Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

L’équipe toute étoile du Canadien de Montréal faite par TSN fait jaser


Par Daniel Vanier

Le réseau TSN a décidé de faire une équipe toute étoile pour chacune des 7 équipes canadiennes de la LNH. Elle a donc publié hier son équipe toute étoile du Canadien. Comme toujours lorsque quelqu’un se prête à ce genre d’exercice, il y a des oublis et des désaccords. Cependant, cette fois-ci, l’équipe concoctée par TSN porte définitivement à la critique.

 TSN disait comme introduction à son texte, écrit par Steve Dryden, que de choisir une équipe toute étoile est difficile. Dryden a utilisé l’expression « a mug’s game», car cela ne donne pas à la personne qui fait l’exercice aucun bénéfice ou or satisfaction. Il ajoute que c’est presque un acte de masochisme.
Il est vrai que c’est un acte difficile, mais il faut avouer que l’équipe de TSN ne s’est pas aidée avec ses choix.

Les critères décidés par TSN

Tout d’abord, il faut tenir compte que l’équipe de TSN s’était imposé des critères à respecter. Les voici :

□ l’équipe: Elle doit être composée de 2 gardiens, six défenseurs, 12 attaquants et un joueur fondamental
□ Les membres de cette équipe doivent avoir joué au minimum 225 parties avec les Canadiens
□ Il faut qu’il y ait un membre de cette équipe d’étoiles de tous les temps, qui soit un joueur de l’équipe de 2019-20 des Canadiens
□ les joueurs doivent être sélectionnés à la position qu’ils ont jouée avec les Canadiens
□ Une des 4 lignes d’attaque doit être une ligne efficace en défensive et en mise en échec
□ Une paire de défenseurs doit être composée de défenseurs efficaces principalement en défensive qu’on utilisera contre les meilleurs attaquants adverses
□ Les lignes d’attaques et les duos en défensive ont été mis ensemble, car ils ont une chimie. Ils ne seront donc pas nécessairement les premiers , 2e et 3e meilleurs à leurs positions,
□ Les joueurs fondamentaux sont des joueurs qui sont définis comme des joueurs qui sont l’ADN de la franchise
□ Les derniers joueurs coupés sont exactement comme le dit l’expression, ceux qui ont été les derniers retranchés et qui ont raté la sélection finale de peu.

Voici ce que donne une fois ces critères respectés l’équipe toute étoile du Canadien de Montréal par TSN :

Voici maintenant ceux qui ont, selon eux, raté la formation toute étoile de peu :

G: Patrick Roy, 1985-95
LD: Jacques Laperriere, 1963-74
RD: P.K. Subban, 2010-16
LW: Aurel Joliat, 1922-38
C: Elmer Lach, 1940-54
RW: Yvan Cournoyer, 1964-79

Comment ignorer Patrick Roy ?

<

TSN a décidé d’ignorer Patrick Roy pour leur formation toute étoile. C’est un non-sens. Cela a fait grimpé bien des observateurs aux barricades, dont Raphaël Doucet qui voit Roy là avant Price et Dryden:

Les gens de la station sportive ont mentionné que la position de gardien représentait pour eux la position la plus difficile à choisir, car il y avait 5 membres du temple de la renommée à cette position. Ils ont décidé d’accorder le poste de numéro 2 de cette formation à Carey Price qui est après tout le No. 1 de la franchise pour les victoires. Cela nous va et cela permet de combler la demande d’avoir un membre de la formation de
2019-20 au sein de cette équipe.

Ils se demandaient ensuite qui choisir comme le numéro 1 entre les 2 gagnants de 6 Coupes Stanley que sont Jacques Plante et Ken Dryden, un autre qui a été nommé 6 fois au sein de la première équipe d’étoiles de la LNH en Bill Durnan, Un autre qui a nommé 2 fois le meilleur joueur des séries éliminatoires en Patrick Roy ou encore un autre qui a inscrit 22 blacnchissages en 44 parties (1928-29).

TSN a écarté Georges Vezina,celui dont le nom a été donné au trophée honorant le meilleur gardien de la LNH, car il n’a pas joué les 225 matchs minimum requis. Il a disputé 88 matchs avec les Canadiens.

À la fin, TSN a opté pour Dryden.

Ils mentionnent que Roy avait toutefois un gros point en sa faveur, car il a trainé l’équipe sur ses épaules lors des coupes Stanley de 1986 et 1993. Il n’avait pas des formations aussi talentueuses devant lui que celles qu’avait Ken Dryden dans les années70 ou Plante dans les années 50. C’est justement ce point qui nous fait choisir Patrick Roy de notre côté.

Ils rappellent toutefois que Dryden a inscrit une marque extraordinaire de 258 victoires et 57 revers en carrière.Cependant, nous croyons que Patrick Roy, et même Carey Price, sont des gardiens supérieurs au niveau technique à Ken Dryden. Ce sont donc nos 2 choix.

il ne faut pas sous-estimer Jacques Lemaire

De son côté, Grant McCagg s’insurge de l’absence de Jacques Lemaire.Il mentionne que Lemaire était fort probablement le meilleur joueur défensif de son époque. Nous nommes d’accord avec Grant McCagg et nous ajoutons qu’outre ses excellentes statistiques offensives (2 fois parmi le top 5 de la LNH avec des saisons de plus de 90 points et qu’il a toujours au moins compté 20 buts lors de ses 12 saisons dans la LNH) qui l’ont aussi classé au 7e rang de l’équipe pour les points accumulés, Lemaire est au 5e rang de l’histoire de l’équipe pour le meilleur différentiel avec + 349 :

Où est Yvan Cournoyer ?

