Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Jean-Luc Foudy: une version assez semblable de son frère Liam



Par Guillaume Arcand

Nous avons tous été un peu surpris lors du repêchage 2018, au moment de la sélection des Blue Jackets, alors que le nom qui est sorti de la bouche de Seth Jones à ce moment-là fut celui de Liam Foudy. Deux ans plus tard, alors que le jeune frère de Liam, Jean-Luc, vit aussi son année de repêchage, on risque bien de voir la famille Foudy brouiller de nouveau les cartes lors de la séance de sélection de la LNH.

Une famille prestigieuse

Alors que Jean-Luc Foudy est présentement classé comme étant un espoir de 2e tour, le scénario vécut par son frère pourrait se répéter. On pourrait voir les Blue Jackets utiliser leur choix de premier tour de manière audacieuse comme ils le font si souvent afin d’ajouter le frère de leur choix de premier tour en 2018 dans leur banque d’espoirs.

Si cette situation, qui semble être tirée d’une série dramatique sportive pouvait se produire chez les Foudy, c’est parce que j’ai comme l’impression que chacun d’eux a été classé plus bas qu’ils ne le devraient. En 2018, Liam était vu comme un espoir de début de 2e tour, et pourtant, il n’était plus disponible après la 18e sélection.

Jean-Luc est pressenti pour être appelé dans les alentours du 45e rang. L’histoire semble se répéter.

Tout ça n’est pas seulement dû au hasard. Les deux Foudy n’ont pas eux la chance d’évoluer dans des conditions optimales lors de leur année de repêchage. Si Liam a joué dans un club qui a connu sa part de difficulté en 2017-18, son petit frère a vu son temps de jeu être limité dû à un surplus de bons joueurs dans sa position en 2019-20.

Conditions pas optimales

Ces deux situations mentionnées dans le paragraphe précédent peuvent vraiment être un facteur négatif et de nuisance pour un espoir vivant la saison où les recruteurs ont les yeux sur lui. Lors de la saison 2019-20, l’attaquant ontarien a amassé 43 points en 59 matchs dans la OHL. Ces statistiques paraissent fades et loin d’être très bonnes pour un joueur aspirant à trouver preneur durant le top 30 du repêchage, et en constatant cela, plusieurs pourraient croire que de vendre à ce point le cadet de la famille Foudy est quelque chose d’absurde.

Cependant, comme mentionné plus tôt, le temps de jeu du protégé de Trevor Litowski était quelque peu limité. Cela est expliqué par une équipe qui essaie de se rendre jusqu’au bout et qui se retrouve avec une impressionnante profondeur au point que plusieurs joueurs se retrouvent dans des rôles plus petits qu’à l’habitude, un peu comme on a vu avec Liam Foudy et les Spitfires en 2019-20.

On a bien pu voir que le fils de l’ex-joueur de football, Sean Foudy, était voué à de plus grandes responsabilités lors de la saison 2019-20, alors qu’en 2018-19, il a compilé 49 points en 63 joutes. Ces 49 points représentaient le 4e meilleur total pour les recrues de 16 ans de la OHL lors de cette campagne.

Qui sont les 3 individus devant Foudy pour cette catégorie? Ce sont des noms très connus comme Cole Perfetti, Jacob Perreault et Quinton Byfield.

C’est donc dire que si, statistiquement parlant, l’attaquant droitier a stagné lors de la saison qui s’est terminé de manière abrupte en mars, ce n’est pas par manque de talent. C’est simplement dû à des responsabilités qui ont diminué par la présence de très bons joueurs de centre comme Tyler Angle et Curtis Douglas.

Alors que chacun de ces deux centres sont âgés, en 2020-21, de 20 ans et dans la mesure ou au moins un de ces deux centres ne sera pas de retour dans la formation de Trevor Litowski, le numéro 93 des Spitfires aura toute la marge de manoeuvre pour en mettre la vue, un peu à l’image de son frère l’année même après suivant son repêchage.

Advenant un départ d’un de ces deux joueurs de centre et d’une promotion dans le top 6 des champions de la Coupe Memorial en 2017 en 2020-21, le joueur de centre de 5’11 pourrait très bien y aller d’une récolte assez près du plateau des 100 points dans une saison écourtée de 60 joutes.

Digne d’être comparé à son frère

Côté qualités et habiletés, Jean-Luc est assez semblable à son frère aîné. Si la fougue de Liam est incontestée, on ne peut en dire autant de Jean-Luc. Cependant, ce n’est pas vrai que l’espoir au prochain repêchage est totalement dépourvu de fougue.

En fait, je dirais même que cet aspect est un rouage important dans le jeu de celui qui a représenté le Canada lors de la Coupe Hlinka-Gretzky en 2019. L’attaquant de 5’11 est un joueur à considérer comme un espoir de premier plan pour son coup de patin de fluide, qui est une qualité qui se marrie bien avec sa fougue, ainsi que pour son dynamisme.

Ajoutez à cela un très bon contrôle et de bonnes habiletés avec la rondelle, une très bonne agilité ainsi qu’une confiance assez difficile à briser, et cela donne un Jean-Luc Foudy, qui est une vraie menace sur la patinoire avec tous ses attributs. L’attaquant natif de la banlieue de Toronto est aussi un véritable créateur d’espace ainsi qu’un joueur qui possède la capacité de faire des mouvements à 360 degrés qu’il exécute seulement lorsque ça en vaut le coup.

L’Ontarien, qui a fêté ses 18 ans le 13 mai dernier, n’a peut-être pas le tir d’un franc-tireur élite, mais il décoche toujours très rapidement et sans avertissement. On peut également faire mention de sa très bonne vision du jeu, lui permettant de penser et de préparer un jeu intelligent avant même qu’il se dessine.

Bien que, comme cela ait été cité plus tôt, l’attaquant des Spitfires n’a peut-être pas récolté les statistiques désirées pour un joueur de sa trempe, tous les points qui sont parvenus de sa palette en 2019-20 ont résulté de ses nombreuses qualités.

On peut maintenant affirmer que Jean-Luc Foudy est le Liam Foudy du repêchage 2020, et non seulement, car ils sont frères tous les deux. On peut aussi espérer un scénario où un 2e membre de la tribu Foudy soit choisi au premier tour en 2 ans.

Crédit photo: Dobber Propects, OHL Writers, NHL Rumors

À lire aussi sur le 7e match:

lukas Reichel est probablement le meilleur passeur chez les ailiers disponibles au repêchage de 2020 :

Lukas Reichel: un marqueur, un attaquant de puissance et un espoir de premier tour

Les partisans du CH devront oublier Jonas Brodin :

Jonas Brodin s’entend à long terme avec le Wild

Voici une analyse détaillée du cas de Max Domi qui démontre que se départir de l’attaquant n’est pas vraiment une bonne chose pour Marc Bergevin :

Voici pourquoi échanger Max Domi n’est pas une bonne idée pour le Canadien

Mots clés: , , , ,