Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Mattias Norlinder: un défenseur anciennement méconnu, maintenant sur le point de briller



Par Guillaume Arcand

Parfois, lors du repêchage, on crie un peu impulsivement au vol lorsqu’un joueur est choisi plusieurs rangs plus tard que prévu ou bien lorsqu’un espoir qu’on estime beaucoup attend très longtemps avant d’être appelé. On l’a tous déjà fait. C’est inévitable. Toutefois, dans le cas de Mattias Norlinder, dans environ 7 ans, alors qu’il risque d’être un rouage extrêmement important pour le Canadien de Montréal, on risque tous de se dire ”Comment ce joueur a pu être encore disponible lors de la 3e ronde, et qu’il ait été repêché seulement lors de sa 2e année d’admissibilité?”.

Une très bonne saison 2019-20

Ça commence à devenir un véritable phénomène depuis plusieurs mois déjà, alors que le nom de Mattias Norlinder circule beaucoup sur les réseaux sociaux.

Si ce n’était pas du fait qu’il soit un espoir de la Sainte-Flannelle, le défenseur suédois sombrerait peut-être dans l’oubli, mais bon, on ne va pas se plaindre qu’un joueur ait enfin la reconnaissance méritée. Cela est en grande partie dû au fait que celui qui a défendu les couleurs des différentes filiales de MODO Hockey en Suède a accompli quelque chose d’assez exceptionnel.

Il a réussi à se tailler une place avec la formation suédoise lors du plus récent championnat junior. En quoi cela représente un exploit?

L’espoir du Canadien a gagné une place au sien de la formation de Tomas Montén, soutirant la place à de très bons défenseurs comme Axel Andersson et Filip Johansson.

Norlinder a réussi à s’acheter du temps de glace très respectable alors qu’il avait un rôle de 7e défenseur derrière Nils Lunkvist, Philipp Broberg, Rasmus Sandin, Victor Soderstrom, Adam Ginning et Tobias Bjonfort, qui sont tous et chacun des défenseurs très prometteurs au brillant avenir.

Considérant que cette défensive est à un niveau plus élevé que la thermosphère en termes de talent, de mobilité et d’habileté, le simple fait de réussir à tirer son épingle au sein de cette ligne bleue est quelque chose qui frôle l’exception.

Les succès du jeune défenseur ont aussi été très présents avec l’équipe de MODO, une formation faisant partie de la ligue Allsvenskan, la 2e division de la ligue de hockey suédoise. Le choix de 3e tour a compilé 18 points en 34 matchs en 2019-20, ce qui est bon pour le 5e rang chez les joueurs nés en 2000 ou après au sein de la 2e ligue de Suède.

Norlinder a aussi terminé la dernière saison de l’Allsveskan avec le meilleur différentiel du circuit (+13), toujours chez les joueurs d’âge junior. Si le nom du défenseur natif de Kramfors devient un genre de phénomène sur les plateformes sociales, c’est entre autres, car dans son cas, la saison 2019-20 n’était rien de moins que synonyme de succès.

Mais où était Norlinder avant 2019-20?

C’est très normal si de plus en plus de blogueurs et de chroniqueurs vous vendent Norlinder comme un possible défenseur élite alors qu’au moment de sa sélection, il y a à peu près un an, très peu d’entre nous avaient connaissance de l’existence de l’espoir du Canadien. C’est simplement qu’il a non seulement pu bénéficier d’une couverture médiatique supplémentaire dû à son étiquette d’espoir du Canadien, mais il a aussi profité de cette même étiquette pour se faire valoir encore plus.

Le défenseur de 20 ans n’avait pas une grosse visibilité avant que le Canadien le repêche et que tous ses partisans s’intéressent soudainement à son cas. En 2017-18, la plus grosse ligue où le Suédois a évolué était la ligue junior de suède, appelé SuperElit. La saison suivante, en 2018-19, celui qui défendra les couleurs du HC Frolunda en 2020-21 a encore roulé sa bosse dans la ligue junior de son pays natal, mais il a aussi été appelé à disputer quelques matchs dans la ligue Allsveskan.

