Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Les avances perdues : le système de Claude Julien n’aide pas la cause du Canadien


Par Daniel Vanier

Les matchs se suivent et se ressemblent pour les hommes de Claude Julien cette saison. Lors lors du dernier match contre les Rangers jeudi dernier, les Canadiens ont à nouveau laissé filer une avance de plusieurs buts avant de s’incliner.

Une situation anormale et alarmante

La situation du Canadien devient franchement inquiétante.
Le chroniqueur de RDS, François Gagnon, mentionnait dans sa chronique d’après-match jeudi soir que la situation du Canadien ne devenait pas seulement gênante, mais aussi de plus en plus alarmante :
«Une fois ou deux, c’est normal. Trois, quatre ou cinq ; on peut comprendre. Rendu à six, on doit commencer à être préoccupé puisqu’une mauvaise et dangereuse habitude est en train de s’installer.Mais quand tu es rendu à 10 défaites, dont six en temps règlementaire, alors que tu menais après deux périodes (18-6-4) et que tu n’as gagné que sept fois alors que tu menais par un but après 40 minutes (7-5-4) ça devient carrément gênant.»

Au 30e rang de la LNH à ce chapitre

Kevin Vallée du blogue Dans Les Coulisses, faisait remarquer que le Canadien est au 30e rang de la LNH lorsqu’il détient l’avance après 2 périodes de jeu.

Bref, les observateurs s’entendent sur un point : visiblement il ya quelque chose qui ne va pas chez le Canadien. Qu’est-ce qui fait que cette équipe perd systématiquement ses avances ? Peut-être que la réponse, ou du moins une grande partie de celle-ci se retrouve dans le système de jeu de leur entraîneur

Du jeu trop défensif

Nous remarquons que lorsque le Canadien prend une avance en 3e période ou encore vers la mi-chemin de la 2e, il se met alors à jouer défensif à outrance en se contentant de lancer la rondelle dans le fond du territoire. Les joueurs vont encore lancer sur le gardien, mais ce sera en majeure partie des tirs de loin ou encore en périphérie du filet. Très peu de tirs vont venir de la zone dangereuse qu’est l’enclave. Les hommes de Claude Julien se mettent aussi à joueur sur les talons en territoire défensif au lieu de continuer à jouer avec agressivité comme il le faisait au cours des deux premières périodes.Le Canadien ne semble pas posséder cet instinct du tueur qui leur permet d’achever leur adversaire lorsque celui-ci se retrouve dans une situation précaire. Ou encore, peut-être que leur entraîneur les menotte en les empêchant de continuer à se porter à l’attaque. S’ils jouent pratiquement toujours de la même manière inefficace lorsqu’ils possèdent une avance, c’est fort possiblement, car c’est ce qu’on leur demande de faire.On ne veut pas dire que Julien leur demande de jouer de façon inefficace, mais ils leur demandent sûrement d’être prudents….Trop prudents. Les joueurs du Tricolore n’écoutent donc que les directives.

Ne pas rester les bras croisés

Fermer le jeu lorsqu’on possède une avance à la mi-partie fut un système fortement préconisé par certaines équipes il y a une 20aines d’années. Le jeu défensif permettait à ces formations moins talentueuses de remporter plusieurs victoires. Cependant, la LNH a changé. Le jeu est plus rapide et plus ouvert qu’auparavant. Il faut s’adapter, et c’est une chose que Claude Julien ne semble pas décidé à faire. On ne peut plus prendre les devants tôt dans une partie puis se mettre à reculer, jouer défensif et se fier sur le talent de son gardien. Ça ne suffit plus.

Demeurer les bras croisés lorsqu’on subit les attaques adverses est insuffisant. Il faut se défendre en contre-attaquant.

Jouer comme si c’était 0-0

Carey Price mentionnait après le match que l’équipe doit continuer à jouer comme si c’était 0-0:
« On nous enseigne depuis le niveau pee-wee à entreprendre la troisième période comme si le score était 0-0. Il me semble qu’on devrait être en mesure de comprendre ça ».

Donc, jouer comme si c’était 0-0 cela ne veut pas dire reculer constamment et attendre l’erreur de l’adversaire. Cela veut dire continuer de joueur avec agressivité et ténacité et d’aller chercher un but. Peu importe que ce soit 3-0, il ne faut pas cesser l’attaque. La pente sera plus difficile à remonter pour l’adversaire avec un 4e but.

Les joueurs perdent confiance

Julien a dit après le match que le Tricolore a joué encore une fois de façon inconstante :
« On a joué 40 bonnes minutes de hockey lors des deux premières périodes. Mais encore ce soir, on a été incapables de disputer 60 bonnes minutes. On était sur le bout des pieds pendant deux périodes. On a averti les gars avant la troisième. On leur a dit de rester sur le bout des pieds, de ne pas tomber sur les talons. On leur a dit de continuer à dicter le jeu, de continuer de mettre des rondelles derrière leurs défenseurs comme on le faisait depuis le début du match. À un moment donné, ça doit venir d’eux. Je n’ai pas d’autres choses à dire ».

Jouer sur le bout des pieds ? Cela ne semble pas convaincant. Cela semble un peu trop prudent. Il faut plutôt patiner à fond de train. C’est bien beau lancer la rondelle derrière les défenseurs adverses pour ensuite tenter de la récupérer, mais cela devient aussi trop facilement prévisible.
Ce style de jeu ne fonctionne tout simplement plus dans la LNH en 2020. Il faut plutôt orchestrer des attaques qui vont surprendre l’adversaire. Oui, jouer un peu plus prudemment est bon, mais pas à outrance. Cela ne fait que permettre à l’adversaire de récupérer et de finir par revenir dans le match.

Ces avances perdues et ces critiques incessantes de la part de leur entraîneur ne font que miner la confiance des joueurs. De mémoire, nous avons rarement vu un entraîneur critiquer aussi souvent ses joueurs, surtout ses jeunes. Il est normal que certains joueurs aient moins envie de se défoncer pour le coach par la suite.
Claude Julien ne semble pas vouloir s’adapter. Tôt ou tard il va finir par en payer le prix.
Malheureusement, pour lui, pour le plus grand bien du Canadien de Montréal, il semble de plus en plus évident que ce serait beaucoup mieux plus tôt que tard !

Crédit photo :RDS.ca

À lire aussi sur le 7e Match

Le Rocket recevra de l’aide de Jesse Ylönen :

Jesse Ylönen va se joindre au Rocket


Un but et un moment mémorable:

Il y a 10 ans, Sidney Crosby électrisait une nation

Les Canadiens perdent une autre avance:

L’histoire se répète pour le Tricolore

Mots clés: , , ,

Une réponse “Les avances perdues : le système de Claude Julien n’aide pas la cause du Canadien”

  1. Tom Charbonneau
    1 mars 2020 à 20:56

    Fini Claude Julien à Montréal et dites moi pk à Montréal ont ramené toujours des joueurs ou entraîneur deux fois dans leurs vie

    Dales weise
    Michel terrien
    Claude Julien
    Et la des rumeurs aménagé Halak pour ça fait ça à montreal