Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

3 pays qui sont sur le déclin au hockey


Par Guillaume Arcand

Même si, globalement, on peut observer une augmentation de la popularité du hockey sur la planète, il reste que plusieurs nations n’arrivent pas à tirer leur épingle du jeu, surtout parmi cette montée d’autres pays autrefois faibles. Voici les 3 pays qui ne suivent pas la tendance globale, et ainsi la 2e partie d’un texte en 2 parties dont la première, portant sur les pays en progression, se trouve ici.

3-Russie

N’allez pas croire que je pense sincèrement que la Russie est sur le point de totalement décliner au niveau hockey et qu’elle n’a plus sa place parmi l’élite mondiale. Il fallait 3 pays, et si les nations qui connaissent des avancées au niveau hockey sont nombreuses, celles qui vont vers le bas sont évidemment assez rares.

La Russie est encore une puissance et, comme on a pu le voir lors du plus récent CMJ, la nation bleu-blanc-rouge peut encore gagner des médailles. Sauf que, elle n’est plus ce qu’elle était auparavant.

Dans la première partie de ce texte, qui relate des pays qui connaissent une ascension (et dont le lien se trouve au bas du texte), la Finlande se retrouve numéro 3 des pays le plus en croissance. S’il y a 10 ans, la Russie était supérieure à la Finlande par une marge assez significative, voilà qu’aujourd’hui, le pays scandinave se trouve devant la nation d’Europe de l’Est.

Vasili Podkolzin

Oui, la Russie a des super vedettes dans ses rangs comme Alex Ovechkin et Evgeni Malkin, et malgré leur âge, ce sera des joueurs extrêmement dominants pour encore un bon moment. Cependant, ces deux athlètes exceptionnels ne sont pas éternels, et ne font pas partie de la relève russe, qui traîne un peu de la patte.

Mis à part leur deux étoiles dans la mi-trentaine, en plus de la relève assez déficiente si on compare à d’autres nations croissantes, la profondeur est peu présente. Le nombre de joueurs dominants venant du plus gros pays au monde est plus petit qu’on le pense pour une nation dominante.

On peut aussi constater une petite baisse de régime lors des mondiaux juniors. Depuis le CMJ 2008, c’est seulement 5 matchs de la médaille d’or, dont une seule victoire lors de ce précieux match, qui se trouvent dans le compteur Russe. Entre 1992 et 2007, on parle ici de 9 matchs de finales et 3 médailles d’or pour l’ancienne URSS.

On peut rapidement constater une baisse de régime. La Russie est encore une grande nation de hockey, mais elle est passée de possible légitime #2 après le Canada à un top 5 mondial, ce qui est un glissement remarquable si on compare à d’autres pays.

2-Slovaquie

Depuis quelques années, les performances des Slovaques lors du CMJ nous révèle bien des choses. De plus en plus, l’ancienne partie Est de la Tchécoslovaquie voit la Suisse, l’autre pays qu’on peut considérer dans la bataille pour le 7e rang mondial, creuser l’écart et prendre du terrain pour ce fameux 7e rang.

Si les performances de la Slovaquie lors des mondiaux juniors semblent être sur le déclin, il faut aussi savoir que des vedettes comme Marian Hossa et Lubomir Visnosvky sont à la retraite. Marian Gaborik n’a pas chaussé les patins depuis la saison 2017-18 et Zdeno Chara n’est pas loin du tout d’accrocher ses patins. Aucun joueur slovaque ne semble être en mesure d’être à la hauteur de leurs compatriotes retraités et ainsi de faire rayonner leur pays comme ces grands joueurs slovaques l’ont si bien fait.

Martin Fehervary

La Slovaquie régresse à vue d’oeil si on analyse bien la performance du pays d’Europe Centrale en 2015, où elle a coupé le souffle de l’ensemble de la planète hockey en gagnant la médaille de bronze. Oui, c’est un exploit impressionnant qui donne l’impression que la nation rivale à la République tchèque est sur la bonne voie.

Toutefois, détrompez-vous. Cette médaille de bronze est une illusion. Les deux principaux acteurs de cet énorme accomplissement étaient Martin Reway et Denis Godla. Hélas, si Reway n’a pu développer son potentiel dû à des problèmes cardiaques, Denis Godla n’a pu transporter son caractère et son enthousiasme à l’extérieur de ce championnat international.

Donc, les performances de chacun des deux athlètes slovaques n’étaient pas vraiment représentatif de leur carrière, et n’ont pu aider la Slovaquie à freiner sa descente aux enfers après ce championnat. Au bout du compte, la Slovaquie n’a pas fait un si grand pas vers l’avant qu’on pourrait le croire. Le hockey en Slovaquie va beaucoup plus mal qu’on le pense.

