Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Zachary L’Heureux: un Jakob Pelletier sur certains points… et excellent en tout point



Par Guillaume Arcand

Ça fait déjà un bon moment qu’on entend parler de lui en bien. En 2019-20, le monde a enfin pu découvrir ce véritable talent qu’est Zachary L’Heureux. Maintenant, on peut l’affirmer avec assurance: l’attaquant québécois sera un des meilleurs représentants de la LHJMQ du repêchage de 2021 ainsi qu’un potentiel choix de premier tour lors de son année de repêchage.

Toujours en dehors du lot

La question n’est pas: ”Qui est Zachary L’Heureux?”. La question est plutôt: ”À quoi ressemble la feuille de route de ce jeune joueur québécois absolument étincelant? » On a peu entendu parler de l’attaquant natif de Montréal, car il jouait pour une puissante formation, les Wildcats de Moncton, dont les options en attaquants étaient hautement nombreuses.

Toutefois, on a quand même fait l’éloge de ses performances, qui étaient rien de moins qu’époustouflantes. Chez les joueurs nés en 2003 dans la LHJMQ, l’ancien des Grenadiers de Châteauguay a terminé au tout premier rang pour les points (53) ainsi que pour la moyenne de points par matchs (0,97).

Cet impact aussi hâtif dans le junior majeur ainsi que cette domination de la part de l’attaquant québécois sont des choses qui n’auraient jamais dû surprendre personne. 3e choix au total du repêchage 2019 du circuit Courteau, L’Heureux a toujours su compiler des statistiques extraordinaires et sortir facilement du lot.

En 2017-18, le gaucher a récolté 23 points en seulement 14 rencontres, et s’il s’agit de chiffres hallucinants, ce n’est pas tout. Ces chiffres spectaculaires ont été amassés alors que L’Heureux a été promu hâtivement dans le Midget Espoir cette année-là quand il était censé jouer une 2e année dans le Bantam. En 2018-19, ayant fait ses classes avec les Grenadiers de Châteauguay dans la ligue Midget AAA du Québec, il a cumulé 52 points en 41 matchs, bon pour le 10e rang, tout âge confondu, du circuit de développement.

Ça ne date définitivement pas d’hier: du côté de la feuille de pointage, peu importe la ligue, celui qui évoluera pour les Mooseheads lors de la saison 2020-21 a le don d’en mettre d’en plein la vue

Des ressemblances avec Jakob Pelletier

Zachary L’Heureux n’est pas Jakob Pelletier. Les deux jeunes québécois sont des joueurs qui sont loin de venir du même ordre. Ils sont très différents.

Cependant, on peut recenser des similitudes entre les deux talentueux attaquants. Après tout, ils ont tous les deux partagé le même vestiaire le temps d’une saison, et quand on en est à nos premiers pas, on cherche de bons mentors sur qui se fier.

Et quoi de mieux qu’un joueur aussi réputé que Jakob Pelletier afin de s’en servir comme modèle. Il faut surtout savoir que les deux anciens porte-couleurs des Wildcats ont évolué sur un même trio pendant une bonne période de temps l’an dernier.

Dans les points communs que partagent les deux Québécois, les deux ont été échangés par les Wildcats lors du repêchage 2020 du circuit Courteau, les deux ont été choisis 3e au total dans chacun de leur repêchage respectif par cette même formation de Moncton et chacun d’eux a récolté une moyenne d’un point par match lors de leur saison recrue dans le junior majeur, en plus d’avoir été en mesure de compiler des chiffres étincelants partout où ils passent depuis le début de leur adolescence.

Évidemment, il est très facile de faire des comparaisons en se basant sur des similitudes entres deux joueurs quand on se fie sur des statistiques ou d’autres faits peu significatifs dans des comparaisons du genre. Toutefois, celui qui va disputer sa 2e campagne dans la plus grosse ligue junior au Québec en 2020-21 poursuivra sa progression en ayant bénéficié des probables conseils du choix de premier tour des Flames de Calgary en 2019, et cela pourrait être remarqué dans son jeu.

Aussi, les deux athlètes vont fort probablement connaître le même taux de succès au niveau professionnel. Toutefois, cela ne veut pas dire que L’Heureux et Pelletier sont nécessairement similaires en tout point.

Un espoir de premier tour?

C’est normal que lors de la saison 2019-20, les espoirs les plus mentionnés étaient ceux qui sont éligibles à la séance de sélection 2020 de la LNH. Cependant, alors que les performances de L’Heureux passaient quelque peu sous silence, la nouvelle acquisition des Mooseheads de Halifax commençait à prouver à l’entièreté de la planète hockey que les différents recruteurs des différentes formations du circuit Bettman devront l’avoir à l’oeil.

