Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Voici pourquoi le gardien Yaroslav Askarov est un choix à éviter dans le top 10



Par Guillaume Arcand

Avant le début du dernier Championnat mondial de hockey junior, beaucoup voyaient Yaroslav Askarov comme étant le meilleur espoir chez les gardiens de but depuis Carey Price. Après un désastreux CMJ pour Askarov, le gardien russe était sorti de presque tous les tops 10 qui existent, comme si les amateurs et les analystes avaient repris leurs esprits après le tournoi international du temps des fêtes. Voici pourquoi Yaroslav Askarov n’est pas un joueur à prendre dans les 10 premières sélections.

Les gardiens sortent rarement au premier tour

Voir des gardiens choisis dans le premier tour est un phénomène qui est maintenant rare. On peut aussi noter que bien des équipes ne mettent pas la main sur un seul portier durant l’entièreté d’un repêchage.

Faites l’inventaire des gardiens numéro 1 de chaque équipe de la LNH et dans tous les gardiens de l’inventaire, faites le pourcentage de gardiens choisis au premier tour par rapport au nombre total de gardiens qui occupent un poste de partant. Ensuite, faites le même inventaire, le même pourcentage, bref, la même chose, mais avec les meilleurs 6 meilleurs attaquants de chaque club et les 4 meilleurs défenseurs de chaque formation, et vous verrez que le ratio de joueurs choisis au premier tour sur le nombre de joueurs total est beaucoup plus élevé chez les attaquants et les défenseurs que chez les gardiens.

Oui, il y a plusieurs excellents joueurs aux grosses jambières qui ont réussi à trouver preneur dans les 30 premières sélections de leur repêchage. Il ne faut pas le nier. Toutefois, des vedettes au poste d’attaquant et de défenseur qui ont eux aussi vu leur nom être appelé au premier tour, il y en a également, et en très grand nombre.

Évidemment, pour bâtir une équipe gagnante, il faut des bons joueurs à toutes les positions, dont devant le filet. Seulement, trouver de bons portiers n’est pas une tâche très difficile, et c’est pour ça que d’utiliser un choix élevé pour mettre la main sur un joueur aux grosses jambières n’est jamais quelque chose de très conseillé par les recruteurs.

Il y a beaucoup d’exemples concrets de gardiens qui n’ont pas été sélectionnés dans les 30 premiers joueurs de leur encan, mais qui sont efficaces aujourd’hui. Il s’agit, entre autres, d’ Henrik Lundqvist (6e ronde), Connor Hellebuyck (5e ronde), John Gibson (3e ronde), Pekka Rinne (8e ronde), Jonathan Quick (3e ronde), MacKenzie Blackwood (2e ronde), Darcy Kuemper (6e ronde), Antti Raanta (non repêché), Robin Lehner (2e ronde), Frederick Andersen (3e ronde), Ben Bishop (3e ronde) et Corey Crawford (2e ronde).

Aussi, une autre raison expliquant pourquoi trouver un joueur fiable entre les filets n’est pas la tâche la plus ardue qui existe est que les Coyotes ont 2 gardiens numéro 1 dans leur rang, et ils n’ont pas eu besoin d’hypothéquer leur équipe en entier pour y parvenir.

Donc, utiliser un choix pour se procurer un gardien de but quand on repêche dans les 10 premiers n’est jamais l’idée du siècle, sauf quand le gardien en question est d’une exception rare. Askarov est justement loin d’être une exception.

Mauvais rendement au CMJ-20…

Avant le dernier CMJ U20, Askarov était vu comme étant le meilleur gardien de but éligible à un repêchage en 15 ans. Après le tournoi junior et sa performance peu reluisante, c’est comme si beaucoup d’entre nous s’étaient rendu compte que le portier russe est à des kilomètres d’être la version russe de Carey Price.

Le gardien qui a fêté ses 18 ans le 16 juin dernier joue dans la VHL, la 2e meilleure ligue de Russie, une ligue très peu connue par les amateurs de hockey hors Europe. Si nos gros médias sportifs couvraient plus ce qui se faisait dans la VHL, le portier de 6’3 n’aurait probablement jamais été vu comme un choix top 5 au prochain repêchage.

Parlons de sa prestation au WJC U20, où il a été affreux. Compilant un dossier moyen de 2,71 de buts accordés en moyenne et un très faible pourcentage d’efficacité de ,877 en 5 matchs joués, ces chiffres sont normaux pour un gardien aussi jeune participant à ce tournoi. Seulement, beaucoup juraient que le gardien russe était une denrée rare, et s’il était vraiment une denrée rare, il aurait su, malgré son jeune âge, être un gardien équivalent aux gardiens de 19 ans qu’il affrontait.

Ces chiffre-là sont loin d’être ceux d’un gardien qui aspire à être considéré comme un espoir top 5 de son année de repêchage. Si jamais le russe de 18 avait offert des chiffres moindrement bons, vous auriez probablement vu un texte de ma part sur Askarov qui contiendrait une phrase ressemblant à ça pour le vanter: ”malgré qu’il était jeune, Askarov a compilé des bonnes stats au dernier CMJ”. Toutefois, celui qui est vu comme étant le meilleur gardien admissible au prochain repêchage n’a pas su être celui qui se méritait une telle reconnaissance.

