Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

L’expulsion de Jesperi Kotkaniemi démystifiée



Par Gabriel Asselin

Le Canadien a forcé la présentation d’un sixième match contre les Flyers de Philadelphie en l’emportant par le pointage de 5 à 3 mercredi soir dans la ville-bulle de Toronto. Ce sixième affrontement sera présenté vendredi sur le coup de 19h.

Cependant, ce qui a retenu particulièrement l’attention suite à cette rencontre est l’expulsion, en deuxième période, du joueur de centre du Tricolore, Jesperi Kotkaniemi. Dans cet article, je tenterai de démystifier la décision, qui a été loin de faire l’unanimité, rendue à l’endroit du jeune attaquant finlandais.

Tout d’abord, pour ceux qui n’ont pas vu le geste en question, le voici :

Premièrement, de nombreuses personnes ont affirmé que Kotkaniemi ne cherchait qu’à compléter sa mise en échec et que Travis Sanheim ne s’est aucunement protégé alors qu’il tentait de rejeter le disque derrière Carey Price. Ce point est très plausible alors qu’il est parfaitement légal de mettre en échec le porteur du disque ou quelques instants après que ce dernier ce soit débarrassé de la rondelle, principalement en séries éliminatoires alors que le jeu robuste est monnaie courante.

Là où ça se corse par contre, c’est que Sanheim n’est pas sorti indemne de ce dur contact le long de la bande. En effet, ce dernier a eu besoin de l’aide d’un thérapeute pour rejoindre le banc des siens, en plus de subir une coupure près de l’œil droit. Cependant, et étrangement, le défenseur n’a pas eu à se soumettre au protocole de commotion cérébrale. Le geste de Kotkaniemi est survenu à 1:45 de la deuxième période et Sanheim a effectué sa présence suivante sur la patinoire seulement 50 secondes plus tard, à compter de 2:35. Cependant, Chris Lee n’avait pas cette dernière information au moment de rendre sa décision.

De plus, Chris Lee, dont une forte majorité des partisans du Tricolore s’entendent pour dire qu’il n’est pas impartial lors des rencontres de la Sainte-Flanelle, avait déjà décidé que le geste de Kotkaniemi méritait une pénalité avant d’aller voir la reprise vidéo afin de déterminer si la sanction allait être une pénalité de deux ou cinq minutes. Il a rapidement rendu sa décision, probablement influencé par le fait que Sanheim a été blessé sur la séquence.

Je vous entends déjà dire que Brandon Tanev n’a même pas été puni, ni suspendu d’ailleurs, pour un geste d’une gravité probablement supérieure contre Jake Evans lors de la ronde qualificative. Matt Niskanen s’en est également tiré indemne mercredi, mais il devrait s’entretenir avec le préfet de discipline de la LNH, George Parros, aujourd’hui concernant son double-échec à l’endroit de Brendan Gallagher.

Mais, revenons à Kotkaniemi. À partir du moment où Chris Lee a décidé que le geste du Finlandais méritait une pénalité majeure, il n’avait d’autres choix que de l’expulser de la rencontre, comme le stipule clairement le livre des règlements.

En effet, selon le règlement 41,5, lorsqu’une pénalité majeure est imposée pour avoir donné de la bande et que cette mise en échec résulte en une blessure, une inconduite de match est aussitôt imposée au joueur fautif.

Voici le règlement en question :

Heureusement, il semblerait que Kotkaniemi ne sera pas puni davantage pour son geste, si on en croit Eric Engels.

Crédit photo : NHL.com

À lire aussi sur le 7e match:

Voici le résumé et les vidéos des faits saillants du 5e match contre les Flyers :

Le Canadien débloque et force la présentation d’un sixième match

La finale de la NBA risque d’offrir un scénario holywoodien :

Prédiction: la finale de la NBA sera synonyme de retrouvailles

Ce n’est pas pour rien que les 2 jeunes attaquants du CH ont reçu les éloges des joueurs des Flyers :

Le Canadien de Montréal devient de plus en plus l’équipe de Jesperi Kotkaniemi et Nick Suzuki

Mots clés: , ,