Si cette feuille de route, entre 2017 et 2019, n’a rien qui peut réellement contribuer à se faire connaître, le nom de Norlinder est resté dans la brume pour beaucoup d’entre nous aussi à cause du fait qu’il n’a jamais pris part à de championnats internationaux avant le CMJ 2020. Il est certain que le fait de ne pas avoir pris part à de tel tournoi, qui font toujours l’objet d’un intérêt significatif et d’une couverture médiatique assez grande, n’a pas aidé le frère de Linus Norlinder à se faire un nom.

Si on considère que les seules choses provenant de la Suède qui atterrissent sur les plateformes des médias locaux, c’est des choses qui viennent de la SHL, c’est tout à fait normal et légitime que le nom du défenseur suédois fût quelque chose de très peu répandu à travers les différentes plateformes de sport avant le fameux 22 juin 2019.

Une future étoile? Peut-être bien…

Depuis quelques temps, on place le nom de Mattias Norlinder dans la même phrase que des défenseurs étoiles comme ceux de John Klinberg, Rasmus Dahlin, ou même Nicklas Lidstrom. Cela peut paraître carrément fantaisiste ou simplement relevé de l’exagération, mais tous ceux qui observent le jeu de l’espoir du Canadien avec une attention particulière vont se ranger du côté de ces fameux vendeurs de rêves fantaisistes qui osent comparer Norlinder à Dahlin.

Ce n’est pas par hasard si des textes comme cette excellente chronique de mon collègue Daniel Vanier sortent un peu partout:

Norlinder, c’est un défenseur offensif très mobile qui a un potentiel offensif très élevé. Chaque fois qu’il touche à la rondelle, il devient une menace pour l’adversaire.

Celui qui a représenté son pays natal au plus récent CMJ contrôle carrément le jeu lorsqu’il est en possession de rondelle en zone adverse. En fait, je dirais même que le numéro 6 du Frolunda HC ressemble à Miro Heiskanen lorsqu’il fait une montée avec la rondelle et à Rasmus Dahlin quand le disque est sur son bâton en zone offensive.

C’est en observant tout cela qu’on peut se rendre compte pourquoi beaucoup sont d’un optimisme assez extrême à l’endroit du suédois de 20 ans, surtout quand bon nombre d’amateurs du Tricolore réclament une option offensive viable au côté gauche de la ligne bleue de la formation de Claude Julien depuis un petit bout de temps. On peut également vanter le jeu de Norlinder pour sa capacité à transporter la rondelle en zone ennemie, tel que mentionné plus tôt.

L’espoir du Canadien n’hésite pas à utiliser son très bon coup de patin et sa capacité à accélérer rapidement afin de faire belle montée avec la rondelle. On peut parler longtemps des habiletés avec la rondelle, du sens offensif, de la capacité de passeur et de la vision du défenseur de 6’0, mais son jeu défensif est aussi quelque chose qui est digne d’un défenseur étoile.

Alors qu’il met toujours beaucoup d’effort dans son jeu défensif, le choix de 3e tour du Canadien en 2019 y va souvent de jeux intelligents et de beaux replis en situation défensive. C’est évidemment un aspect de son jeu qui est grandement négligé, mais qui fait quand même une différence et qui bonifie le jeu, déjà bien rempli de points positifs, de l’espoir du Bleu-Blanc-Rouge.

On parle beaucoup d’Alexander Romanov pour colmater cette brèche sur le côté gauche de la défensive du Canadien, et un dénommé Mattias Norlinder risque de prêter mains fortes au défenseur russe dans un avenir rapproché. D’ici peu, la formation de Claude Julien pourrait avoir une défensive à l’image des Flyers, qui est composée de tout plein de jeunes joueurs repêchés par l’organisation.

Crédit photo: The Athletic, Les Dépisteurs, Habs World

À lire aussi sur le 7e match:

Voilà un bel honneur pour le jeune attaquant du CH :

Nick Suzuki parmi les étoiles

Le capitaine des Predators a eu de très bons mots sur celui des Canadiens :

Roman Josi chante les louanges de Shea Weber

Voici une analyse détaillée du cas de Max Domi qui démontre que se départir de l’attaquant n’est pas vraiment une bonne chose pour Marc Bergevin :

Voici pourquoi échanger Max Domi n’est pas une bonne idée pour le Canadien

Mots clés: , , , , , ,