Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Cole Caufield : trop petit pour réussir dans la NHL ?



Par Anne Ouellet

La mise en échec de Colin Theisen sur Cole Caufield la semaine passée à créer tout un émoi chez les partisans des Canadiens de Montréal. Après cette mise en échec sournoise, plusieurs ont mentionné que le jeune Caufield n’atteindrait jamais la ligue nationale en raison de sa taille et du jeu robuste. Je comprends difficilement comment un joueur ne peut pas atteindre la NHL à cause de sa grandeur après avoir terminé premier pointeur de son équipe la saison passée (devant Alex Turcotte, 5e choix au total en 2019) et qui a accumulé 38 points en 38 matchs en carrière dans la NCAA.

Pour ceux qui auraient raté la mise en échec la voici :

D’autres petits joueurs ont réussi

Il faut avoué qu’une mise en échec de cet angle est impossible à éviter, et ce, même en mesurant 6 pieds 2 pouces. On voit clairement que Colin Theisen n’avait qu’une idée en tête, soit de frapper solidement Caufield au niveau de la tête. Theisen a reçu une inconduite de partie sur la séquence. Comme quoi, à la base le coup d’épaule n’était pas très légal. Ce contact pourrait facilement nous faire croire que Caufield ne sera pas de taille contre des joueurs comme Chara ou Lucic. Pourtant, de petits joueurs comme Théoren Fleury ou Martin St-Louis ont réussi à percer et à connaître une grande carrière dans une époque où la robustesse était à l’honneur. Chez le Canadien de Montréal, deux joueurs de 5 pieds et 7 pouces ont su charmer le coeur des Québecois, soit David Desharnais et Brian Gionta. Pourtant, les 2 ont connu de belles carrières dans la LNH et ce, sans toutefois voir leur gagne-pain être terminé par une mise en échec brutale. Pour ceux qui auraient des doutes sur la capacité des petits joueurs à distribuer des mises en échec, voici Nathan Gerbe ( 5 pieds et 5 pouces) qui donne un solide coup d’épaule à Claude Giroux ( 5 pieds et 11 pouces) et il va ensuite répondre à Travis Sanheim ( 6 pieds et 3 pouces)

Les Canadiens ont grossi leur équipe

Du côté du Canadien de Montréal, on peut dire que Marc Bergevin a réussi à grossir son équipe pendant la saison morte. Avec les récents ajouts en attaque, seulement 5 attaquants sur 15 mesurent en bas de 6 pieds. De plus, dans le top 9, on retrouve 3 joueurs de moins de 6 pieds, soit Gallagher, Tatar et Suzuki. On ne peut pas nier l’importance de ces trois joueurs pour le Tricolore. On retrouve dans ces trois joueurs là, le futur premier centre de l’organisation, le meilleur pointeur de l’équipe en 2019-2020 et le coeur et l’âme de la formation ainsi que le meilleur buteur de la saison 2019-2020. Difficile après cela de venir dire que la taille à une importance dans le hockey d’aujourd’hui.

Dans l’optique que l’équipe reste le même lors de l’arrivée de Caufield, il devrait se retrouver sur un 3e trio. Étant ailier droit, je le vois mal déloger Anderson et Gallagher, surtout après les contrats qui ont été signés. Sur le 3e trio, j’ai sélectionné 4 joueurs qui ont des possibilités de jouer avec Caufield en fonction de la façon que se déroulent leurs carrières présentement. Au centre, j’ai choisi Philip Danault ( 6 pieds et 1 pouce) et Jesperi Kotkaniemi (6 pieds et 2 pouces) et les 2 ailiers gauches sont Tyler Toffoli (6 pieds) et Jonathan Drouin (6 pieds). Dans tous les cas, on peut affirmer que Caufield évoluera avec des joueurs possédant un bon gabarit et qu’il aura ainsi amplement d’espace pour manoeuvrer et décocher son puissant tir. À titre d’exemple, Alex Debrincat (5pieds et 7 pouces) jouait la saison passée avec Brandon Saad (6 pieds et 1 pouce) et Dylan Strome (6 pieds et 3 pouces), tandis que Matt Zuccarello (5 pieds et 7 pouces) jouait avec Joël Eriksson (6 pieds et 2 pouces) et Zach Parise (5 pieds et 11 pouces).

On peut recevoir un coup à la tête, peu importe notre grandeur

Il ne faut pas oublier que Caufield joue présentement avec des hommes (24 ans âge limite NCAA) et des joueurs mesurant déjà les 6 pieds et plus. Il arrive cependant que physiquement, par rapport à leur grandeur, la tête puisse arriver à la hauteur des épaules du joueur adverse. Cependant, peu importe la grandeur, le risque de recevoir un coup à la tête demeure présent. Il suffit simplement d’être en mauvaise posture. On se souviendra du coup à la tête de Matt Niskanen ( 6 pieds) sur Sidney Crosby (5 pieds et 11 pouces) lors des séries de 2017 entre les Capitals de Washington et les Penguins de Pittsburgh. Malgré une toute petite différence de 1 pouce, la grandeur de Crosby ne l’a pas empêché de recevoir un coup à la tête. Voici la vidéo:

Ce qui est important pour bien absorber une mise en échec, c’est de bien développer son équilibre. Cela vient faire en sorte que les joueurs sont plus solides sur le patin lors du contact. Pour ceux qui sont inquiets pour Caufield devant le filet, il y a déjà plusieurs défenseurs de moins de 6 pieds qui évoluent dans la LNH. On peut penser à Torey Krug (5 pieds et 9 pouces, 185 lbs) qui vient de signer un pack de 7 ans/45.5 millions avec les blues de St-Louis. Malgré sa petite taille, il fut un des défenseurs qui ont attiré l’attention de plusieurs directeurs généraux en octobre dernier. Il ne faut pas oublier que le hockey demeure un sport physique et les petits joueurs le savent très bien et sont habitués de bien se protéger en conséquence. Depuis quelques années, la ligue nationale devient de plus en plus une ligue axée sur la vitesse et la finesse. On voit de plus en plus des jeunes de 6 pieds et moins être repêchés et réussir au niveau professionnel. Nous avons trois joueurs de petite taille très importants qui sont présentement avec l’organisation. Si Cole Caufield continue à se développer de cette manière, je ne vois pas pourquoi il n’aurait pas sa place lui aussi avec le Canadien de Montréal.

À lire aussi sur le 7e match:

une des cartes recrues d’Alexis Lafrenière vaut de l’or :

Upper Deck série 1: La chasse à Lafrenière débute

Voici 2 gardiens russes très prometteurs :

Le débat Amir Miftakhov vs Yaroslav Askarov en détail

C’est une proposition intéressante de la LNH :

Voici la proposition de la LNH pour débuter la prochaine saison le 1er janvier 2021

Mots clés: , , , , ,