Aller à…

Le 7e Matchsur Google+RSS Feed

Opinion: La suspension d’Evgeni Malkin est insuffisante


Par Daniel Vanier

Evgeni Malkin, des Penguins, a été suspendu un match pour avoir donner un coup de bâton à Michael Raffl des Flyers, lors d’un match entre les deux formations, le 10 février dernier.

Si jamais vous avez raté le jeu en question, le voici :

Un geste extrêmement dangereux

Le geste de Malkin aurait pu avoir des conséquences très graves. Le bâton de Malkin n’a pas atteint directement Michael Raffl au visage, mais c’est tout de même passé bien près. Heureusement, Raffl porte une visière, mais la lame du bâton aurait pu passer sous la visière et l’atteindre à l’œil. Certains diront que cela fait beaucoup de «SI», mais tout de même, c’est le genre de gestes que la LNH doit absolument bannir. Un bâton mal utilisé peut devenir une arme dangereuse.

Aucun remord

Le pire dans tout cela est la réaction d’Evgeni  Malkin après son geste plus que discutable. Il a avoué que son geste était salaud, mais il a ajouté que «ce n’était pas dangereux puisque Michael Raffi…ne saignait pas». Il croyait aussi éviter une suspension. Voici les termes qu’il a utilisés pour expliquer cette croyance :

“Je ne l’ai pas frappé au visage. Si je l’avais atteint au visage, c’est certain que je serai suspendu. C’est un bâton élevé, mais ce n’est pas comme si je lui avais brisé le visage. Je pense que je ne serai pas suspendu.”

Son coach Mike Sullivan a aussi été surpris que Malkin écope d’un 5 minutes pour son geste, car Raffl n’a pas été blessé.

Le fait qu’il n’y a pas eu de conséquences n’est pas une excuse

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ces réactions de Sullivan et Malkin me choquent. Ce n’est pas parce que Michael Raffl n’a pas été blessé sur le jeu que le geste ne doit pas être sanctionné ou doit être excusé. Malkin a donné un coup de bâton à la hauteur de la tête de façon volontaire et il ne devrait pas avoir de sanctions parce qu’il n’a pas atteint sa cible selon lui ? C’est un total non-sens. Imaginez une personne qui se fait agresser sur la rue à coup de bâton, mais que, par chance, l’agresseur la rate. Lorsque les policiers vont intervenir vont-ils dire: «Oh, mais il n’a pas réussi à vous toucher avec le bâton, on ne l’arrête pas». Non, évidemment. C’est pourtant ce que Malkin et Sullivan croyaient qui allait se passer.

Heureusement, le préfet de discipline, George Parros, a décidé d’y aller avec la logique et de punir le geste et non la conséquence. Cependant, son message aurait été beaucoup mieux entendu avec une sanction plus sévère.

Une suspension insuffisante

J’étais heureux que Malkin soit suspendu, mais déçu que ce soit pour un seul match. Malkin aurait peut-être plus réfléchi à son geste si le nombre de parties ratées avait été plus élevé. Une sanction de 10 matchs aurait été plus adéquate. Encore une fois, le geste de Malkin était très dangereux et se doit absolument d’être banni.

Je termine en vous laissant sur une question. Croyez-vous que la sentence aurait été plus sévère si, au lieu d’être Evgeni Malkin, l’agresseur était un joueur de 4e trio ? J’ai la désagréable impression que oui. Il semble vraiment y avoir une politique de deux poids deux mesures dans la LNH. Lorsque c’est un joueur vedette qui est convoqué par le comité de discipline, il n’écope jamais d’ une longue suspension.

Un jour, il faudra que la LNH se décide à être plus sévère et ce, peu importe le joueur qui est convoqué. Ainsi, son message sera vraiment pris au sérieux.

Car, ce n’est pas avec une séquence bonbon comme celle qu’on vient de servir à Evgeni Malkin que le message va passer.

Qu’en pensez-vous ? Croyez-vous que la LNH aurait dû se montrer plus sévère ?  Faites-nous part de votre opinion !

Crédit photo : NBC Philadelphia

À lire aussi sur le 7e Match

Michael Chaput demeure dans l’organisation du Canadien :

Michael Chaput n’a pas été réclamé

Un beau plateau pour le capitaine du CH :

Un plateau significatif pour Weber contre les Predators jeudi!

Un joueur victime de malchance :

Daniil Berestnev: un Russe pas seulement victime du facteur Russe


Mots clés: