Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Formation du CH – Match Canadiens vs Flyers #2


Par Gabriel Asselin

Après avoir perdu la première rencontre par le pointage de 2 à 1, le Canadien recroisera le fer avec les Flyers de Philadelphie pour le deuxième match de la série cet après-midi sur le coup de 15h. Conduit d’urgence à l’hôpital hier, Claude Julien rentrera à Montréal suite à l’implantation d’une endoprothèse dans une artère coronaire. Les médecins prévoient un rétablissement complet de sa part.

L’alignement partant

À l’attaque !

Du côté de l’attaque, Kirk Muller devrait conserver les mêmes trios que lors de la première rencontre de la série. Cela signifierait que Jordan Weal, Charles Hudon et Ryan Poehling seraient laissés de côté.

Défendons-nous ! :

Du côté de la défensive, Cale Fleury, Noah Juulsen, Gustav Olofsson et Christian Folin devraient à nouveau regarder le match depuis la galerie de presse comme c’est le cas depuis le début des séries éliminatoires.

Arrêt-Stop, on ne passe pas ! :

Carey Price sera à son poste devant la cage des siens et Charlie Lindgren le secondera.

Formation projetée pour le match de ce soir :

Les trois clés du match :

1- Attention à …
Sean Couturier

Lorsqu’il n’y a que trois buts inscrits dans le premier match d’une série au meilleur des sept rencontres, sans qu’un seul joueur ne parvienne à inscrire deux points durant sa soirée de travail, cela est signe que le match a été relativement axé sur la défensive. On ne peut pas dire cependant que l’affrontement de mercredi a été terne et sans saveur pour autant. Si les statistiques de bases ne désignent pas un joueur qui s’est clairement démarqué, outre les gardiens de but évidemment, le portrait est légèrement éclairci lorsqu’on jette un œil un peu plus en profondeur. Dans cette optique, on peut dire que Sean Couturier a joué un rôle important dans la victoire des siens lors du premier match. Celui qui est finaliste pour le prochain trophée Selke en compagnie de Patrice Bergeron et Ryan O’Reilly n’a récolté aucun point mercredi, mais il a tout de même tenté huit tirs vers la cage de Carey Price, dont quatre ont atteint la cible. Ces deux statistiques représentent des sommets parmi les hommes d’Alain Vigneault au cours de cet affrontement. Celui qui a la nationalité américaine de naissance, mais qui a joué son hockey junior avec les Voltigeurs de Drudmonville a été également efficace dans d’autres facettes du jeu comme en font foi ses cinq mises en échec, ses deux revirements provoqués et son différentiel de +1. Par contre, le joueur de 27 ans est particulièrement reconnu pour être très efficace au cercle des mises en jeu, parmi les meilleurs du circuit Bettman à ce chapitre, et il n’a pas dérogé à ses bonnes habitudes lors de la joute de mercredi. En 14 duels, Couturier à eu le meilleur à neuf reprises, soit une réussite de 64,3%, mais il n’a eu le dessus qu’à cinq reprises en dix confrontations contre Phillip Danault. En comparaison, son efficacité au cours de la totalité de la dernière saison régulière s’élève à un spectaculaire 59,6%, soit au premier échelon de la Ligue nationale parmi les joueurs de centre qui ont pris part à au moins 500 mises en jeu cette saison. En comparaison, Claude Giroux et Patrice Bergeron pointent aux 4e et 6e échelons avec des efficacités respectives de 59,0 et 57,9%. Bref, Sean Couturier a été excellent dans plusieurs facettes du jeu mercredi et le Tricolore devra le ralentir s’il veut augmenter ses chances de niveler la série cet après-midi.

