Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

”Conor Garland ne se rendra jamais dans la LNH”


Par Guillaume Arcand  

Si le titre de ce texte est écrit entre guillemets, c’est parce que c’est une phrase que nous avons probablement tous déjà prononcée. Du moins, c’est impossible qu’il y ait pas au moins une personne qui n’a jamais douté des chances de Conor Garland de se tailler une place dans la LNH. Aujourd’hui, alors qu’il vient de connaître une très bonne saison et qu’il joue du hockey de qualité dans la bulle, on peut maintenant constater que Garland a fait mentir la grande majorité d’entre nous.

Des doutes persistants

Garland a disputé son dernier match junior le 1er mai 2016, et même si cela date de plus de 4 ans, pour beaucoup de partisans de hockey junior, c’est comme si ces souvenirs de l’actuel numéro 83 des Coyotes qui terrorisait les défensives adverses dans la LHJMQ et qui récoltait des points à un rythme d’enfer dataient d’hier. C’est une saison de 128 points, et une autre de 129, que l’ailier droit a réussi entre 2014 et 2016.

Ensuite sont venus les débuts dans le monde professionnel de Garland, en 2016-17. Hélas, c’est à ce moment qu’on a commencé à douter de ses chances d’avoir un rôle dans une formation de la LNH. Beaucoup avaient abandonné dans son cas. Je me souviens avoir lu des commentaires qui ressemblaient à ”on peut oublier l’expérience de la LNH pour lui” et ”c’est si dommage de le voir échouer en milieu professionnel après autant de succès dans le junior”.

Après avoir inscrit 41 points en 110 matchs lors de ses deux premières saisons professionnelles dans la ligue américaine, beaucoup ont jeté la serviette dans le cas de l’attaquant de 5’10, ce qui n’est pas anormal quand on prend un peu de recul. C’est alors que la saison 2018-19 était synonyme de lumière au bout du tunnel pour l’attaquant natif de Scituate au Massachusetts, qui jouait la dernière année de son contrat recrue.

Garland a alors empilé les succès avec les Coyotes et le club-école. Un texte parlant en détail des succès de la saison 2018-19 de l’ancien des Wildcats de Moncton du même auteur se trouve juste ici. La table était mise pour une très belle campagne 2019-20.

Saison 2019-20 bien différente des projections

2019-20 marquait la saison où on allait voir quelque chose qu’on a pas vu depuis 2015-16: un Conor Garland dominant, sous les projecteurs et très important pour son équipe. Auteur de 39 points, dont 22 buts, en 68 matchs dans la saison régulière compressée par la crise sanitaire mondiale, l’américain aujourd’hui âgé de 24 ans est loin du joueur passif qu’il était à ses premiers pas dans le hockey professionnel.

Même lors de ses années juniors, il n’y avait pas énormément d’amateurs qui voyaient le numéro 83 occuper un poste de top 6 au sein d’un alignement d’une équipe du circuit Bettman. Alors que nous avons tous eu de sérieux doutes à un moment ou à un autre lors des 2 premières campagnes chez les pros du protégé de Rick Tocchet, il faut avouer qu’on est tombé quelque peu dans le panneau au sujet du droitier.

Lors de la prochaine saison, Rick Tocchet va fort probablement offrir un rôle dans un de ses deux premiers trios au choix de 5ème tour en 2015, et alors qu’il touchera un maigre salaire 925 000 $ US, Garland sera une véritable aubaine pour la prochaine saison. C’est un scénario qui n’était pas facile à concevoir dans nos têtes quand Garland portait les couleurs des Wildcats de Moncton, celui qui aurait prédit un tel revirement de situation dans le cas de l’attaquant américain aurait été pris pour un fou.

Bref, on s’est pas mal tous trompé dans le cas de Conor Garland, alors qu’on peut le considérer comme un attaquant top 6 quand beaucoup ne le projetaient dans aucune formation du circuit Bettman un jour il y a à peine 3 ans. Avec la progression fulgurante qu’il a connue au cours des dernières saisons, si Garland continue sur cette courbe, on pourra vraiment dire que les Coyotes de l’Arizona ont pis la bonne décision en demeurant patients avec lui.

Crédit photo: Howlin’ Hockey, The Hockey News

À lire aussi sur le 7e match:

Le CH réussit l’improbable et élimine les Penguins :

Carey Price blanchit et envoie les Penguins en vacances

RJ Barrett sera une véritable vedette au sein du circuit Silver et deviendra probablement le meilleur joueur canadien à enfiler un chandail de la NBA à ce jour :

RJ Barrett: le prototype canadien de Michael Jordan

La mauvaise réputation de Carey Price en séries éliminatoires est injuste. Voici une analyse qui vient le prouver :

Carey Price n’a pas aussi mal fait en séries éliminatoires que certains tentent de le laisser croire

Mots clés: , , ,