéressants pour le prochain repêchage.

L’alignement, quoi que loin d’être parfait, était déjà très présentable pour une équipe qui en était à une première présence en division élite en 5 ans. Ayant une fiche jusqu’ici d’une victoire et deux défaites au moment d’écrire ces lignes, cette fiche est déjà un exploit très significatif pour la troupe allemande.

En plus, cette victoire n’a pas été remportée contre n’importe qui. Les chandails noirs ont réussi à soutirer un match aux hôtes du tournoi, les Tchèques, même si la foule était clairement et sans aucun doute contre l’Allemagne lors de ce match.

Cette victoire est survenue le lendemain d’une défaite de 6-3 du pays qui a passé les 4 derniers CMJ en 2e division, aussi appelé D1A, face aux États-Unis. Même si les Américains ont remporté leur duel face aux Allemands, les troupiers de Tobias Abstreiter ont eu les devants pendant une bonne partie du match, donnant du fil à retordre à la formation des États-Unis.

Aussi, dans leur revers de 4-1 contre le Canada, les champions du CMJ 2018 se sont fait prêter main forte par la formation allemande.

Ayant plusieurs joueurs appartenant à des formations de la LNH dans ses rangs, les noirs-rouges-jaunes n’ont pas l’air d’être une formation de calibre de demi-finale, mais elle a sa place au sein des équipes du même ordre que la Suisse ou la Slovaquie. On est loin de la formation qui se faisait battre à haut pointage par presque toutes les équipes il y a plusieurs années lors de ce traditionnel tournoi.

Kazakhstan

L’an dernier était une première présence en 10 ans pour l’équipe kazakhe dans le groupe mondial. Les Kazakhs ont connu la dure réalité de la plus haute division du CMJ, ne marquant que 5 buts contre 28 buts accordés en 4 rencontres en rondes préliminaires en 2019. Les chandails bleus ont sauvé leur place en première division en ronde de relégation face au Danemark, et ce, contre toute attente.

Cette année, la formation d’Asie centrale a l’air beaucoup moins vulnérable. Même s’ils ont perdu leurs 4 matchs de la ronde préliminaires, les Kazakhs ont servi de belles performances face à la Suisse (défaite de 5-3) et à la Slovaquie (2-1).

Ces deux affrontements se sont joués jusqu’à la dernière seconde. Il est vrai qu’autant la Slovaquie que la Suisse ne sont pas des nations aspirantes à gagner la médaille d’or, mais la formation de Sergei Starygin a quand même démontré qu’elle avait sa place en division élite et qu’elle était de même calibre que certaines formations ayant leur place dans la plus importante division année après année.

Ceux qui ont sauvé leur peau en ronde de relégation l’an dernier ont peut-être perdu 7-1 contre la Finlande, mais la formation kazakhe a tout de même survécu aux 40 premières minutes face aux Finlandais. Le match a été plus serré que la marque finale semble démontrée.

On peut dire la même chose du match contre la Suède, qui semblait avoir une certaine difficulté à perdre la défensive kazakhe malgré la victoire des chandails jaunes de 6-2.

Bien que ce soit assez surprenant, lorsqu’on regarde les matchs d’équipe Kazakhstan, on peut y voir des habiletés ainsi que du potentiel. On peut aussi y constater, par le fait que leur durée dans la plus importante division est indéterminée et surtout loin d’être assurée pour les années à venir, une équipe qui travaille fort chaque soir.

Les Kazakhs se battent à chaque instant pour le moindre détail. Bien qu’elle fait beaucoup d’erreurs sur le jeu et qu’il y a encore beaucoup de choses à peaufiner dans leur cas, le fait que la formation kazakhe réussisse à donner du fil à retordre aux autres nations est une très bonne nouvelle pour son programme de hockey.

Les champions du CMJ 2018 en D1A ne connaissent présentement pas le même succès que les Allemands, mais leurs performances sont loin d’être aussi ordinaires qu’elles étaient à Vancouver et Victoria il y a un an.

Le Kazakhstan et l’Allemagne grâce à leurs performances aux actuels mondiaux juniors démontrent que le programme de hockey de chacune des nations a connu un vrai pas de géant au cours des dernières années. Étant les deux équipes pressenties pour avancer à la ronde de relégation après la ronde préliminaire, si les prédictions sont réalisées, le fameux 2 de 3 qui déterminera qui ira en D1A lors du CMJ 2021 sera un des plus intéressants depuis un long moment.

Crédit photo: Canes Nations

À lire aussi sur Le 7e Match

Voici la formation du CH et les 3 clés du match contre les Hurricanes ce soir :

Formation du CH – Match Canadiens vs Hurricanes

Le jeune attaquant de 20 ans s’illustre de plus en plus à sa première saison avec le CH !

Nick Suzuki inscrit son nom dans l’histoire du CH

Marc Bergevin est un des DG les plus actifs de la LNH.voici la première partie de ses transactions marquantes

Les échanges les plus marquants de Marc Bergevin dans la décennie (première partie)

Mots clés: , , , , , ,