Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Le programme de hockey canadien est en santé


Par Guillaume Arcand

Après une excitante fin de match et une controverse concernant une des caméras du réseau de télé TSN, Équipe Canada Junior met la main sur une 3e médaille d’or en 6 championnats mondiaux juniors. Ayant orchestré une remontée spectaculaire de 3 buts en 7 minutes, la formation canadienne a fait chavirer les émotions des amateurs de hockey d’un océan à l’autre, mais a aussi prouvé que, contrairement ce qu’on peut entendre ici et là, notre programme de hockey au pays va bien.

Des pays émergents

Depuis plusieurs années, la médaille d’or est plus difficile à atteindre pour les troupes canadiennes, car le hockey émerge un peu partout sur le globe. De plus en plus de pays progressent, et ce, à une vitesse significative.

Le Kazakhstan risque de devenir comparable à la Slovaquie ou à l’Allemagne d’ici quelques années. La Suisse commence peu à peu à ressembler à la République tchèque, alors que les Allemands ne sont pas loin de s’établir comme un pays de calibre du groupe mondial.

Il ne faut pas oublier la Finlande et la République tchèque, qui étaient déjà, par le passé, des nations assez fortes, mais qui sont maintenant capables de rivaliser pour la médaille d’or lors du CMJ. Malgré cette réalité de pays émergeants, le Canada est parvenu à jouer 3 finales de l’or en 4 ans et de gagner 3 fois la finale de l’or en 6 championnats. Cela fait donc un total de 4 finales pour la médaille d’or au compteur des troupes canadiennes, depuis 2015.

Médaille d’or en 2018

Les erreurs malheureuses qui ont arrêté le parcours d’ECJ

Il ne faut pas oublier qu’en 2019, à Vancouver et Victoria, l’équipe canadienne a baissé pavillon en quart de finale face aux Finlandais après plusieurs malchances rencontrées durant le match (le bâton brisé de Noah Dobson, le tir de pénalité raté de Maxime Comtois) et controverses reliées à l’utilisation des joueurs.

Médaille d’or en 2015

Si ce n’était pas de toute cette mascarade, ECJ aurait probablement battu la Suisse pour ensuite se mesurer aux Américains en finale de l’or à Vancouver, et le match rempli de rebondissement et d’émotions entre le Canada et la Russie de dimanche aurait été la 4e présence consécutive lors du match de la médaille l’or pour l’équipe canadienne.

On peut encore parler de 2019, mais en 2017, alors que la finale de l’or se jouait à Montréal, il y aurait eu 4 médailles d’or au compteur canadien depuis 2015 si ce n’était pas des erreurs répétées et des avances gâchées en finale de l’or face aux Américains. Si on soustrait les erreurs et les malchances vécues par les formations canadiennes, ça serait 5 finales et 4 ou 5 médailles d’or pour les Canadiens entre 2015 et 2020.

Ce n’est pas si mal. 3 médailles d’or depuis 2015 dans la situation où plusieurs nations commencent à montrer les dents et où les champions de l’or en 2015, 2018 et 2020 sont loin d’être seuls au monde…C’ est même excellent.

Sans oublier que sans ces malchances et les quelques erreurs, les chiffres dont je vous parle pourraient être plus élevés, mais les bourdes font malheureusement partie du hockey. Le creux de vague entre 2010 et 2015, où aucune médaille d’or n’a été gagnée et où la formation rouge-noire-blanche a été écartée deux fois de suite du podium (2013 et 2014) n’avait finalement rien d’inquiétant.

Un alignement toujours bien remplis de talent

Peu importe si ECJ se rend jusqu’au bout ou déçoit les attentes, elle a une profondeur qui a de quoi rendre les autres pays jaloux. Même si elle ne bat pas tout le temps les autres formations en ce qui concerne les joueurs vedettes, elle est toujours bien nantie sur toutes les unités.

Dylan Cozens

De la 1ère à la 4e ligne d’attaque, de la 1ère paire défensive à la 3e, du gardien partant au 3e gardien, ECJ a toujours beaucoup de talent. La formation est fréquemment constituée de choix de 1er et de 2e tour dans la LNH. Rares sont les joueurs faisant partie de la formation qui sont choisis après le 3e tour.

Bien sûr, les gardiens canadiens font l’exception, étant choisis après la 62e sélection, mais il ne faut pas oublier que les portiers sont rarement sélectionnés dans les premières rondes. Le seul patineur qui n’était pas choisi dans le top 62 de son année de repêchage dans la formation de Dale Hunter était Aidan Dudas, choix de 4e tour des Kings en 2018, qui, comme on a pu le voir très clairement, a quand même mérité sa place dans cette talentueuse formation.

Alexis Lafrenière

Dawson Mercer, Quinton Byfield et Jamie Drysdale n’ont pas été repêchés, car ils vivent présentement leur année de repêchage. Cette année, les 6 ”pires” attaquants étaient Ty Dellandrea, Raphaël Lavoie, Akil Thomas, Aidan Dudas, Quinton Byfield et Dawson Mercer. Les 3 ”pires” arrières étaient Jamie Drysdale, Jacob Bernard-Docker et Kevin Bahl.

Littéralement, aucune autre formation ne possède une aussi belle profondeur. Les autres pays ont habituellement des joueurs de 19 ans non repêchés sur les derniers trios et paires défensives. Cela ne fait que démontrer, une fois de plus, la profondeur canadienne et le talent présent partout de notre pays années après années, après années.

Barrett Hayton

Si on envoyait une équipe B d’ECJ, qui ne contiendrait aucun joueur de l’équipe de base, dans le groupe mondial, cette équipe se montrerait très compétitive et pourrait tenir son bout jusqu’en demi-finale. L’équipe B de n’importe quel autre pays se retrouverait probablement en ronde de relégation.

En résumé, comme on a pu le voir par les performances d’Équipe Canada Junior et en analysant bien les différentes formations année après année, le programme de hockey de Canadien va bien et le hockey au pays est loin d’être en décroissance. Il n’y a évidemment pas seulement Équipe Canada Junior comme pays intéressant à regarder, mais comme l’indique les performances de la formation et le classement de l’IIHF, la nation canadienne est encore la plus forte. On se revoit en décembre prochain, à Edmonton et Red Deer, pour regarder une fois plus notre beau programme de hockey à l’oeuvre qui va aller à la défense de son titre, et peut-être bien, rafler l’or de nouveau..

Crédit photo: Hockey Canada, RDS, Arizona Sports, NHL.com

À lire aussi sur le 7e Match

La formation du CH et les 3 clés du match contre les Jets ce soir :

Formation du CH – Match Jets vs Canadiens

La signature d’Ilya Kovalchuk pourrait avoir encore plus de positif qu’on pouvait croire :

L’arrivée d’Ilya Kovalchuk pourrait aussi rassurer Alexander Romanov

Maxim Musorov a démontré son immense talent au dernier CMJ:

Maxim Musorov: la lueur Kazakhe

Mots clés: , , , , , , , , ,