Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Que s’est-il passé avec Sean Day?


Par Guillaume Arcand

Avec toute l’attention médiatique autour de Connor Bedard et des joueurs à obtenir le statut de joueur exceptionnel dans la LCH, l’affaire Sean Day a refait surface. Dans ce texte, on va décortiquer le comment du pourquoi de l’affaire Sean Day et de la déception qu’il engendre depuis qu’il est devenu le 4e joueur à obtenir un tel statut après John Tavares, Aaron Ekblad et Connor McDavid.

Résumé du parcours de Sean Day

Afin de retracer la genèse de cette précieuse attribution qui a précédé cette déception constante, il faut remonter en 2013-14, où Day jouait sa première saison dans la OHL avec les Steelheads de Mississauga alors qu’il était le joueur le plus jeune du circuit, et de loin. Voici un fait intéressant: Day jouait sa saison recrue dans le junior pendant qu’un autre défenseur à qui on avait offert le même statut 3 ans auparavant, Aaron Ekblad, était en train de vivre son année de repêchage au niveau de la LNH.

Après une première saison (2013-14) assez pauvre en résultat dans le cas du défenseur de 6’2, la saison 2014-15 aurait dû être une campagne déterminante pour l’actuel espoir des Rangers de New York dans son ascension vers la gloire et le succès d’un défenseur étoile. Hélas, il a connu une saison tout juste acceptable pour un défenseur qui aspire à être choisi au premier tour.

L’année 2015-16 fut encore plus loin d’une saison correcte pour un défenseur aspirant à être exceptionnel. Ça n’empêche pas les Rangers de New York de choisir le gros défenseur avec leur choix de 3e tour (2016). Lors des saisons 2016-17 et 2017-18, l’ancien des Steelheads a été échangé lors de chacune de ces saisons.

Chaque fois, on disait que les deux équipes qui ont décidé d’effectué une transaction pour obtenir le défenseur actuellement âgé de 22 ans avait un bon coup. Chaque fois, les équipes ayant fait l’acquisition du défenseur qui a reçu le précieux statut avaient payé le gros prix. Toutefois, être échangé après avoir reçu un tel honneur est quand même quelque chose de décevant.

Présentement, le défenseur gaucher fait la navette entre la AHL et la ECHL alors qu’il en est à sa 2e saison chez les pros, ce qui est, encore une fois, aux antipodes des attentes envers un joueur qui accède à la LCH à 15 ans via le statut de joueur exceptionnel. La bonne nouvelle est que dans le cas de Day, on peut encore aspirer à une carrière potable dans la LNH, même si on sait que faire partie de l’élite est relève maintenant presque de l’impossible.

Trop de pression?

Évidemment, quand on reçoit un tel statut de la part des dirigeants de la LCH, on se fait un nom autour de la planète hockey avant même de mettre un pied sur une patinoire de la LHJMQ, de la OHL ou de la WHL.

Néanmoins, les individus recevant le privilège en question viennent tout juste de fêter leur 15 ans. Ce qui veut dire que votre frère, votre fils ou même votre voisin qui était en train de terminer son secondaire 3 avant qu’on entre tous en confinement pourrait être la même personne que celui dont tous les partisans de hockey parlent comme étant le prochain John Tavares.

John Tavares

Parfois, toute cette pression appliquée sur les épaules dès l’adolescence sur un jeune qui est loin d’atteindre sa pleine maturité est parfois nocive, voire toxique. C’est peut-être un des facteurs ayant empêché l’espoir des Rangers d’atteindre les niveaux habituellement atteints par les joueurs ayant reçu ce même statut.

Il ne faut pas oublier que ces statuts sont octroyés à des joueurs qui pensent être en mesure d’affronter la pression, la vague médiatique et qui croient pouvoir jouer dans le junior majeur dès l’âge de 15 ans. Mine de rien, il ne faut pas également échapper comme détail que ces jeunes aspirant à ce statut sont encore au secondaire.

Un statut réellement d’exception?

À mon avis, le problème de ce statut tant prisé et estimé n’est pas le statut lui-même et le fait qu’il devance d’une saison l’admissibilité de certains joueurs dans le junior majeur. La problématique se retrouve dans le nom, où le mot ”exceptionnel” est présent. Avec ce mot connoté dans le nom, on croit tous qu’automatiquement, les joueurs ayant reçu ce titre se doivent absolument de devenir des John Tavares. La photo de l’entête de ce texte en est un très bon exemple. La journaliste Aly Munroe, qui couvre les activités des Steelheads, surnommait déjà le pauvre Sean Day «Monsieur exceptionnel» à son arrivée.

