Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Formation du CH – Match Penguins vs Canadiens #3


Par Gabriel Asselin

Après avoir vu les Penguins niveler les chances dans la série au meilleur des cinq matchs suite à une victoire par la marque de 3 à 1 lundi, le Canadien recroisera le fer avec la formation de la Pennsylvanie ce soir. Ce troisième duel s’amorcera également sur le coup de 20h. Contrairement aux deux premiers matchs, Claude Julien aura l’avantage du dernier changement pour les matchs 3 et 4.

L’alignement partant

À l’attaque !

Du côté de l’attaque, le Tricolore a fait belle figure lors du troisième vingt lors de la rencontre de lundi et il est possible que Claude Julien n’apporte aucun changement. Cela signifierait que Charles Hudon, Jake Evans et Ryan Poehling seraient laissés de côté.

Défendons-nous ! :

Du côté de la défensive, la situation est difficile à prédire puisque le Tricolore n’a pas tenu d’entraînement mardi. Cependant, Cale Fleury, Noah Juulsen, Gustav Olofsson et Christian Folin étaient laissés de côté lundi.

Arrêt-Stop, on ne passe pas ! :

Carey Price sera à son poste devant la cage des siens et Charlie Lindgren le secondera.

Formation projetée pour le match de ce soir :

Les trois clés du match :

1- Attention à …
Sidney Crosby

On s’entend pour dire que la pointage final de 3 à 1 n’a pas reflété l’allure de la rencontre de lundi alors que le Tricolore a été largement dominé et indiscipliné au cours des 40 premières minutes de l’affrontement, dans un match qui aurait facilement pu se terminer par un écart de quatre ou cinq buts. Heureusement pour les partisans qui souhaitent une victoire du Tricolore, les hommes de Claude Julien sont parvenus à “contenir” la dangereuse attaque des Penguins en ne concédant que cinq buts, dont un dans un filet désert au cours des deux premières joutes de la série. Parmi les quatre rondelles qui ont trompé la vigilance de Carey Price, deux sont provenus du bâton de Sidney Crosby. Il s’agissait d’ailleurs, à chaque reprise, du premier but du match des hommes de Mike Sullivan. Malgré qu’il n’ait pu enfiler l’uniforme des siens qu’à 41 reprises en 69 rencontres cette saison, le numéro 87 des Penguins a tout de même récolté 16 buts et 31 mentions d’aide pour une production de 47 points, dont 17 acquis avec l’avantage d’un homme. De plus, l’ancienne gloire de L’Océanic de Rimouski possède d’excellentes statistiques en carrière contre la formation montréalaise, amassant 19 buts, dont quatre buts gagnants, et 33 mentions d’aide pour 52 points en 40 joutes contre le Canadien. Bref, Crosby est le principal pourvoyeur de filets chez les Penguins depuis le début de la série et les hommes de Claude Julien devront l’avoir à l’œil s’ils veulent retrouver le chemin de la victoire.

2- Alléger la charge de travail de Carey Price

Il ne fait aucun doute que sans l’excellente performance de Carey Price lors de la première rencontre de la série, le Canadien serait au bord du gouffre en prévision du match de ce soir. Le portier du Tricolore a également connu une très bonne soirée de travail lors de l’affrontement de lundi, mais il n’a aucunement été épaulé par ses coéquipiers devant lui, qui l’ont, ni plus ni moins, laissé à lui-même au cours des 40 premières minutes de jeu. Après avoir laissé les Penguins tenter un stratosphérique total de 96 tirs vers la cage de leur portier au cours de la première joute, les hommes de Claude Julien ont beaucoup mieux fait lors du deuxième duel en réduisant ce nombre à seulement 71 lancers. Malgré cette différence significative, Carey Price n’a eu qu’à faire face à seulement quatre tirs au but de moins, sans compter bien sûr le but dans un filet désert, que les 41 rondelles de la première rencontre. Ce qui signifie, qu’en deux matchs, Price a répoussé 74 des 78 tirs dirigés pour un taux d’efficacité exceptionnel de 0,949. Même s’il s’agit du portier le mieux payé du circuit Bettman, il est humainement impossible, ou presque, de demander mieux contre quelque-uns des meilleurs francs-tireurs de la Ligue nationale. Bref, le Canadien dépend des performances de son gardien de but vedette depuis de trop nombreuses années et il est plus que temps qu’il reçoive un peu de support de son attaque si le Tricolore veut faire partie des formations élites nord-américaines.

3- Être discipliné

Il s’agit là d’une clé que j’avais également mentionné lors de l’avant-match en prévision de la rencontre de lundi, mais force est d’admettre que l’indiscipline du Tricolore a largement contribué à la victoire des Penguins afin de niveler la série avant le troisième opus de ce soir. Même si les hommes de Mike Sullivan ne sont pas parvenus à capitaliser en cinq opportunités avec un homme en plus, ces infractions ont clairement brisé le rythme du Tricolore au cours des 40 premières minutes de l’affrontement. Par la suite, les hommes de Claude Julien ont été nettement plus menaçants en restant loin du cachot au cours du dernier vingt. Lors d’une saison entière, une équipe peut écoper d’une dizaine d’infractions pour avoir eu trop d’hommes sur la glace au cours d’une même saison. Or, le Tricolore s’est fait prendre deux fois en défaut dans un intervalle de seulement huit minutes en première période lundi, rien pour mousser ses chances de victoire. Plusieurs croient, à tort, qu’ine telle infraction est attribuable à l’entraîneur, mais c’est plutôt les joueurs qui sautent prématurément sur la patinoire. Deux des trois autres jeux de puissances ont été offert par Joel Armia, qui a été anormalement puni à trois reprises lors de la rencontre numéro 2. Bref, malgré que les Penguins n’ont capitalisé qu’une seule fois en douze tentatives depuis le début de la série, nettement en-deçà de leur efficacité de 20% en saison régulière, le Tricolore doit cesser de jouer avec le feu s’il veut retrouver le chemin de la victoire.

En suivant ces trois clés, le Canadien reprendre les devants dans la série.

Crédit photo : NHL.com (4 fois)

À lire aussi sur le 7e match:

Jake Muzzin nous a donné une sacrée frousse :

VIDÉO : Une scène très inquiétante impliquant le défenseur des Maple Leafs, Jake Muzzin

La mauvaise réputation de Carey Price en séries éliminatoires est injuste. Voici une analyse qui vient le prouver :

Carey Price n’a pas aussi mal fait en séries éliminatoires que certains tentent de le laisser croire

Nous avons vécu un moment historique lors du premier match CH-Penguins !

Une première depuis 1923 lors du 1er match de la série Canadiens-Penguins

Mots clés: , ,