2- Être plus opportuniste

Le Canadien est seulement parvenu à tromper la vigilance de Carter Hart à une seule reprise lors du premier duel entre les deux équipes, en avantage numérique de surcroît, mais on ne peut dire que les hommes de Claude Julien n’ont pas obtenu leurs chances de mériter un meilleur sort. Il est vrai d’affirmer que ce duel oppose deux gardiens au sommet de leur art alors que Carey Price a maintenu un taux d’efficacité de ,947 lors de la série contre les Penguins, en plus de réaliser un arrêt qui restera assurément dans les annales de la Ligue nationale pour un bon moment, tandis que Carter Hart n’a concédé que trois buts en autant de matchs depuis le début du tournoi à la ronde. Le but de Shea Weber est survenu alors que le portier des Flyers n’avait aucune idée de l’emplacement pendant un instant, ce qui a donné tout le temps du monde au capitaine du Tricolore afin de dégainer dans une cage béante. Hormis ce but, Hart a été en plein contrôle tout au long du match et il a frustré à plusieurs reprises les joueurs du Tricolore quand ces derniers obteanaient une bonne occasion de marquer. Cependant, les hommes de Claude Julien ont une parti du blâme qui leur revient. On a qu’à penser à Artturi Lehkonen, qui a plutôt mal paru en trébuchant par lui-même alors qu’un surnombre à deux contre zéro se dessinait sur un plateau d’argent. Nick Suzuki a également frappé la barre transversale en toute fin de rencontre, tandis que Paul Byron a fendu l’air dans l’enclave suite à une belle remise d’un coéquipier en milieu de rencontre, si ma mémoire ne me fait pas défaut. Tous s’entendent pour dire que la Sainte-Flanelle a allègrement dominé le deuxième vingt, mais il n’a trouvé le fond du filet qu’à une reprise au cours de cet engagement, alors que deux ou trois buts auraient porté un dur coup aux hommes d’Alain Vigneault. Bref, le Tricolore aurait facilement pu se sauver avec le premier match de la série avec un peu plus d’opportunisme et cette aspect du jeu devra être plus au point aujourd’hui si le Canadien veut éviter de se retrouver en arrière 0-2.

3- Jouer un match de 60 minutes

Le Canadien a disputé, dans l’ensemble, un bon match lors du premier duel entre les deux les deux équipes, mais de légers creux de vagues ont permis aux Flyers d’inscrire leurs deux buts et ainsi se sauver avec la précieuse victoire. Les hommes d’Alain Vigneault ont été très intenses dans les premières minutes de la rencontres, mais le Tricolore est parvenu à rester nez-à-nez avec la formation de la Pennsylvanie. Cependant, peu de temps après, le Canadien a été incapable de décocher le moindre tir vers la cage de Carter Hart pendant plus de huit minutes, permettant aux Flyers de prendre le contrôle du premier tiers, et ceux-ci ont ouvert le pointage pendant cet intervalle. Le Tricolore a eu besoin de 26 minutes de jeu afin de répliquer au but des Flyers par l’entremise de Shea Weber sur le jeu puissance. Ce but aurait dû permettre à la formation montréalaise de croire qu’une victoire était à portée de main, mais la situation a été simplement réinitialisée en seulement 16 secondes suite au but de Joel Farabee. Le Canadien a encaissé une quantité difficilement calculable de buts dans la dernière minute d’une période cette saison ou peu de temps après avoir trouvé le fond du filet, à un tel point que cette lacune est une des principales raisons pour lesquelles le Tricolore a conclu la saison régulière ua 12e échelon au lieu d’être dans la lutte pour les huit premières positions disponibles. Ce genre de léger relâchement a été monnaie courante cette saison et cela semble se poursuivre en séries éliminatoires. Bref, le Tricolore augmentera considérablement ses chances de l’emporter s’il joue un match complet de 60 minutes, ou plus s’il y a prolongation, au lieu de 45 ou 50 minutes.

En suivant ces trois clés, le Canadien pourrait niveler les chances dans la série.

Crédit photo : NHL.com (4 fois)

À lire aussi sur le 7e match:

Claude Julien vit des moments inquiétants :

Claude Julien hospitalisé

Voici le résumé et les vidéos des buts et des faits saillants du 1er match contre les Flyers :

Les Flyers remportent un premier match chaudement disputé

Voici quelques raisons expliquant la pauvre fiche des Leafs en séries éliminatoires :

Les déboires des Maple Leafs en séries sont parmi les pires de la LNH

Mots clés: , ,