Le 7e Match va ajouter son grain de sel en ajoutant à la liste des grands oubliés par l’équipe de TSN, Yvan Cournoyer. TSN l’a ajouté dans ceux qui ont raté l’équipe de peu, mais c’est un non-sens qu’il ne fait pas partie de cette formation au départ. Le «Roadrunner», qui pouvait jouer autant à l’aile droite qu’à l’aile gauche est au 6e rang des meilleurs pointeurs de l’histoire du CH avec ses 863 points en 968 matchs tout en étant un excellent leader et un grand capitaine.

Mats Naslund et Mario Tremblay

Toujours du côté de l’attaque, nous croyons que Mats Naslund et Mario Tremblay devraient faire l’équipe au détriment de Dickie Moore et Claude Provost. Mats Naslund est le 2e meilleur pointeur de l’histoire l’équipe chez les ailiers gauches avec une fiche de 612 points en 617 matchs. Cela positionne le «petit viking» aussi au 12e rang de l’équipe toutes positions comprises. Pour ce qui est de Tremblay, il pourrait apporter une présence encore plus physique que Claude Provost. Ce dernier était tout de même capable de le faire malgré sa petite taille comme le prouvent ses 83 minutes de pénalité en 48 partie à sa dernière saison dans le junior avec le Canadien junior et sa saison de 71 minutes avec le grand Club. Nous avons finalement tranché pour le « Bleut Bionique», car avec ses 5 saisons de plus de 100 minutes de pénalités, son jeu efficace des deux côtés de la patinoire et ses 584 points en 852 matchs ( Provost a obtenu 5 points de plus, mais en 1005 parties ) Mario Tremblay apportera plus de possibilités au 4e trio.

L’équipe du 7e Match

Voici donc l’équipe toute étoile des Canadiens de Montréal du 7e Match :

Gardiens :

Patrick Roy et Carey Price

Attaquants :

Steve Shutt-Jean Béliveau- Guy Lafleur
Yvan Cournoyer-Henri Richard-Maurice Richard
Mats Naslund-Howie Morentz-Bernard «Boom boom» Geoffrion
Bob Gainey-Jacques Lemaire-Mario Tremblay

Défenseurs :

Nous n’apportons aucun changement à la défensive. Nous sommes d’accord avec les choix de TSN. Toutefois, le duo Robinson-Savard serait notre premier duo. Donc :

Larry Robinson-Serge Savard
Doug Harvey-Émile«Butch» Bouchard
Guy Lapointe-Chris Chelios

Damphousse, Markov et Weber parmi les derniers retranchés:

G: Ken Dryden, 1985-95
LD: Andrei Markov, 2000-17
RD: Shea Weber, 2016-20
LW: Dickie Moore, 1951-63
C: Vincent Damphousse, 1940-54
RW: Claude Provost, 1955-70

Comme vous le constatez, 3 des membres de nos derniers retranchés faisaient partie de la formation partante de TSN. Nous avons cependant préféré de justesse Andrei Markov à Jaques Laperrière pour le défenseur gaucher. Pour ce qui est du défenseur droitier, nous n’avons pas eu d’hésitations. Shea Weber est un défenseur plus complet que P.K. Subban. Il rentre aussi dans le critère du minimum de 225 matchs joués pusiqu’il en a disputé 227 jusqu’ici avec le CH. Au poste de centre nous avons choisis Vincent Damphousse au détriment d’Elmer Lach, mais c’était très serré entre les deux. Lach a obtenu 623 points en 664 matchs, alors que Damphousse en a 498 en 519 parties jouées. Tous les deux sont donc très près de la moyenne d’un point par match. Damphousse étant légèrement plus productif, nous avons finalement tranché en sa faveur. Guy Carbonneau et Toe Blake sont victimes de l’incroyable profondeur du Canadien de Montréal au niveau de l’attaque à leur position respective.

Pour ce qui est du joueur fondamental, de l’entraîneur et du directeur général, nous sommes tout à fait d’accord avec les choix de TSN qui sont Jacques Plante, Scotty Bowman et Sam Pollock.

Voici donc ce que donnerait notre équipe étoile de tous les temps du Canadien de Montréal. Quelle serait la vôtre ? Faites-nous part de votre opinion !

si vous désirez lire le texte complet de TSN c’est ici :

Crédit photo : Compte Twitter de Dave Stubbs

À lire aussi sur le 7e Match

Voilà une nouvelle des plus surprenantes dans le monde du hockey :

Les Blackhawks congédient leur président


Voici une erreur qui aurait pu coûter très cher:

Un joueur repêché par les Packers de Green Bay refuse l’appel de l’équipe


Voici 3 pays qui connaissent une belle progression au hockey :

3 pays en croissance au hockey

Mots clés: , , , , ,