En fait, tel que mentionné plus tôt dans le texte, L’Heureux n’est pas tout à similaire à Jakob Pelletier, mais on peut réussir à recenser plusieurs choses en commun entre eux. Un autre parallèle que l’on peut faire entre ces espoirs est comment ils se situent par rapport à leur compatriote québécois de leur année de repêchage, et même ceux de l’année précédente.

Si on faisait un petit recensement des joueurs provenant de la belle province sélectionnés en 2018 et 2019 lors du traditionnel encan de la LNH, ce n’est pas être atteint de la folie de dire que l’espoir des Flames est le meilleur de ce recensement. Du côté de l’espoir en vue du repêchage 2021, si dire qu’il est meilleur que tous ses confrères du repêchage 2019 de la LHJMQ comme Joshua Roy et Justin Robidas, qui sont aussi admissibles à la séance de sélection 2021, ne fait pas l’unanimité, on peut affirmer en toute confiance que l’attaquant québécois est meilleur que tous les jeunes talents de notre province qui seront choisis lors du repêchage 2020.

Sans rien enlever à de beaux potentiels comme Hendrix Lapierre ou Mavrik Bourque, L’Heureux est un joueur supérieur à tous les Québécois qui auraient monté sur l’estrade au Centre Bell en juin dernier si ce n’était pas du phénomène qui perdure depuis 6 mois. Si l’attaquant des Mooseheads n’a pas eu une grosse couverture médiatique en 2019-20, il risque brûler les lèvres lors de la saison qui est sur le point de commencer dans le junior majeur.

Ne soyez pas surpris, mais L’Heureux sera considéré comme un potentiel espoir de premier tour en cours d’année. C’est une question de temps avant qu’on réalise son réel potentiel.

Un marqueur dans l’élite

Zachary L’Heureux a un style de jeu qui peut paraître conventionnel pour le jeu d’un marqueur, mais qui possède certaines facettes intéressantes et qui se distinguent de la normale. Il est difficile de ne pas parler de l’attaquant de 5’11 sans évoquer son coup de patin, qui fait de lui un joueur très dynamique ainsi qu’un attaquant rapide capable de se défaire de la couverture défensive adverse avec sa vitesse.

Ce qu’on peut également déceler du jeu de l’attaquant montréalais, c’est sa confiance avec la rondelle. Chaque fois qu’il touche au disque, celui qui a fêté ses 17 ans le 15 mai dernier n’a peur de rien, peu importe dans quel contexte il est en possession de rondelle. C’est entre autres cela qui fait de lui un très bon joueur pour contrôler la rondelle.

Cette confiance lui permet également de réaliser de belles manoeuvres individuelles avec la rondelle, lui permettant de déjouer solidement un joueur adverse. Celui qui a joué pour les Grenadiers du Lac Saint-Louis dans le Midget Espoir possède un bon hockey IQ.

Si, comme cela a été dit il y a quelques phrases, que L’Heureux peut y aller de belles prouesses, il ne les exécute pas seulement afin de bien paraître ou d’être, comme on dit dans le jargon, un show off. Ces petites manoeuvres, il les réalise seulement lorsqu’il juge que c’est pertinent et opportun d’en faire autant.

Évidemment, il est difficile de croire que l’arsenal offensif d’un aussi bon marqueur comme L’Heureux ne soit pas composé d’un excellent lancer. Les allusions et références à Jakob Pelletier dans ce billet sont présentes en grande quantité, mais quand on regarde jouer l’attaquant montréalais, il rappelle étrangement, avec ses qualités de marqueur, Jonathan Marchessault et même Jonathan Huberdeau.

Alors que la saison 2020-21 de la LHJMQ commencera sous peu, préparez-vous à entendre souvent, à mesure que cette campagne va progresser, que Zachary L’Heureux est un nom qui va être prononcé durant le premier tour du repêchage 2021 de la LNH. Si les allusions à Jakob Pelletier dans cette chronique sont nombreuses, dites-vous bien que, considérant qu’il y a beaucoup de dénominateurs communs entre les deux joueurs, le nombre de comparaisons entre ceux-ci va augmenter aussi vite que le développement de L’Heureux.

Crédit photo: Telegraph-Journal, RDS, The Chronicle Herald, Journal le St-François

À lire aussi sur le 7e match:
Voici une analyse détaillée du cas de Max Domi qui démontre que se départir de l’attaquant n’est pas vraiment une bonne chose pour Marc Bergevin :
Voici pourquoi échanger Max Domi n’est pas une bonne idée pour le Canadien
C’est exactement le genre de coup très dangereux que la ligue tente d’enrayer. Voyez le tout dans la vidéo du texte :
Ryan Reaves suspendu
Voici une analyse de Jake Allen et un comparatif avec les anciens gardiens réservistes du CH :
Jake Allen : un très bon coup de Marc Bergevin

Mots clés: , , ,