Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Le débat Amir Miftakhov vs Yaroslav Askarov en détail



Par Guillaume Arcand

Deux gardiens ont gardé les buts pour l’équipe de la Russie lors du plus récent Championnat Mondial de Hockey Junior, et il s’agit de Yaroslav Askarov et Amir Miftakhov. Chacun des deux portiers a été repêché au dernier encan, et alors qu’Askarov a presque vu, au sens figuré, le tapis rouge quand il a été sélectionné par les Predators, la sélection de Miftakhov effectué par le Lightning au 6ème tour était plus discrète et beaucoup moins médiatisé. Avec plusieurs points communs et un potentiel suffisamment grand pour être le meilleur gardien de cette cuvée pour chacun d’eux, je crois que faire un débat entre Askarov et Miftakhov est quelque chose d’intéressant et de pertinent.

Petite mise au point avant de débuter

Bon, avant de dire que je me contredis par rapport à un article précédent (lien ci-dessous) en prétendant que j’essaie de créer un débat dans le seul et unique but de générer des clicks quand c’est justement quelque chose que je dénonçais dans cet article, sachez une chose. Les affrontements ”Lafrenière vs Stutzle et Byfield” et ”Miftakhov vs Askarov” sont deux débats qui sont à des années-lumière d’être similaires.

Le débat, si on peut appeler ça comme ça, concernant Lafrenière comportent 3 joueurs presque certains de percer au niveau du hockey professionnel, dont un des 3 hockeyeurs du débat est supérieur aux autres par une marge assez élevée. La discussion concernant les deux gardiens russes concerne deux gardiens qui peuvent autant surprendre et réussir que décevoir et échouer, ce qui ne vas pas à l’encontre sur le narratif de l’article sur le débat Lafrenière.

Pour savoir davantage pourquoi il s’agit de deux discussions d’ordres différentes, lisez les lignes qui suivront.

Parcours

Le chemin vers la gloire de chacun des portiers a l’air très différent d’un point de vue, mais lorsqu’on regarde chacun de leurs parcours, les similitudes sont assez évidentes, et je dirais même qu’elles sautent aux yeux. Askarov a été évidemment choisi beaucoup plus tôt que son compatriote, mais il ne faut pas oublier que Miftakhov était à sa 3ème année d’éligibilité au repêchage.

Le repêchage 2018 représente la première année où le plus récent gardien repêché par le Lightning était admissible. Lors de cette même année, la liste finale plaçait Miftakhov aussi haut qu’au 3ème rang des gardiens admissible qui évoluait en Europe, alors que, sans trop de surprise, Askarov était, cette année, au sommet de cette liste publiée à l’aube de chaque repêchage.

C’est donc loin d’être fou de dire que les deux représentants de la Russie au plus récent Championnat Mondial Junior était, au même âge, à peu près au même stade de développement. Mais alors, pourquoi Miftakhov est reparti de Dallas en 2018 sans chandail et de casquette offerts par un club de la LNH?

C’est une question assez difficile à répondre dont je ne préfère pas débattre. Un argument qui joue en la faveur d’Askarov dans la partie « parcours » de ce débat est le fait qu’il a fait le saut dans la VHL (la 2ème ligue de Russie derrière la KHL) dès l’âge de 17 ans, alors que Miftakhov a seulement réussi à se faire une place au sein de la 2ème ligue russe qu’à l’âge de 18 ans.

Seulement, à 17 ans, année où Askarov occupait un poste de gardien numéro 2 dans la VHL, Miftakhov évoluait peut-être au sein de la ligue junior russe (MHL), mais il a terminé sa saison avec le 5ème meilleur pourcentage d’efficacité de la ligue chez les portiers avec 10 matchs ou plus à leur actif dans la MHL, et ce, dans un club qui a difficilement décroché un billet pour les séries éliminatoires.

Aussi, il est vrai que Miftakhov ne connaît présentement pas les meilleurs performances qui existent dans la VHL, et qu’il évolue pour un club qui n’est pas mauvais, ce qui l’aide, mais du côté de son compatriote, on ne peut souligner grand chose de très impressionnant depuis son arrivée dans la 2ème ligue russe.

Pour le parcours, dans un scénario très possible où l’espoir des Predators accumule des accomplissements similaires à son compatriote dans le hockey professionnel au courant des deux prochaines saisons, on peut affirmer que les deux portiers russes sont pas mal équivalents jusqu’ici.

Les équipes qui les ont choisis

L’identité de l’équipe repêchant un joueur x ou y peut être un véritable indicateur du potentiel de l’espoir en question ainsi qu’un argument sur le talent du joueur x ou y en question. Même si le repêchage est une science inexacte, le fait qu’un espoir est sélectionné qui a d’habitude la main heureuse au repêchage peut parfois être quelque chose de révélateur.

Le Lightning de Tampa Bay est justement une de ces équipes qui semble savoir totalement ce qu’elle fait en terme de recrutement et qui a la main heureuse lors de presque tous les encans. Je crois que Brayden Point (3ème ronde en 2014), Anthony Cirelli (3ème ronde en 2015), Ondrej Palat (7ème ronde en 2011) et Nikita Kucherov (2ème ronde en 2011) sont d’excellents exemples.

Miftakhov représente un choix de ces recruteurs aux choix super judicieux, et en pouvant bénéficier d’un développement de très haute qualité chez l’organisation floridienne, cela est très prometteur dans son cas.

