Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Sélection de Shakir Mukhamadullin: un choix à la Romanov



Par Guillaume Arcand

Si vous avez suffisamment de mémoire pour vous rappeler la frustration chez les partisans du CH qui a suivi la sélection d’Alexander Romanov en 2018, vous verrez qu’à l’endroit de l’espoir du CH, il y a un contraste assez énorme sur ce que pense les amateurs de la Sainte-Fannelle du choix #38 en 2018 à l’époque et aujourd’hui. On a assisté à une surprise similaire dans le clan des partisans des Devils (mais avec moins de frustration) à la sélection de Shakir Mukhamadullin, et avec raison quand on regarde les joueurs encore disponibles au moment que le mystérieux russe a été choisi. Néanmoins, le nouvel espoir des Devils pourrait s’avérer à être un risque aussi payant que celui qui a été pris par la formation montréalaise il y a 2 ans.

Un choix logique dans les circonstances

À la base, une équipe ne possédant qu’un seul choix de premier tour ainsi qu’une autre occasion de parler lors de la 2e ronde ne se serait fort probablement pas tourné vers le défenseur au long nom aussi tôt que dans le top 31. Toutefois, dans la position des champions en 1995, 2000 et 2003, cette sélection n’est rien de moins que légitime.

Tom Fitzgerald et son groupe de recruteur auraient fort probablement mis la main sur Mikhamadullin s’ils disposaient d’un choix de 2e tour, ce qu’ils ne possédaient pas. Aussi, lorsque les Devils étaient sur le point d’annoncer qu’ils allaient ajouter le défenseur russe à sa banque d’espoir, il s’agissait déjà de la 3e fois de la soirée que la caméra pointait vers Tom Fitzgerald qui annonçait la sélection de son équipe.

Après 2 choix de premier tour peu risqués, le 3e joueur choisi par l’ancienne formation de Martin Brodeur a pris la bonne décision d’y aller avec une sélection un brin plus audacieuse. C’est une très bonne chose, car prendre peu ou pas de choix ambitieux et un brin plus osés quand on est muni d’autant de sélections n’est pas quelque chose à faire.

Qui ne tente rien n’a rien, comme on dit. Et ne rien tenter quand on a de multiples occasions de le faire tout en préservant une certaine sécurité, disons que cela ne mène pas vers une recette gagnante.

Réputation moindre… mais beau potentiel!

Peu importe si cela donne une bonne image ou non de se présenter, en théorie (et non pas dans les mesures actuelles) sur l’estrade aussi tôt qu’au 20e rang pour annoncer la sélection de Shakir Mukhamadullin, c’est en voyant quelques aspects de son jeu qui fait en sorte que bien des équipes avaient le nouvel espoir des Devils dans leur mire. Peu importe comment ça se vend bien ou non, quand tu as la chance de mettre la main sur un gros défenseur robuste et qui a un très beau potentiel offensif comme le premier défenseur choisi par les représentants du New Jersey, tu ne passes pas à côté de l’occasion deux fois.

C’est difficile de passer à côté d’un tel défenseur. Si le joueur en soi et le choix rappellent Alex Romanov, c’est parce que dans un scénario où le gros arrière avait reçu plus de visibilité au courant de la saison 2019-20, sa sélection ”surprise” aurait été moins surprenante.

S’il avait fait le saut en Amérique du Nord lors de la saison dernière, on aurait plus souvent entendu le long nom de Mukhamadullin dans la même phrase que Kaiden Guhle, Helge Grans et Justin Barron. On aurait aussi vu beaucoup plus de chroniqueurs qui diraient que le porte-couleur de Salavat Yulaev Ufa est non-seulement dans le même moule qu’Alex Romanov, mais qu’aussi, il aurait un an d’avance dans son développement que son compatriote du Bleu-Blanc-Rouge.