Le statut est décerné afin que des joueurs, jugés assez bons, fassent le saut dans la LCH une année plus tôt que prévu.

Parfois, il est bon de donner ce titre, non pas parce que le joueur en question est en voie de devenir le prochain Connor McDavid, mais bien, car il est tout simplement prêt à faire le saut 1 an avant tous les autres joueurs de sa cohorte, et ce n’est pas une mauvaise chose. Joseph Veleno est un très bon joueur ainsi qu’une très bonne sélection au 30e rang en 2018, mais ce n’est pas un joueur de la trempe de John Tavares, loin de là.

Toutefois, lui donner cette opportunité de jouer dans la LHJMQ en étant d’âge Midget ne l’a pas nuit. Il n’était pas un joueur franchise à en devenir, mais il était prêt à faire le saut, lui qui sortait d’une saison de 52 points en 41 matchs dans la ligue Midget AAA avant sa sélection en 2015.

Joe Veleno

Des joueurs comme Veleno et Day ont pu faire leur entrée une saison plutôt que prévu pas nécessairement, car ce sont de futurs joueurs franchises, mais bien, car ils étaient prêts à faire le grand saut. Il faut aussi se rappeler que bien des hockeyeurs de haut calibre ont tourné le dos à ce genre de privilège tant prisé.

Nathan MacKinnon et Sidney Crosby n’ont pas fait le saut dans la LHJMQ dès l’âge de 15 ans, et cela ne les a pas empêché d’exploiter leur plein potentiel. Donc, ceci dit, ce titre n’est pas accordé à des joueurs destinés à faire partie de la même classe que John Tavares, et dès qu’on attribue ce statut à un joueur x, il ne devient pas automatiquement un joueur qui peut métamorphoser n’importe quelle franchise de la LNH.

Donc, que s’est-il passé avec Sean Day?

Donc, pour tout dire, ce qui s’est finalement passé avec Day est tout à fait normal. Le chemin emprunté par le gros défenseur n’a rien d’anormal et semble tout à fait approprié pour un joueur partageant son potentiel, hormis le fait qu’il a fait le saut dans le circuit junior un an plus tôt que les autres joueurs de sa cohorte.

Ce statut a été accordé au défenseur Ontarien car il avait la charpente pour jouer dans la OHL, et non pas, car il était vu comme étant le prochain Bobby Orr. Day n’a pas déçu, quand, à la base, on n’aurait jamais dû lui imposer toute cette pression.

Le vrai problème dans cette histoire, qu’on pourrait même évoquer dans celle de Joe Veleno, n’est pas le joueur lui-même, mais bien comment on voit le statut. Je persiste à croire que cet honneur est quelque chose de peu fréquent et qu’on doit le décerner seulement à des joueurs qui en valent vraiment la peine.

Toutefois, c’est le statut qui est exceptionnel, et non pas nécessairement le joueur. Il faut que les amateurs ainsi que les analystes se mettent à l’idée que ce ne sont pas tous les joueurs qui vont recevoir ce statut qui vont marquer des buts à profusion dans la LNH.

Parfois, le titre sera décerné à un joueur de la trempe à Connor McDavid. À d’autres occasions, un joueur ira au repêchage de la LHJMQ, de la OHL ou de la WHL un an plus tôt que prévu tout simplement, car il a le talent pour le faire et aussi, car il semble perdre son temps dans les calibres inférieurs.

En résumé, ce qui s’est finalement passé avec Sean Day est normal. Il ne déçoit aucunement si on évite d’avoir des attentes démesurées envers lui. Ce qui a fait l’affaire Sean Day une histoire aussi racontée est la vision du statut de joueur exceptionnel, qui est quelque peu mal perçu par beaucoup trop de personnes.

Crédit photo: Last Word on Hockey, Sportsnet, Mississauga News, Hockey Writers

À lire aussi sur le 7e Match

Voilà un record qui risque d’appartenir au Canadien aussi longtemps que celui des Coupes Stanley :

Un record du Canadien de Montréal qui sera difficile à battre

Jamie Drysdale transformera l’équipe qui va le repêcher :

Le Canadien doit tenter de mettre la main sur Jamie Drysdale

Le jeune homme de 20 ans a été victime d’un geste disgracieux:

Le jeune espoir des Rangers, K’Andre Miller, victime d’un grave incident raciste

Mots clés: , , , , , ,