1-Danemark

On peut parler des sévères bas de la Slovaquie, mais au moins, du côté du voisin de la République tchèque, on parvient à rester dans le groupe mondial au niveau junior. Du côté du Danemark, après avoir passé 5 championnats consécutifs dans le seul groupe qui est traditionnellement diffusé sur RDS et TSN, on a été retourné en D1A en 2019 après un affreux tournoi.

Lors du plus récent mondial junior, le pays scandinave est passé à un cheveu de se faire envoyer dans la division en dessous, la D1B, ce qui aurait été une première pour les Danois depuis le réarrangement des divisions au CMJ. Ceux qui ont été relégués en 3e division ont été les Slovènes, quelque chose qui était écrit dans le ciel bien avant que le CMJ D1A se mette en marche.

Jonas Rondbjerg

Chaque année, la formation pilotée par Olaf Eller depuis 2013 présente des formations tout aussi fades, vides en talent et pires que l’édition de l’année précédente. Au niveau de la LNH, on retrouve deux bons Danois en Nikolaj Ehlers et Oliver Bjorktrand, qui sont deux joueurs que je recommande fortement dans les pools à chaque année.

Néanmoins, ces deux joueurs risquent d’être les seuls représentants de leur pays dans la grande ligue, car les vestiges danois au sein du circuit Bettman tombent comme des mouches. Lars Eller vient d’atteindre le sommet de son potentiel et il peut servir, au mieux, comme excellent 3e centre dans cette ligue.

Frans Nielsen qui fait envier toutes les équipes de la LNH sauf la sienne, c’est quelque chose appartenant au passé. Mikkel Boekder n’est plus ce qu’il était. Bjorkstrand et Ehlers sont encore jeunes, mais une relève de deux joueurs ne suffit amplement pas.

Aussi, il n’y a rien qui garantit l’appui d’autres compatriotes, car les pépinières des organisations de la LNH sont loin de déborder de jeunes Danois. Joachim Blichfield et Alexander True des Sharks ont de beaux potentiels, mais ce n’est pas suffisant pour faire du Danemark une nation qui progresse, sauf s’ils dépassent les standards et les attentes.

Jonas Rondjberg des Golden Knights n’est pas mauvais du tout, mais il est loin de pouvoir changer le visage d’une nation à lui seul. Le voisin de l’Allemagne a connu des jours bien plus sombres, comme la saison 2007-08 où il n’y avait aucun joueur danois dans la LNH.

Toutefois, on a atteint le sommet du potentiel danois lors des dernières années avec les Ehlers et les Nielsen de ce monde, mais on risque de connaître une autre période creuse et difficile. On pourrait croire que le Danemark a progressé récemment, mais ceci n’était rien de plus qu’un feu de paille.

Certaines nations oubliées?

Beaucoup vont croire que des pays comme le Canada et les États-Unis devraient figurer dans ce top 3 avant les trois nations nommées plus haut. Les deux nations Nord-Américaines n’ont pas leur place dans une telle liste.

Dans un autre texte, j’ai parlé que le programme de hockey canadien était plus qu’en santé. En ce qui concerne le programme de hockey américain, il produit encore une quantité très respectable de joueurs de qualité.

Les Américains sont encore solides et représentent une équipe aspirante à chaque CMJ, eux qui ont terminé 3 des 4 derniers tournois avec une médaille au cou. Le Canada et les États-Unis se débrouillent bien malgré le fait que d’autres nations cognent à la porte et progressent à vue d’oeil.

Même si notre sport national au pays commence à être de plus en plus adopté à travers le monde, il reste que ce n’est pas nécessairement partout que le hockey va bien, et on peut le remarquer à travers ces 3 exemples. Toutefois, rassurez-vous. En dehors des 3 pays de cette chronique, les nations sur le déclin au hockey sont très peu fréquentes.

Première partie du texte:

Crédit photo: Knights On Ice, GettyImages, Last Word on Hockey

À lire aussi sur le 7e Match

Voici les bons et les mauvais côtés d’une signature du robuste défenseur avec le CH:

Les pour et les contre de signer Dustin Byfuglien pour le Canadien

Une analyse de la nouvelle acquisition du Canadien :

VIDÉO : Vasili Demchenko ne semble pas mauvais du tout !

La ténacité d’Ève Gascon est formidable. Voici une entrevue avec la jeune gardienne qui ne cesse d’établir des records :

Ève Gascon : Un exemple de ténacité

Mots clés: , , , , , , , , ,