Dans le cas d’Askarov, il peut se vanter de faire partie d’un organigramme d’un club qui a su faire bonne utilisation de ses choix premiers tours qui se situaient dans le top 20 par le passé. On n’a qu’à penser à Seth Jones (2013), Kevin Fiala (2014) ou même Dante Fabbro (2016).

Est-ce que le gardien droitier peut maintenir cette tendance encourageante au sein de l’organisation du Tennessee? Disons que cette honneur d’être sélectionné par les Preds dans les environs du 11ème rang ne peut être autre chose qu’une bonne nouvelle pour le porte-couleur du SKA-St-Petersbourgh.

Technique

La technique d’un jeune gardien est quelque chose de très abstrait. Si j’ose comparer un portier repêché aussi tard qu’au 6ème tour qu’un autre qui a trouvé preneur au 11ème rang au total et que plusieurs voyaient ne plus être disponible après la 10ème sélection, c’est parce que les rangs de sélections d’un gardien et son potentiel, c’est deux variables qui ont une corrélation très faible.

Le rang de repêchage est basé sur les rapports des recruteurs quand ces portiers n’ont pas encore fêté leur 20 ans. Beaucoup de choses peuvent changer drastiquement entre le repêchage et la mi-vingtaine, surtout dans le cas des joueurs évoluant entre les poteaux.

En 2012, n’importe quel personne qui aurait osé dire que John Gibson et Connor Hellebuyck auraient de meilleures carrières que Jack Campbell auraient été envoyés à l’asile psychiatrique le temps de le dire.

Dans le cas du portier qui a fêté ses 20 ans le 26 avril dernier, il suit une courbe de développement très encourageante et est la preuve même que chez les joueurs à grosses jambières, la progression se fait parfois sur une plus longue période de temps.

Même les plus fins analystes ne sont pas en mesure de bien prévoir et anticiper cette fameuse petite accélération. On a pu témoigné ce revirement assez spectaculaire dans la progression de Miftakhov lors du dernier CMJ, où il était en pleine possession de ses moyens et surtout très solide.

Sa performance lors du tournoi national de hockey junior a dû raviser bien des rapport de dépisteur à son sujet. Oui, le CMJ est un petit tournoi où tout peut arriver, mais arrêtons de supposer, de parler de chiffres et de facteurs pouvant faire partie de l’équation un moment.

Ça ne prenait pas la vision et l’expérience de Stéphane Waite pour voir que le choix de 6ème tour du Lightning avait une technique assez bonne pour en juger son développement lors du tournoi. Si vous voulez une analyse plus complète de ce côté, allez lire ce texte dont le lien se trouve ci-dessous.

En ce qui concerne Askarov, que j’ai vu aussi en action lors de la dernière réunion traditionnelle des meilleurs joueurs juniors au monde et qui secondait l’espoir du Lightning à ce moment-là, j’avoue que quand je regardais ses matchs, je me disais souvent: ”il est classé top 10 lui? J’ai dû manquer bien des choses.”

Vous l’aurez deviné qu’il a été rien de moins qu’exécrable, et le coupable de cette performance n’est pas seulement son si bas âge. Malgré tout l’optimisme qui régnait autour de lui, le gardien, âgé de 18 ans depuis le mois de juin, a clairement démontré que sa technique n’était pas encore digne d’un tournoi de cette envergure.

Est-ce qu’Asakrov peut connaître une croissance significative et ainsi faire oublier cette contre-performance, qui laissait croire un avenir pas si reluisant dans le hockey professionnel? Bien sûr. Est-ce que si Miftakhov avait été appelé à gardien les buts pour l’équipe nationale de la Russie à 17 ans, est-ce que, lui aussi, ses qualités n’auraient pas été assez développées pour arrêter sa part de rondelle? Probablement que oui.

Askarov va probablement connaître les mêmes moments forts connus par son compatriote au même âge lors du CMJ, alors que Miftakhov serait passé par la même gamme d’émotion que son compatriote si Équipe Russie lui avait fait appel quand il n’avait que 17 ans. On peut donc dire, qu’au niveau technique, les deux jeunes russes sont, à âge égal, à peu près égaux, avec une grande marge d’erreur évidemment.

Donc, qui est le meilleur entre Miftakhov et Askarov?

Ce texte ne répondra pas à cette question. Ce qui donnera une réponse à cette question, c’est le temps.

Cette chronique servait seulement à dire que la marge entre les deux gardiens d’origine russe n’est peut-être pas aussi grande que ce que ça semble paraître et que ce débat et cet affrontement de joueur est quelque chose de logique et de réel. Ce débat n’en est pas comme d’autres qui sont erronés et qui ne servant qu’à générer des clicks comme on en trouve un peu partout dans ce joli monde qu’est Internet.

Donc, un débat pour savoir qui est supérieur entre Amir Miftakhov et Yaroslav Askarov est tout à fait légitime, et chacun des deux gardiens a une chance réelle de réussir au niveau du hockey professionnel. On peut dire qu’une réalité va se lancer entre chacun d’eux, si elle n’existe pas déjà!

Crédit photo: Draft Utopia, The Rink, The Hockey Writers, Smaht Scouting

À lire aussi sur le 7e match:

Voilà qui ferait bien plaisir aux partisans du CH :

Un 3e chandail pour les Canadiens en 2021 ?

Certains de ces joueurs rappellerons des souvenirs aux partisans des Canadiens…mais pas pour les bonnes raisons :

Top 10 des pires joueurs à avoir revêtu l’uniforme du Canadien!

Le 2e choix du Canadien se débrouille très bien jusqu’ici :

Un excellent début pour Jan Mysak

Mots clés: , , , , ,