Le joueur au long nom de famille n’a pas pu vraiment se mettre en évidence, car il avait un temps de jeu limité, alors qu’il faisait ses débuts dans la KHL, ce qui est un phénomène récurrent pour les jeunes de 17 ans dans ce circuit. Il faut savoir que de pouvoir évoluer à un aussi jeune âge dans une ligue comme la ligue continentale est déjà un accomplissement significatif.

Le défenseur, qui a 18 ans depuis le 10 janvier dernier, n’est qu’un choix qui est plus justifié par les rapports des dépisteur que par sa réputation.

Un choix plus représentatif des besoins de l’organisation

Le talent en defensive au New Jersey est déficient, et j’espère ne rien apprendre à personne en disant cela. Oui, on peut commencer à voir la lumière au bout du tunnel avec les Will Butcher et Damon Serverson qui sont établis et qui n’ont pas fini de s’améliorer.

Oui, il y a Ty Smith, Kevin Bahl, Nikita Okhotyuk ainsi que plusieurs autres comme Josh Jacobs, Yegor Zaitsev, Michael Vujojevic et j’en passe. Cependant, l’organisation de Newark est en reconstruction.

Et quand une organisation est en plein processus de reconstruction, c’est toujours mieux de sécuriser la profondeur à toutes les positions au sein de l’organigramme. À mes yeux, le meilleur joueur qui n’a pas encore été appelé au moment de la 3e sélection des Devils mardi soir était l’ailier droit Noel Gunler.

Cependant, ce choix, qui n’est jamais arrivé, aurait été quelque peu insensé et difficile à comprendre, car l’organigramme du Rouge-Blanc-Noir à l’aile droite chez les jeunes ressemble à ça: Ryan Merkley, Jesper Boqvist, Marian Studenic et les deux autres ajouts de mardi soir, Alexander Holtz et Dawson Mercer. Choisir 3 ailiers droits en 3 choix de premier tour aurait été l’équivalent de voir Fitzgerald envoyer ce message texte à Ryan Merkley: ”Salut, au mois de décembre, on a échangé ce qui était à l’époque, notre meilleur joueur, contre, entre autres, toi, mais à peine 10 mois plus tard, on n’a plus confiance en toi.”.

Vous voyez pourquoi si Jersey avait offert un chandail à l’ailier suédois aurait été quelque chose contre toute logique. Et là vous allez vous demander: ”si le groupe de recruteurs des Devils désirait un défenseur après avoir ajouté deux ailiers, pourquoi ne pas avoir pris un défenseur classé plus haut sur la liste comme le magnifique Justin Barron ou le très prometteur Helge Grans?” Je vais m’économiser de la salive et de l’énergie, car la réponse à cette question se trouve dans la section du texte où il est question de la réputation du défenseur de 6’3.

En 2018, lors de la sélection d’Alexander Romanov, afin de justifier cette sélection controversée, on avait évoqué que le Canadien que le choix venait colmater une brèche de l’organigramme, que le Tricolore pouvait tenter un risque du genre dû à son grand nombre de choix à ce moment-là et que le Russe était bien meilleur que sa réputation laissait croire, et aujourd’hui, plus personne ne crache sur cette décision. Ces 3 raisons semblent également justifier et expliquer le choix de Shakir Mukhamadullin aussi tôt qu’au 20e échelon, qui risque lui aussi de faire, à l’image de son compatriote, saliver bien des partisans des Devils.

Crédit photo: The Draft Analyst, Sportsnet,

À lire aussi sur le 7e match:

Voici la liste de protection probable du CH avec les dernières transactions et signatures :

Quels joueurs seront protégés par Marc Bergevin pour le repêchage d’expansion ?

Les partisans du CH peuvent cesser de s’inquiéter…«Gally» est à Montréal pour y rester : :

Brendan Gallagher signe une prolongation de contrat à long terme avec le Tricolore

Voici une analyse complète du défenseur des Capitals Bergevin :

John Carlson est un défenseur de système (et peut-être surestimé)

Mots clés: , , , , , ,