Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Kasper Simontaival: une version plus petite et moins bonne de Mikko Rantanen



Par Guillaume Arcand

Pour beaucoup, son nom est quelque peu mystérieux, si ce n’est pas entièrement méconnu. Pour ceux qui sont familiers avec le site EliteProspect.com, qui donne accès à tout plein de statistiques de ligues peu connues et couvertes, savent que Kasper Simontaival est un des espoirs redoutables pour le prochain repêchage de la LNH qui arrive à grand pas.

Ah ces joueurs négligés!

J’ai souvent eu l’habitude, par les temps qui courent, d’écrire sur des joueurs qui devraient être un plus présents dans les discussions parlant des potentiels choix de premier tour, mais qui, pour une raison pour une autre, ne sont pas vraiment considérés des aspirants preneurs dans le top 31. En ce qui concerne Luka Reichel, il ne jouait pas dans une ligue où la couverture médiatique est très élevée, en plus d’avoir été éclipsé par plusieurs coéquipiers lors du Championnat Mondial Junior.

Dans le cas de Vasili Ponomarev, il n’avait pas beaucoup d’attention, car toute cette attention était volée par son coéquipier Mavrik Bourque, en plus d’évoluer pour un club qui n’a pas connu une grosse saison. Pour Jean-Luc Foudy, il a connu une campagne en-dessous des attentes alors qu’il était coincé dans un petit rôle.

Si Simontaival n’a jamais été, à l’image des trois autres joueurs nommés plus tôt, considéré comme un joueur pouvant être sélectionné au premier tour, c’est simplement car il n’a pas joué là où il aurait attiré l’attention. Tous bons finlandais qui sont parvenus à trouver preneur dans les deux premières rondes ont évolué dans la Liiga, la meilleure ligue de Finlande, lors de leur année de repêchage.

Simontaival a pris un chemin différent de ses compatriotes, mais c’est mine de rien un joueur qui doit sérieusement être considéré comme un espoir de premier tour. Ayant fait ses classes principalement dans la ligue junior finlandaise, ainsi que dans Mestis (la 2ème ligue de Finlande), on aurait autant entendu parler de lui cette année s’il avait démontré son savoir-faire dans la Liiga qu’on a entendu parler de Miro Heiskanen et de Jesperi Kotkaniemi lors de leur année de repêchage respective.

Le porte-couleur de Tappara aurait pu imiter le parcours de certains de ses camarades patriotiques et passer la vaste majorité de l’année qui détermine son rang de repêchage dans ce qui est probablement une des ligues les plus relevées au monde. Si ce scénario s’était produit, je vous garantis que le nom de Simontaival serait quelque chose d’autant populaire dans le monde du hockey que le film We’re The Millers dans le monde du cinéma, et ce, en un rien de temps.

Mais bon, le jeune hockeyeur a été invité à passer la campagne la plus déterminante de sa jeune carrière dans un calibre plus faible où il a pu marquer sa part de buts et avoir du temps de jeu de qualité avant de connaître le hockey plus relevé et la gloire.

Des statistiques rien de moins qu’éloquentes

Parlons-en des performances si élogieuses du petit Finlandais dans ces circuits si méconnus. Lors des saisons 2018-19 et 2019-20, ayant fait la navette entre Mestis et la Jr. A SM-Liiga, l’ailier droit a su offrir des performances intéressantes pour un espoir n’évoluant pas dans la meilleure ligue de son pays natal.

En 2018-19, Simontaival a évolué pour LeKi, en Mestis, pour une période de 21 matchs. Récoltant 14 points pendant son séjour dans la ligue professionnelle, la production du jeune Finlandais peut paraître très banale, sachant que Mestis est très loin d’être la crème de la crème (ou même juste la crème) des circuits professionnels.

Néanmoins, détrompez-vous, car ces 14 points représentent un exploit beaucoup plus gros qu’il ne le paraît. L’attaquant de 5’9″ a compilé ces chiffres en étant le plus jeune joueur de son circuit. Aucun joueur du même âge n’a été aussi dominant au sein de la meilleure ligue de Finlande après la Liiga depuis Jesse Puljujarvi et Patrik Laine en 2014-15.

Toujours en 2018-19, cette fois dans la ligue junior de Finlande, l’attaquant natif de Tampere a récolté 27 points en autant de matchs, bon pour le 2ème rang pour la moyenne de points chez les joueurs nés en 2002 dans la ligue. Malgré qu’il s’est démarqué de manière très significative lors de la saison précédant son année de repêchage, on n’a quand même peu parlé de Simontaival comme un espoir de qualité pour la cuvée 2020.