Plus loin des statistiques, toujours lors du plus récent mondial junior, celui qui porte les couleurs du SKA-Neva St-Petersbourgh dans la VHL accordait non seulement un gros nombre de buts par rapport au nombre de tirs qu’il recevait, mais de plus les buts qu’il laissait passer auraient été arrêtés sans trop de difficulté par la majorité des portiers présents au tournoi.

Les filets alloués par le jeune portier était souvent des tirs pas très puissants qu’il pouvait voir. J’entends déjà les excuses sur les performances d’Askarov comme ”il est jeune”, ”les gardiens prennent parfois plus de temps à se développer” et ”le CMJ est un petit tournoi où tellement de choses peuvent survenir”.

Attention, je ne dis pas que le portier russe est mauvais et qu’il va décevoir. Néanmoins, c’est difficile de bâtir un statut de gardien d’exceptionnel autour d’un gardien qui a été rien de plus que mauvais lors d’un tournoi où ce même gardien était protégé par l’équipe russe, formation qui a passé bien près de rafler l’or et qui a présenté sa meilleure formation défensive, avec, entre autre, Alex Romanov et Yegor Zamula, depuis longtemps.

…Et pas un gros rendement dans la VHL non plus

Askarov peut remercier toutes les équipes pour qui il a joué cette année, car toutes ses formations l’ont bien protégé. S’il a pu profiter une très bonne équipe de hockey devant lui avec la Russie au CMJ, avec le SKA-Neva St-Petersbourgh, son club dans la VHL, il bénéficiait d’une protection luxueuse.

L’équipe de St-Petersbourgh a terminé la saison avec 41 victoires en 54 matchs, une fiche bonne pour le 3e rang de la ligue, qui compte 34 équipes. Malgré le fait qu’il jouait pour un très bon club de hockey, le portier natif d’Omsk a présenté un pourcentage d’efficacité de ,922.

Ça peut sembler très bon à première vue, mais dans la VHL, une ligue où c’est difficile de marquer des buts, c’est loin d’être suffisant pour faire partie de l’élite. Le portier de 6’3 a terminé au 47e rang sur 86 gardiens dans cette statistique chez les gardiens ayant joué 10 matchs ou plus, donc il se situait donc seulement dans la moyenne de son circuit.

Tout ça, alors qu’il n’occupait même pas le poste de gardien numéro 1 de son club. Le double médaillé d’argent sur la scène internationale n’a joué que 18 des 54 matchs qu’a disputés le SKA-Neva St-Petersbourgh.

Malgré qu’il n’avait pas un nombre démesuré, loin de là, de départs, Askarov est loin d’avoir tout détruit et de faire partie de l’élite de la VHL. Il est vrai que le gros portier russe était un jeune loup dans une ligue d’homme, mais la VHL, ce n’est pas la crème de la crème des ligues professionnelles.

La 2e ligue de Russie est pas mal loin derrière des grosses ligues Européenne comme la SHL et la Liiga.

Nuance SVP!

Le but du texte n’est pas de dire que Yaroslav Askarov va figurer parmi les déceptions du repêchage 2020 et qu’il ne sera jamais plus qu’un auxiliaire dans le circuit Bettman. Le but est seulement de montrer que le jeune russe est loin d’être la version rajeunie de Sergei Bobrovsky.

Comme on a pu le voir par l’actuelle saison qu’a connu l’espoir au prochain repêchage ou bien par sa technique, Askarov n’est pas un risque énorme dans les alentours du 15e ou du 20e choix, mais une équipe qui le prend avant la 10e sélection risque fort bien d’avoir des remords dans le futur. Selon moi, le gardien russe est du niveau de Spencer Knight, au mieux.

Bref, Yaroslav Askarov est un gardien au potentiel élevé qui risque fort bien d’offrir de très bonnes années de gardien numéro 1 à l’équipe qui mettra la main sur lui. Toutefois, le portier russe est un risque bien trop élevé à prendre dans les 10 premières sélections.

Crédit photo: CTV News, NHL Rumors, The Hockey Writers, The Athletic, The Draft Analyst

À lire aussi sur le 7e Match

LDT décide de faire passer le médecin en lui avant le joueur de football:

NFL : Laurent Duvernay-Tardif décide qu’il ne jouera pas cette saison

 Le DG des Coyotes, John Chayka, aura d’importantes décisions à prendre pour que les Coyotes puissent conserver Taylor Hall :

Les Coyotes n’ont pas du tout les moyens de conserver Taylor Hall en ce moment

Les Devils mettent la main sur un entraîneur congédié à deux reprises quand un jeune coach prometteur dans leur cour était disponible ! :

Embauche de Lindy Ruff: Alain Nasreddine oublié?

Mots clés: , , ,