Cette tendance s’est poursuivie en 2019-20, malgré d’autres sommets de la part du Finlandais maintenant âgé de 18 ans. En fait, cette présence si petite du nom de l’espoir au prochain repêchage est justifiée par le fait que, contrairement à ce qu’on a vu au courant de la précédente campagne, il a roulé sa bosse dans la Jr. A SM Liiga pendant la vaste majorité de la saison.

Fidèle à lui-même, l’ailier de 18 ans a noirci la feuille de pointage à 57 reprises en 48 rencontres dans la ligue junior de son pays natal, sortant encore définitivement du lot comme il l’a si bien fait depuis le début de sa jeune carrière. Après avoir conclu deux calendriers, laissant du même coup sa marque, le numéro 38 de Tappara est maintenant prêt à faire sa marque là où c’est plus difficile de le faire.

Une futur étoile?

Non, Simontaival n’est pas Mikko Rantanen. Cependant, les ressemblances entre l’espoir au prochain repêchage et l’attaquant de l’Avalanche sont plus notables qu’il le semble. En fait, on serait fort probalement plus nombreux à faire plusieurs parallèles entre chacun des deux Finlandais si Simontaival avait bénéficié d’une couverture médiatique plus large, mais ça, c’est un autre sujet.

On parle ici de Rantanen, mais l’espoir finlandais me rappelle un autre de ses compatriotes, Kasperi Kapanen, pour sa rapidité. Simontaival est capable d’accélérer rapidement et d’atteindre sa vitesse de croisière sans trop de problèmes.

Il n’hésite pas à mettre à profit cette qualité en la combinant avec un autre atout, qui est son courage sur le jeu. On peut rapidement remarquer que celui qui a représenté son pays natal lors du championnat mondial U18 en 2019 n’a peur d’absolument rien sur le jeu.

Même s’il fait face à 3 ou 4 joueurs, le petit Finlandais fait preuve d’un sang-froid, et démontre quand même d’une aisance professionnelle en réaction à ce genre de situation. Cette aisance et cette confiance lui servent également à faire valoir ses mains et ses habiletés incroyables avec la rondelle, que vous pouvez témoigner à partir des vidéos ci-dessous.

À mes yeux, ce que je vois, c’est un joueur qui pourrait, à l’aide de bonnes personnes affectées à superviser son développement, avoir un impact profond dans la LNH, au point d’être carrément un favoris unanime de la foule de l’équipe dont il défendra les couleurs.

On peut parler du talentueux finlandais pour tout plein de raisons, que ce soit pour son agilité, ses mains incroyables, son coup de patins ou pour bien d’autres aspects de son jeu, mais si Simontaival peut attirer autant l’intérêt d’un club ayant un choix de premier tour, c’est parce que ces si belles qualités sont très transposables dans le hockey de haut niveau.

Durant les dernières années, on a souvent parlé d’espoirs finlandais au repêchage comme Anton Lundell, Rasmus Kupari ou bien Ville Heinola, sans toutefois accorder autant d’attention à ce joueur qu’on gagne tant à connaître en Kasper Simontaival. Si vous n’avez pas suivi avec attention le développement de l’espoir au prochain repêchage jusqu’ici dans sa jeune carrière, vous avez la chance de vous rattraper en le regardant gagner les sommets au cours des prochaines saisons.

Crédit photo: DobberProspects, Elite Prospects, The Hockey Writers

À lire aussi sur le 7e match:

Le DG du CH a peut-être déçu quelques partisans impatients, mais c’est tout de même logique comme mentalité :

Marc Bergevin n’a pas l’intention de vider son équipe et c’est très bien ainsi !

Mattias Norlinder est un défenseur très mobile qui a un potentiel offensif très élevé. Ce n’est pas pour rien qu’il fait écarquiller les yeux de plus en plus d’experts :

Mattias Norlinder: un défenseur anciennement méconnu, maintenant sur le point de briller

Voici une analyse détaillée du cas de Max Domi qui démontre que se départir de l’attaquant n’est pas vraiment une bonne chose pour Marc Bergevin :

Voici pourquoi échanger Max Domi n’est pas une bonne idée pour le Canadien

Mots clés: , , , , ,